Galerie multimédia - 2021

Le ministre Blair souligne le Mois de la Fierté 2021
22 juin 2021


Transcription

Bonjour à tous, je m’appelle Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile.

Je m’adresse à vous ce matin depuis mon domicile, qui est situé sur le territoire traditionnel de la nation Mississauga of the New Credit.

Comme vous le savez tous, juin est le Mois de la Fierté au Canada.

C’est l’occasion de célébrer la communauté 2ELGBTQQIA+ dans ce pays. C’est aussi l’occasion de reconnaître l’histoire et les difficultés de la communauté ainsi que les défis qu’elle a dû relever, tout en célébrant les progrès réalisés.

Au début du mois de juin, nous donnons le coup d’envoi de la saison de la Fierté, avec ses festivals et ses célébrations partout au Canada.

Même si les événements seront différents cette année en raison de la pandémie, cela ne nous empêchera pas de célébrer et de montrer notre fierté individuelle et collective.

Cette année, nous marquons le 50e anniversaire des premières manifestations pour les droits de ces communautés au Canada, qui ont eu lieu à Vancouver et à Ottawa en 1971 – un véritable tournant pour le mouvement au Canada.

C’est un rappel que la lutte pour l’égalité n’est pas encore terminée.

Pendant trop longtemps, ces communautés se sont heurtées aux injustices et à l’intolérance ciblées.

Les personnes bispirituelles, lesbiennes, gaies, bisexuelles, transgenres, queers et intersexuées continuent de se heurter aux inégalités et même à la violence simplement à cause de leur identité.

Nous le constatons également dans les taux disproportionnés de crimes haineux – et dans l’augmentation des actes de discours haineux en ligne, d’intimidation et de cyberintimidation.

Tant que la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre et l’expression de genre existera, nous devrons nous exprimer et faire entendre notre voix.

Parce que lorsque nous éliminons les obstacles à la réussite, nous faisons de nos communautés des endroits sécuritaires et accueillants où vivre, pour tous les Canadiens. Tout le monde en bénéficie.

Mon ministère, Sécurité publique Canada, s’est engagé à améliorer la vie des personnes bispirituelles, lesbiennes, gaies, bisexuelles, transgenres, queers et intersexuées au Canada.

Nous y parviendrons grâce à un travail dévoué visant à renforcer la sécurité de la communauté par le biais d’initiatives de financement de programmes, de partenariats visant à prévenir la violence fondée sur le sexe et de l’important travail de création du Plan d’action relatif aux 2ELGBTQQIA+.

Je suis très fier de célébrer et d’appuyer ces communautés dans l’ensemble du portefeuille de Sécurité publique.

J’espère que vous vous joindrez à moi pour célébrer l’histoire, le courage et la remarquable diversité de ces communautés au Canada, alors que nous donnons le coup d’envoi du Mois de la Fierté et de la saison de la Fierté.

Je vous remercie. Bon Mois de la Fierté à tous.

Le ministre Blair commémore le Mois national de l'histoire autochtone 2021
22 juin 2021


Transcription

Bonjour tout le monde, je suis Bill Blair, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile du Canada.

Je tiens à souligner que je m’adresse à vous aujourd’hui depuis mon domicile, qui est situé sur le territoire traditionnel des Mississauga de Credit.

Juin est le Mois national de l’histoire autochtone dans ce pays.

C’est l’occasion pour nous tous de reconnaître et d’en apprendre davantage sur l’histoire, le patrimoine, la diversité et les contributions des Premières Nations, des Inuits et des Métis du Canada.

Cette année, le Mois national de l’histoire autochtone est dédié aux enfants disparus, aux familles abandonnées et aux survivants des pensionnats.

Comme tout le monde, j’ai été profondément attristé par la nouvelle bouleversante et horrible que les restes de 215 enfants ont été trouvés sur le site de l’ancien pensionnat indien de Kamloops.

Cette découverte est un rappel douloureux de la terrible réalité, de l’héritage tragique et de la honte du système de pensionnat.

Comme l’a dit le premier ministre, « nous ne pouvons pas nous cacher de cela… et nous devons nous en acquitter ».

Le Mois national de l’histoire autochtone coïncide également cette année avec le lancement du Plan d’action national et de la Voie fédérale de lutte contre la violence à l’égard des femmes, des filles et des personnes 2ELGBTQQIA+ autochtones disparues et assassinées.

Cette tragédie nationale en cours est une tache sur l’histoire de notre pays.

Et il ne faut jamais l’oublier.

Et tandis que nous nous engageons sur la voie commune de la réconciliation avec les peuples autochtones, le gouvernement du Canada s’efforce de faire en sorte que de telles tragédies ne se reproduisent plus jamais.

La réforme de la police est un élément clé de cet engagement.

Mon ministère et moi-même travaillons actuellement fort à l’élaboration conjointe d’un cadre législatif qui reconnaît la police des Premières Nations comme un service essentiel.

L’objectif est de s’assurer que les communautés du Canada ont des services de police qui sont culturellement compétents et qui sont équitables, tant en termes de ressources que de qualité, comme dans toutes les autres régions du Canada.

Le Gouvernement continue également de prendre des mesures pour améliorer la sécurité des femmes, des filles et des personnes 2ELGBTQQIA+ autochtones dans tout le pays.

Et nous demeurons déterminés à lutter contre les inégalités et le racisme systémique à l’égard des peuples autochtones qui existent encore dans notre système de justice pénale et nos institutions de sécurité publique.

Nous devons – et nous voulons – faire mieux pour les communautés autochtones partout au Canada.

Cela comprend une meilleure éducation sur le traitement historique des peuples autochtones qui se poursuit encore aujourd’hui, tout en acquérant une meilleure compréhension des cultures, des voix et de l’histoire riches et diverses des peuples des Premières Nations, des Inuits et des Métis.

C’est vraiment la raison d’être du Mois national de l’histoire autochtone.

Et je vous encourage tous à vous joindre à moi pour marquer cet important mois en honorant et en découvrant les cultures et les expériences des peuples autochtones du Canada.

Je vous remercie tous beaucoup.

Projet de loi sur le pardon présenté pour remédier aux inégalités du système de justice pénale et assurer la sécurité des collectivités
10 juin 2021


Transcription

Bonjour, je suis Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile.

Aujourd’hui, j’ai été fier de prendre la parole à la Chambre des communes et de présenter le projet de loi sur la réforme du pardon proposé par notre gouvernement.

Lorsqu’il sera adopté, ce projet de loi permettra aux personnes ayant un casier judiciaire d’effectuer des demandes de pardon bien plus tôt — au lieu d’attendre cinq ans, les personnes reconnues coupables d’une infraction punissable par voie de déclaration sommaire de culpabilité pourront demander pardon après trois ans. Et les personnes reconnues coupables d’un acte criminel devront maintenant attendre seulement cinq ans avant d’effectuer une demande.

Nous proposons également de réduire considérablement les frais de demande de pardon afin que tous les Canadiens qui ont des casiers judiciaires aient un accès égal et équitable.

Permettre aux gens d’obtenir plus rapidement des pardons les aide à réintégrer la société, et améliore la sécurité publique grâce à une réduction de la récidive et de la victimisation.

Toutefois, les personnes condamnées pour les infractions les plus graves — infractions sexuelles contre des enfants, peines de terrorisme de plus de 10 ans, ou peines à perpétuité ou d’une durée indéterminée — continueront d’être inadmissibles à la demande de pardon pour casier judiciaire.

Environ 10 % de tous les Canadiens ont un casier judiciaire, et ces casiers judiciaires constituent un obstacle important aux possibilités d’emploi, d’éducation et de logement.

La loi reconnaît la nécessité de réduire la stigmatisation causée par un casier judiciaire afin que les individus qui ont purgé leur peine puissent maintenant, en tant que citoyens respectueux de la loi, réussir à réintégrer la collectivité. Ces mesures feront du Canada une société plus juste et plus sûre pour tous.

Merci.

Le ministre Blair se penche sur la Journée mondiale de la Croix-Rouge 2021
8 mai 2021


Transcription

Bonjour à tous, je suis Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile.

Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale de la Croix-Rouge – c’est un jour où nous reconnaissons le travail que la Croix-Rouge fait pour aider les gens au Canada et partout dans le monde chaque jour.

Cette année a été particulièrement remarquable pour la Croix-Rouge.

Dans les pays du monde entier, elle s’est mobilisée pour jouer un rôle essentiel en aidant les gouvernements à réagir à la pandémie COVID-19.

Ici, au Canada, elle est en première ligne.

La Croix-Rouge canadienne a aidé nos aînés dans des foyers de soins de longue durée, a veillé à ce que les travailleurs étrangers temporaires puissent travailler en toute sécurité, a doté nos centres d’isolement
de soutien, a soutenu les communautés autochtones, a fourni de l’aide en santé mentale et a doté en personnel et testé des sites de vaccination. Elle a été là pour les Canadiens et a sauvé des vies.

Chaque fois que nous avons fait appel à la Croix-Rouge canadienne, elle a répondu rapidement et courageusement à l’appel au service.

Nous savons que cette année a été difficile pour de très nombreux Canadiens qui ont perdu des membres de leur famille et des amis, mais dans tous les cas, les membres de la Croix-Rouge canadienne n’ont jamais hésité à faire preuve de dévouement.

Leur travail a vraiment été une source d’inspiration et, au nom du gouvernement et de tous les Canadiens, je tiens à remercier la Croix-Rouge canadienne pour son travail acharné et courageux.

Nous n’oublierons jamais le rôle que vous avez joué dans la lutte contre la pandémie.

Et au nom de tous les Canadiens, merci.

Le ministre Blair se penche sur le Mois du patrimoine asiatique 2021
3 mai 2021


Transcription

Bonjour à tous, mon nom est Bill Blair, le ministre canadien de la Sécurité publique et de la Protection civile.

Je suis très heureux de pouvoir vous transmettre mes commentaires à partir de mon domicile, qui est situé sur le territoire traditionnel de la nation Mississauga of the New Credit.

Au Canada, nous célébrons le mois de mai comme le Mois du patrimoine asiatique.

Et cette année, le thème du Mois du patrimoine asiatique est « Reconnaissance, résilience et détermination ».

Tout au long du mois de mai, des activités virtuelles organisées partout au Canada rendront hommage aux importantes contributions que les personnes d’origine asiatique au Canada ont apportées au patrimoine et à l’identité de notre pays depuis des siècles.

Et ce mois est l’occasion de réfléchir aux contributions que les Canadiens d’origine asiatique continuent d’apporter à notre pays, à notre croissance et à notre prospérité et de les célébrer.

C’est aussi l’occasion pour tous les Canadiens d’en apprendre davantage sur l’histoire des Canadiens d’origine asiatique et sur leurs contributions.

Au cours des deux derniers siècles, des immigrants de toutes les régions d’Asie se sont rendus au Canada.

Ils ont apporté à notre société un riche patrimoine culturel, représentant de nombreuses langues, ethnies et traditions religieuses.

Depuis, les habitants de cette communauté diversifiée, dynamique et en pleine croissance ont contribué à tous les aspects de la vie au Canada, qu’il s’agisse des arts et des sciences, du sport, des affaires ou du gouvernement.

Et cette diversité représente véritablement l’une des plus grandes forces du Canada.

Nous nous efforcerons toujours de faire en sorte que tous les Canadiens aient la possibilité de réaliser leur plein potentiel et de participer à la vie civique du Canada.

Et en tant que société, nous devons continuer à travailler chaque jour pour nous assurer que le Canada demeure la société inclusive et pluraliste que nous en sommes tous venus à apprécier.

Les événements récents ont montré qu’il reste beaucoup de colère, d’anxiété et de polarisation dans notre société, que les pressions de la pandémie n’ont fait qu’exacerber.

La montée de l’intolérance raciale à l’égard des Canadiens d’origine asiatique est totalement inacceptable et franchement anticanadienne.

Elle prive la communauté de sa sécurité et de sa dignité.

Et nous ne devons jamais laisser la haine nous diviser.

Nous devons continuer à défendre les valeurs de diversité et de compassion qui font la force de notre pays.

Et ce mois-ci, j’espère que vous vous joindrez à moi pour célébrer les remarquables contributions des Canadiens d’origine asiatique à notre pays.

J’espère que vous continuerez à faire passer le message, à nous aider à nous comprendre et à apprendre les uns des autres, et à promouvoir la diversité culturelle et la prospérité asiatiques au Canada.

Merci beaucoup à tous.

Acheter du cannabis en ligne
12 avril 2021


Transcription

Un nombre croissant de Canadiens font leurs courses en ligne, y compris pour l’achat de produits du cannabis. Mais s’approvisionnent-ils auprès d’une source légale?

La proportion de consommateurs qui ont obtenu du cannabis d’une source illégale a diminué après sa légalisation, mais les fournisseurs illégaux rôdent toujours en ligne.

Les produits du cannabis légaux ne sont vendus en ligne que par des détaillants qui sont autorisés par le gouvernement de votre province ou territoire. Voici quelques éléments à garder en tête.

Vérifiez si l’emballage porte un timbre d’accise. Le timbre garantit que le produit provient d’un producteur titulaire d’une licence fédérale, qu’il est fabriqué selon les normes de santé et de sécurité les plus élevées, que ses taux de THC sont exacts et qu’il est exempt de substances nocives.

Il est à noter que chaque province et territoire a un timbre d’une couleur différente.

Les produits du cannabis contenant plus de 0,3 % de THC doivent aussi porter des étiquettes qui affichent le symbole du cannabis normalisé, des enseignements sur les risques liés à la consommation et des mises en garde obligatoires en matière de santé, telles que : « Ne conduisez pas ou n’opérez pas de machinerie lourde après avoir consommé du cannabis ».

Méfiez-vous des sites Web qui vous demandent de payer par transfert électronique ou par cryptomonnaie, et examinez leur adresse électronique. S’il s’agit d’une adresse générale ou non commerciale, c’est un signal d’alarme. De plus, si l’on indique que la livraison est effectuée partout au Canada, il s’agit d’un fournisseur illégal et votre achat pourrait être confisqué.

Alors, avant d’effectuer un achat, faites vos recherches. Vous avez ainsi la garantie que vous n’achetez que des produits du cannabis légaux, que vos renseignements financiers sont protégés et que les recettes de la vente ne tombent pas dans les poches de criminels et du crime organisé.

Pour obtenir d’autres renseignements, visitez canada.ca/cannabis.

Le ministre Blair se penche sur la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale 2021
21 mars 2021


Transcription

Bonjour, je suis Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile du Canada.

Aujourd’hui marque la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale.

Organisée en 1979 par les Nations Unies, elle vise à promouvoir une culture mondiale de tolérance, d’égalité et de lutte contre la discrimination.

De plus, elle exige de nous tous de nous lutter contre les préjugés raciaux et l’intolérance.

La discrimination fondée sur la race ou la partialité ne peut pas être tolérée au Canada.

C’est contraire à nos droits et aux valeurs qui nous sont chères en tant que Canadiens.

Pourtant, tragiquement, les racines de ce racisme sont profondément ancrées dans notre pays.

Par conséquent, beaucoup trop de politiques simplistes, haineuses et effrayantes ont une incidence sur de nombreuses communautés, notamment les communautés noires et autochtones.

Au fil des années, nous avons réalisé des progrès importants.

Je suis encouragé par les travaux entrepris dans le cadre de la stratégie canadienne de lutte contre le racisme : Construire une fondation pour le changement.

De plus, au sein de mon portefeuille, je reste déterminé à ce que tous les fonctionnaires des organismes d’application de la loi et de sécurité du Canada aient accès à une formation sur la partialité inconsciente, la lutte contre le racisme et les compétences culturelles.

Toutefois, nous avons encore beaucoup de chemin à faire.

Le gouvernement tient à défendre les valeurs de principe de l’inclusion, de la compassion, de l’équité et de la justice, et à véritablement lutter contre le racisme systémique connu dans notre pays.

De plus, pour souligner cette importante journée, je tiens à remercier tous les Canadiens d’avoir partagé l’engagement de rendre le Canada meilleur, plus équitable et plus juste.

Chaque jour, chacun de nous doit y contribuer pour bâtir ensemble la nation que nous voulons.

Merci.

Le ministre Blair se penche sur la Semaine de la prévention de la conduite avec les facultés affaiblies 2021
21 mars 2021


Transcription

Bonjour, je suis Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile.

Cette semaine, c’est la Semaine nationale de la prévention de la conduite avec facultés affaiblies.

Les dangers de la conduite avec les facultés affaiblies sont bien connus, tout comme les conséquences tragiques et totalement évitables.

La conduite avec les facultés affaiblies est une principale cause de décès et de blessures attribuables à un acte criminel au Canada.

Et pour les survivants et les proches touchés par un accident de véhicule, la douleur et la souffrance peuvent durer toute une vie.

Et pourtant, année après année, même pendant cette pandémie, trop de gens continuent de faire le mauvais choix et de conduire quand ils ne sont pas en état de le faire.

La conduite d’un véhicule avec facultés affaiblies, tant par la drogue que par l’alcool, n’est jamais acceptable.

Et c’est pour cette raison que les semaines de sensibilisation comme celle-ci peuvent être très importantes.

Et c’est aussi pour cela que le gouvernement du Canada a donné aux policiers plus d’outils, de formation et de ressources pour accroître les efforts de détection afin qu’ils puissent arrêter plus de conducteurs dont les facultés sont affaiblies, et en particulier ceux dont les facultés sont affaiblies par la drogue.

Les chiffres les plus récents suggèrent que ce soutien supplémentaire contribue à ce faire.

En 2019, le nombre d’incidents de conduite avec facultés affaiblies signalés par la police a augmenté de 43 % par rapport à l’année précédente.

Et nous continuerons d’appuyer les mesures d’application de la loi à l’encontre des conducteurs aux facultés affaiblies.

Mais le plus important, c’est d’empêcher en premier lieu les gens de conduire avec des facultés affaiblies.

Et dans cette question importante, nous avons tous un rôle à jouer.

Je souhaite encourager les parents à en parler à leurs enfants, car les jeunes conducteurs sont le groupe le plus à risque.

Je profite de l’occasion pour implorer tous ceux qui regardent : si vous avez bu de l’alcool ou consommé de la drogue, si vous êtes trop fatigué ou incapable de vous concentrer, faites le bon choix et abstenez-vous de prendre le volant.

Prenez un taxi, utilisez le transport en commun rapide ou utilisez votre application préférée de service de voiturage.

Vous devez planifier et trouver d’autres moyens plus sûrs de vous rendre à destination.

Nous avons maintenant plus d’options que jamais; il n’y a donc vraiment aucun prétexte.

Pensez à votre avenir, à la sécurité de vos passagers et des autres usagers de la route, ainsi qu’aux répercussions potentielles des décisions que vous prenez pour ceux qui vous tiennent à cœur.

Pour leur bien et pour le vôtre, faites le bon choix et ne conduisez pas si vos facultés sont affaiblies.

Je vous remercie beaucoup.

Le ministre Blair se penche sur la Journée internationale des femmes
8 mars 2021


Transcription

Bonjour, je suis Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile du Canada.

J’aimerais profiter de cette occasion pour souhaiter à toutes et à tous une bonne Journée internationale des femmes.

Je profite également de l’occasion pour souligner la contribution de toutes les femmes qui travaillent d’arrache-pied, jour après jour, pour assurer la sécurité des Canadiens.

Je suis fier que quatre des organisations de mon portefeuille soient dirigées par des femmes.

Et je suis aussi reconnaissant pour les efforts remarquables investis par des milliers de femmes aux quatre coins de notre portefeuille.

Grâce à leurs compétences et à leur dévouement, ces femmes jouent un rôle crucial dans la réponse du Canada à la pandémie et dans la protection de nos frontières, de nos collectivités, de nos établissements correctionnels et de notre sécurité nationale.

Je suis également reconnaissant du travail acharné des femmes talentueuses dans l’ensemble du gouvernement, ainsi que de notre engagement à l’égard de la parité entre les genres parmi mes collègues du cabinet.

Malgré les progrès réalisés par les femmes sur le lieu de travail et partout ailleurs, je sais que l’égalité des genres reste un objectif difficile à atteindre, au Canada comme ailleurs dans le monde.

Et c’est pourquoi je m’engage à respecter les principes de l’égalité des genres dans tout ce que je fais.

Et c’est pour cette raison qu’en tant que portefeuille, nous continuerons de prendre des mesures contre la violence et la discrimination fondées sur le genre.

À toutes celles et ceux qui contribuent à l’ensemble de ces efforts, je tiens une fois de plus à vous remercier.

Et à toutes les femmes et les filles, je vous souhaite une très bonne Journée internationale des femmes.

Extrait : Initiative en matière de planification de la sécurité des collectivités autochtones
6 janvier 2021


Transcription

L’Initiative de planification de la sécurité des collectivités autochtones aide les collectivités

autochtones à identifier les risques de leur sécurité communautaire et à élaborer leur

propre plan de sécurité communautaire, ou ce que nous appelons un PSC, pour faire face

à ces risques.

Ce qui rend ce processus différent et efficace, c’est qu’il est dirigé par la collectivité

avec l’aide et le soutien des employées de Sécurité publique Canada.

La planification de la sécurité des collectivités autochtones est fondée sur la compréhension

du fait que la guérison fait partie intégrante de ce cheminement.

L’approche communautaire des PSC permet de s’assurer que le plan de sécurité communautaire

qui en résulte tient compte des priorités établies par la collectivité et qui sont

propres à sa situation actuelle.

Au cours de l’élaboration des PSC, la collectivité détermine également ses propres forces,

atouts et objectifs en matière de sécurité et de mieux-être, afin que les membres de

la collectivité puissent se préparer à jouer leur rôle dans le cheminement vers

un foyer et une vie communautaire plus sains et plus sécuritaire.

La planification de la sécurité communautaire ne se limite pas à la rédaction d’un plan;

il s’agit plutôt d’un processus à long terme qui aidera tous les membres à regarder

d’où ils viennent et à réfléchir aux effets historiques.

Cela nécessite que la collectivité se rassemble pour planifier la façon de guérir en partageant

des valeurs et en assumant la responsabilité d’établir et d’atteindre des objectifs

qui feront de la collectivité une communauté plus saine et plus sécuritaire pour vivre

et élever des familles.

Ce travail à long terme est planifié, élaboré et mis en œuvre par les membres de la collectivité,

c’est pourquoi les dirigeants de la collectivité doivent comprendre et soutenir pleinement

le processus.

Tout au long du processus, les communautés auront l’appui de l’agent de liaison de

Sécurité publique Canada et d'un animateur.

L’animateur est spécialement formé et rémunéré par Sécurité publique Canada,

pour animer vos ateliers et, entre les ateliers, l’animateur guidera également le groupe

central à travers les tâches importantes dont le groupe devra s’acquitter seul.

Une fois le PSC élaboré, tout le monde devrait avoir une bonne compréhension des défis

importants de la collectivité et des atouts communautaires qui peuvent répondre à ces défis.

Une fois le PSC réalisé, le groupe central devrait se sentir mieux outillé pour discuter

de solutions avec ses partenaires, et Sécurité publique Canada peut aider à le porter à

l’attention des autres ministères.

Entreprendre ce cheminement peut être une étape importante pour les communautés alors

qu’ils planifient pour aujourd’hui et pour les générations futures.

Date de modification :