Financement Descriptions de projets

Projets financés à la suite de l'appel d'offres de 2017-2018

Les projets dont le financement s'élève à plus de 25 000 $ peuvent être consultés sous « Divulgation proactive ». Les résultats de ces projets seront présentés dans le « Catalogue de recherche ».

L'extrême-droite au Québec : Acteurs, idéologies et prévention

Cégep Édouard-Montpetit

Ce projet vise à combler les lacunes dans les connaissances sur la radicalisation de l'extrême droite au Québec au cours de trois ans. Les activités du projet se répartiront en deux phases complémentaires :

  1. Un examen approfondi de la question de la radicalisation de l'extrême-droite au Québec par une analyse des médias et par des entrevues avec des spécialistes et des militants
  2. L'organisation d'ateliers qui seront offerts dans les établissements d'enseignement et les programmes destinés aux jeunes dans la région de la Montérégie, au Québec

Les résultats du projet serviront également à mieux orienter les interventions des services de police et des organisations communautaires œuvrant dans les collectivités locales.

Mise à jour de l'analyse environnementale de l'extrême-droite au Canada

Institut universitaire de technologie de l'Ontario (IUTO)

Ce projet triennal permettra d'établir une vision actualisée et exhaustive des croyances, des motivations, des activités et des liens qui caractérisent le mouvement extrême-droite au Canada.

Les activités du projet incluront l'examen d'entrevues auprès des organismes d'application de la loi, des militants contre la haine locaux et des extrémistes anciens et actuels. De plus, l'Institut universitaire de technologie de l'Ontario, de concert avec l'Institute for Strategic Dialogue, mènera une analyse novatrice du contenu en ligne et de la couverture médiatique des activités de l'extrême-droite, ce qui éclairera les interventions locales concernant les discours et les crimes haineux.

Projet ReSet

Société John Howard d'Ottawa (SJHO)

Le projet ReSet est une initiative sur cinq ans qui vise à désengager les personnes à risque de la région de l'est de l'Ontario de toute idéologie de violence extrémiste.

Le projet pilote visera les personnes présentant un risque élevé de commettre des actes de violence extrémiste, ainsi que les personnes ayant déjà commis de tels actes, lesquelles seront choisies au moyen d'un système de renvois rassemblant des partenaires du système de justice pénale, comme des fonctionnaires de justice et certains services de police. Des médecins, des travailleurs sociaux et d'autres spécialistes travailleront directement avec les personnes choisies à l'élaboration de plans d'intervention personnalisés en fonction de leurs besoins personnels, de leurs forces, des ressources actuellement à leur disposition et des facteurs de risque associés à la violence extrémiste.

Réseau des praticiens canadiens en prévention de la radicalisation et de l'extrémisme violent (CPN-PREV) : Cartographie des actifs, évaluation des connaissances scientifiques et création de ressources nationales conjointes pour prévenir la radicalisation menant à la violence

Université du Québec à Montréal (UQÀM)

Ce projet vise à accroître la capacité du Canada à évaluer, à prévenir et à intervenir auprès des personnes exposées au risque de radicalisation menant à la violence. Le projet vise trois objectifs : (1) examiner le degré de collaboration entre les programmes existants de lutte contre la radicalisation menant à la violence partout au Canada; (2) renforcer les partenariats dans l'ensemble des secteurs et des régions et élaborer des réseaux de soutien pour soutenir les interventions et (3) améliorer l'accès aux renseignements, à la formation, et aux outils de prévention, d'évaluation et d'intervention contre la radicalisation menant à la violence. 

Les documents pédagogiques issus de ce projet soutiendront les professionnels de la santé et des services sociaux, ainsi que les organismes non gouvernementaux concernés par l'évaluation, la prévention et l'intervention auprès des personnes courant le risque de radicalisation menant à la violence au Canada.

Shift

Bureau de la réduction du crime de la Colombie-Britannique

Shift est un programme mené par des civils et offert en partenariat avec les gouvernements municipaux, les intervenants communautaires et les forces de l'ordre afin de prévenir la radicalisation menant à la violence dans la province en mobilisant les personnes vulnérables et en élaborant des stratégies d'intervention personnalisées. Le projet vise à contribuer à l'établissement de centres multiagences en Colombie-Britannique et à les soutenir afin que les personnes à risques soient mises en relation avec des services locaux de counseling, des services sociaux ou d'autres ressources afin de soutenir les principales stratégies de démobilisation visant ceux qui pourraient être susceptibles d'épouser des idéologies violentes.

Cette initiative adoptera et mettra en pratique les pratiques exemplaires issues des programmes d'intervention existants partout au pays et évaluera leur efficacité pour la réduction de l'extrémisme violent.

Pushing Back Against Hate in Online Communities (Lutter contre la haine au sein des communautés en ligne)

HabiloMédias

Ce projet examinera l'attitude et l'expérience des jeunes Canadiens vis-à-vis les discours haineux en ligne et la radicalisation menant à la violence. Il permettra également de déterminer les facteurs qui contribuent à amener les jeunes à dénoncer ce qu'ils voient en ligne. L'étude sera réalisée sous la forme d'un sondage national mené auprès d'un maximum de 1 000 jeunes de 14 et 15 ans.

Les résultats permettront de recueillir des données sur la compréhension et l'expérience des jeunes Canadiens par rapport aux discours de haine en ligne dans leur quotidien. Ces données aideront à éclairer l'élaboration par les gouvernements et les fournisseurs de services Internet de politiques et de programmes visant à normaliser la dénonciation des discours de haine, ce qui pourra contribuer à prévenir l'extrémisme violent.

Pushing Back Against Hate in Online Communities (Lutter contre la haine dans les communautés en ligne) soutient les efforts déployés par HabiloMédias afin de renforcer la pensée critique chez les jeunes en les préparant à reconnaître la haine diffusée en ligne, à y résister et à y répondre.

Canada Redirect

Moonshot CVE

Le projet offrira un contenu de remplacement positif aux personnes vulnérables qui cherchent du matériel d'extrémisme violent en ligne. La technique, appelée « méthode de redirection », utilise des outils de publicité en ligne et des chaînes vidéo sur Internet pour diriger les personnes vers le contenu créé par des tiers crédibles qui luttent contre les idéologies qui peuvent encourager des attitudes et un comportement destructeur.

Les constatations de ce projet aideront à informer les collectivités et les professionnels locaux sur la lutte contre la radicalisation menant à la violence dans l'espace en ligne et aideront à agrandir la portée et l'incidence des organisations à l'échelle du Canada qui créent du contenu de remplacement positif.


Projets financés à la suite de l'appel d'offres de 2016-2017

Les projets dont le financement s'élève à plus de 25 000 $ peuvent être consultés sous « Divulgation proactive ». Les résultats de ces projets seront présentés dans le « Catalogue de recherche ».

CVE Toronto

Service de police de Toronto

Countering Violent Extremism (CVE) Toronto (Contrer l'extrémisme violent Toronto) est une initiative dirigée par le Service de police de Toronto visant à contrecarrer la radicalisation menant à la violence dans la ville. CVE Toronto élargira son programme actuel appelé FOCUS Toronto en lui ajoutant une formation sur l'extrémisme violent et sur les mesures permettant de le contrer. FOCUS Toronto est dirigé par le Service de police de Toronto, la ville de Toronto et Centraide en partenariat avec des organisations communautaires locales et est le fruit d'un programme de collaboration en prévention et en intervention qui vise à diminuer la criminalité et à renforcer la résilience de la collectivité urbaine.

Les fonds versés à CVE Toronto aideront les tables multiorganismes d'intervention de FOCUS Toronto à étendre leur portée et leurs capacités, y compris pour régler les cas de radicalisation menant à la violence. Par ailleurs, le financement aidera FOCUS Toronto à obtenir des renseignements sur les personnes à risque de radicalisation menant à l'extrémisme violent, à les évaluer et à les traiter et contribuera à parfaire la formation des intervenants qui travaillent directement avec ces personnes.

Centre for International and Defence Policy

Université Queen's

Le Centre for International and Defence Policy (CIDP) de l'Université Queen's a entrepris une étude des stratégies nationales et internationales du Canada pour la lutte contre la radicalisation menant à la violence et la lutte antiterroriste.

Dans le cadre de cette étude, le CIDP a organisé un atelier au début de 2017 qui a réuni des experts du milieu universitaire, du gouvernement, du secteur privé et des organismes non gouvernementaux pour élaborer des recommandations quant à la conception des politiques et des programmes du gouvernement. Les recommandations issues de l'atelier ont signalé l'importance de (1) traiter un large éventail d'activités violentes et extrémistes allant des crimes haineux aux attentats terroristes; (2) élaborer des communications qui réfutent les idées reçues sur la radicalisation et le terrorisme; (3) diffuser les meilleures pratiques de communication qui suivent les actes terroristes et (4) mesurer le progrès et évaluer le succès des programmes qui ont pour but la lutte contre l'extrémisme violent. Ces recommandations contribueront à orienter le Centre canadien dans la conception d'une stratégie nationale sur la lutte contre la radicalisation menant à la violence.

Radicalisation de combattants étrangers : Acquisition, analyse et modélisation de données préliminaires avancées

Université de Waterloo

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs font la collecte de renseignements sur la formation, les expériences et les points de vue des combattants extrémistes, ceux de leurs familles, leurs amis et leurs partisans en ligne ainsi que le rôle des médias sociaux dans leur recrutement. En particulier, ce projet vise à améliorer notre compréhension des raisons pour lesquelles les Canadiens et autres occidentaux s'impliquent dans le conflit en Syrie et en Irak. Le but est de construire un modèle qui démontre les divers chemins qui pourraient mener une personne à la radicalisation menant à la violence. Les constatations de ce projet contribueront à l'orientation de la mise en œuvre de programmes canadiens pour prévenir l'extrémisme menant à la violence et à la création de matériel de formation pour les services chargés de l'application de la loi et les représentants du gouvernement.

Perceptions du public à l'égard de la radicalisation et de la résilience à la violence au Canada

Association d'études canadiennes

L'Association d'études canadiennes (AEC) a effectué un sondage d'opinion publique auprès des Canadiens sur des sujets tels que l'identité, l'immigration, la religion, l'intégration et les expériences impliquant des manifestations de haine. Les répondants ont également été interrogés à propos de leurs perceptions du terrorisme, de la radicalisation menant à la violence et des initiatives du gouvernement pour la lutte antiterroriste et la lutte contre la radicalisation menant à la violence. Ce sondage fournit des données à jour sur les points de vue des Canadiens qui peuvent être comparés à d'autres sondages effectués par l'AEC sur des sujets semblables depuis 2012.

Les constatations de ce sondage, y compris les comparaisons avec les données des années précédentes, peuvent faciliter l'orientation des programmes du gouvernement sur ces enjeux ainsi que sur celle des messages publics et des campagnes de sensibilisation. Les résultats peuvent également aider les dirigeants communautaires, les travailleurs de première ligne ainsi que les praticiens dans ce domaine à mieux comprendre et à répondre à ces cas de radicalisation menant à la violence. Les constatations du sondage sont publiques, et comprennent des résultats tels que : 1) les Canadiens pensent généralement que les efforts fournis par le Canada dans la lutte antiterroriste sont plus efficaces que les efforts fournis à l'échelle internationale; et 2) les Canadiens sont plus préoccupés par les activités terroristes à l'étranger qu'au Canada.

Évaluation des besoins : Digital Shepherds Canada – Renforcer la capacité de la société civile et des praticiens de la lutte contre la radicalisation menant à la violence afin d'évaluer la vulnérabilité en ligne et d'agir à cet égard

Moonshot CVE

Moonshot CVE a effectué une évaluation de janvier à mars 2017 afin de comprendre les lacunes et les possibilités dans l'utilisation de l'Internet et des médias sociaux pour lutter contre la radicalisation menant à la violence au Canada. Le projet comprenait un examen de la documentation en vue de comprendre la nature du défi en ligne et sa relation à la vulnérabilité des personnes vis-à-vis du recrutement, un questionnaire pour envisager le rôle de la culture numérique des praticiens, des entretiens avec plus de 75 experts et praticiens sur les fonctions et les efforts en ligne déployés pour la lutte contre la radicalisation, ainsi que les ateliers avec les praticiens pour examiner les besoins et les possibilités à l'échelle nationale.

Une version condensée du rapport de projet (PDF) donne un aperçu de la portée du défi en ligne, des processus de LRV en ligne et hors ligne dans les principales villes, et des possibilités et des recommandations en vue d'un meilleur usage d'Internet pour lutter contre la radicalisation menant à la violence au Canada. Quelques-unes des recommandations incluent : (a) l'utilisation de la publicité en ligne pour inciter les personnes à risque à recourir à des ressources qui offrent de l'aide et (b) les interventions en ligne sur Internet.

Réseau canadien des praticiens fondé sur la preuve : Cartographie des actifs, évaluation des connaissances scientifiques et création de ressources nationales conjointes pour prévenir la radicalisation menant à la violence

Université du Québec à Montréal (UQÀM)

Ce projet vise à accroître la capacité du Canada à évaluer, à prévenir et à intervenir auprès des personnes exposées au risque de radicalisation menant à la violence. Le projet vise trois objectifs : (1) examiner le degré de collaboration entre les programmes existants de lutte contre la radicalisation menant à la violence partout au Canada; (2) renforcer les partenariats dans l'ensemble des secteurs et des régions et élaborer des réseaux de soutien pour soutenir les interventions et (3) produire et distribuer des renseignements et des ressources, offrir des sessions de formation et des outils de prévention, mener des évaluations et intervenir contre la radicalisation menant à la violence. 

Les documents pédagogiques issus de ce projet soutiendront la collectivité croissante des praticiens professionnels de la santé et des services sociaux, ainsi que les organismes non gouvernementaux concernés par l'évaluation, la prévention et l'intervention auprès des personnes courant le risque de radicalisation menant à la violence au Canada. 

Conception et rendement : Établir des partenariats canadiens pour lutter contre la radicalisation menant à la violence

Université Ryerson

L'Université Ryerson effectuera l'examen et l'évaluation du rendement des démarches multidisciplinaires pour lutter contre la radicalisation menant à la violence au Canada. Les démarches multidisciplinaires comprennent la collaboration au sein de différents secteurs, tels que les services sociaux et de santé, l'application de la loi, l'éducation et les organismes communautaires. Les représentants de ces secteurs analysent des cas complexes de personnes potentiellement à risque de commettre un crime ou de porter atteinte aux autres, et conçoivent des interventions adaptées aux personnes et à leurs contextes locaux.

Ce projet s'appuiera sur les meilleures pratiques nationales et internationales afin de développer une approche d'évaluation pour mesurer le progrès des efforts multidisciplinaires au Canada. Ryerson utilisera à son tour cet outil pour s'engager avec des réseaux et des intervenants participant à ces programmes, pour évaluer leur fonctionnement ensemble et pour évaluer les activités et le rendement des programmes multidisciplinaires qui exercent leurs activités au Canada. Ces constatations faciliteront l'orientation et l'amélioration des pratiques actuelles au Canada, et elles orienteront également la stratégie nationale du Centre canadien pour lutter contre la radicalisation menant à la violence.

Mettre en œuvre des pratiques pédagogiques sociales par le portail multimédia SOMEONE

Université Concordia

Le projet SOMEONE vise à améliorer la façon dont les éducateurs, les médias, le gouvernement et le grand public traitent des discours de haine et de la radicalisation menant à la violence en mettant l'accent sur les rôles de la communication publique et le rôle de l'Internet. L'équipe du projet SOMEONE a analysé les tendances du discours de haine en ligne et a élaboré un total de 11 projets et de produits didactiques connexes qui peuvent être utilisés dans les salles de classe au primaire, au secondaire et au postsecondaire. Leur objectif est d'augmenter la résilience contre le discours de haine et la radicalisation menant à la violence chez les étudiants. Ce matériel est publié sur le site Web du projet SOMEONE et est à la disposition des éducateurs.

Le travail actuel du projet SOMEONE vise à élargir la disponibilité de ces ressources aux audiences nationales et internationales et à évaluer leurs répercussions pour de futures améliorations. Ce travail mobilise également les intervenants dans les médias pour fournir au public la possibilité de contribuer à la création d'autres discours contre les messages sur la haine et la radicalisation.

Tables multidisciplinaires et projet d'apprentissage en ligne sur la lutte contre l'extrémisme violent – Apprentissage en ligne et traduction du manuel (deux projets)

Police provinciale de l'Ontario

L'Université Wilfrid Laurier s'est associée avec la police provinciale de l'Ontario pour soutenir la création et la mise en oeuvre de programmes de formation pour les services chargés de l'application de la loi et les partenaires communautaires dans la lutte contre la radicalisation menant à la violence dans l'ensemble de la province.

Le premier projet est un outil numérique bilingue en ligne qui facilitera la sensibilisation au sujet de la radicalisation menant à la violence. L'outil rassemble et présente les connaissances actuelles sur les processus de radicalisation menant à la violence, décrit les approches de lutte contre la radicalisation menant à la violence qui se sont avérées efficaces et tient compte des études de cas pertinentes au contexte canadien. 

Le deuxième projet concerne la traduction en français d'un manuel d'apprentissage en ligne sur l'élaboration de démarches multidisciplinaires pour la lutte contre la radicalisation menant à la violence. Le manuel traduit décrit la façon de créer des lignes directrices, des programmes et des structures de formation pour les initiatives multidisciplinaires capables de résoudre des cas à haut risque et tient compte des points de vue de la communauté franco-ontarienne.

Pallier l'écart : une approche fondée sur des données probantes et un engagement plurilatéral dans l'application du modèle de la santé publique pour la surveillance des facteurs de risque en ligne pour soutenir la prévention communautaire de l'extrémisme violent au Canada

SecDev Foundation

SecDev Foundation a examiné l'état actuel du contenu et des activités d'extrémisme violent en ligne et a discuté de ses résultats lors d'une activité organisée les 6 et 7 mars 2017. Intitulée « Women, Technology, Partnerships: Countering Terrorist Use of the Internet », l'activité a rassemblé des représentants d'organismes internationaux et non gouvernementaux, des experts pédagogiques et les entreprises de médias sociaux pour discuter des efforts internationaux et des approches de partenariats public-privé qui visent à prévenir la radicalisation menant à la violence avec un accent particulier sur le rôle des femmes.

Les conversations de l'atelier ont mis l'accent sur l'importance d'établir un lien entre les efforts de prévention hors ligne et en ligne; l'apprentissage des autres domaines de prévention et l'incorporation de l'attention portée à la question des sexes. Les renseignements recueillis dans le cadre de ces activités orienteront la politique, la recherche et les pratiques du Centre canadien en termes de l'utilisation d'Internet par les extrémistes et les terroristes.

Calgary ReDirect

Service de police de Calgary

ReDirect a pour objectif d'augmenter et d'améliorer la collaboration parmi les partenaires locaux, y compris la Ville de Calgary, les services communautaires de Calgary, le service de police de Calgary et d'autres acteurs et organismes communautaires dans la prévention précoce et l'intervention auprès des jeunes qui sont vulnérables à la radicalisation menant à la violence. Le programme soutient également l'échange des pratiques exemplaires avec d'autres acteurs de prévention et d'intervention partout au Canada.

Le financement de ReDirect aidera à élargir la capacité du programme à cibler les jeunes qui sont à haut risque de s'engager dans le processus de radicalisation menant à la violence et fournira des plans de soutien individuel pour les éloigner des activités potentiellement dangereuses. Ce financement soutiendra les partenaires et les collectivités dans la résolution des plus grands enjeux qui conduisent à la radicalisation menant à la violence.

Le projet de résilience

Service de police d'Edmonton

Pour ce projet, le service de police d'Edmonton s'est associé à la Ville d'Edmonton et à l'Organisation pour la prévention de la violence (soutenue par un prix distinct du Fonds pour la résilience communautaire) afin de créer un nombre de programmes pour stimuler la résilience des collectivités à la radicalisation menant à la violence tant hors ligne qu'en ligne.

Le but global est d'instaurer la confiance et la compréhension mutuelles au sein des collectivités et des micro-communautés de manière proactive (p. ex. les jeunes, les femmes, les jeunes à risque). Ce projet mettra l'accent sur l'éducation et la sensibilisation, la création d'un contre-discours et des modules de formation de nature à augmenter la capacité du service de police d'Edmonton et celle des intervenants communautaires pour soutenir les personnes à haut risque de s'engager dans le processus de radicalisation menant à la violence.

Organisation pour la prévention de la violence

Lutte contre l'extrémisme violent en Alberta – Évaluation et résolution du problème de radicalisation menant à la violence

L'Organisation pour la prévention de la violence (OPV) réunira des experts en la matière, des praticiens de première ligne et des activistes communautaires pour évaluer les sources éventuelles d'extrémisme en Alberta.

Ce projet vise à évaluer le contexte local et les tendances actuelles dans les domaines suivants : 1) la détermination du niveau de radicalisation menant à la violence pour les différentes formes d'extrémisme; 2) la détermination des facteurs de risque et de protection de l'extrémisme violent et 3) la détermination des capacités importantes des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux pour la lutte contre l'extrémisme violent en Alberta.

Les activités du projet comprendront l'organisation d'ateliers et de groupes de consultation, et la conception de matériel didactique et de procédures d'intervention. Les constatations du travail de l'OPV seront fournies aux praticiens, aux membres de la communauté et à d'autres intervenants pour orienter leur travail de lutte contre la radicalisation menant à la violence.

TMPR d'Ottawa (Tables multidisciplinaires de prévention des risques)

Service de police d'Ottawa

Le service de police d'Ottawa entend élargir l'initiative MERIT/TMPR, un programme d'intervention collaboratif qui compte sur la participation de multiples organismes locaux. Ce programme est axé sur le développement des communautés, de l'éducation, de la prévention et sur l'atténuation des risques au moyen d'une intervention rapide. Le but est de mieux venir en aide aux personnes dans le besoin en créant un système efficace pour accroître la prestation des services sociaux. L'expansion de ce programme permettra d'élargir le travail de prévention à Ottawa, entre autres, en mettant en place des ressources pour aborder les cas de radicalisation menant à la violence. Les fonds serviront à évaluer les besoins locaux, à former les agents et les intervenants de première ligne et à mesurer le rendement du programme, ainsi qu'à faire connaître le programme par l'intermédiaire de campagnes de relations publiques.

Date de modification :