Programmes prometteurs et modèles pour prévenir la criminalité - volume I

PDF (1.3Mb)

ISBN : 978-0-662-04019-4

Table des matières

Centre national de prévention du crime
Octobre 2008

Introduction

La mission du Centre national de prévention du crime (CNPC) est d'exercer un leadership à l'échelle nationale pour ce qui est des pratiques de prévention et de réduction de la criminalité efficaces et abordables en s'attaquant aux facteurs de risque dans les populations et les milieux à risque élevé.Le CNPC axe ses efforts sur deux activités principales, soit le soutien de pratiques ciblées en matière de prévention de la criminalité et le développement et la diffusion des connaissances pratiques. À cette fin, les pratiques en matière de prévention de la criminalité doivent être intégrées aux programmes et services déjà offerts dans la collectivité et elles doivent s'appuyer sur les connaissances sur les facteurs de protection et de risque et, enfin, elles doivent employer des pratiques fondées sur la recherche. En outre, ces pratiques doivent être mesurables et axées sur des priorités précisesFootnote 1.

Ce document s'inscrit dans le travail continu du CNPC pour promouvoir et faire connaître les programmes, stratégies et initiatives efficaces de prévention de la criminalité.

L'information sur les programmes n'a pas pour objet de dicter ce qui doit être fait ni d'obliger les organismes à reproduire les modèles présentés. D'abord un outil de référence pour toutes les personnes qui s'attachent à diminuer la délinquance, la violence et l'insécurité, ce document propose de brèves descriptions de programmes de prévention novateurs, prometteurs et modèles. Il illustre la manière efficace et durable de mettre en place des programmes de prévention qui donnent de bons résultats avec la participation d'acteurs clés. En outre, il aide à comprendre comment s'y prendre pour que les efforts de prévention du crime portent des fruits.

Ce document, qui se fonde sur les conclusions de recensions de littérature en prévention du crime, répertorie les programmes modèles et prometteurs. Il ne remplace pas, mais complémente les sources originales d'information sur les divers programmes. Il s'appuie en grande partie sur l'examen des conclusions tirées d'évaluations exhaustives et de qualité supérieure des programmes et des initiatives de prévention de la criminalité au Canada et ailleurs. Les sources principales citées dans le présent document ne sont pas exhaustives, il est donc vivement conseillé de consulter d'autres ressources pertinentes.

Cet ouvrage de référence est d'abord destiné aux agents de programme du CNPC et aux organismes communautaires qui comptent présenter une demande de financement de projets de prévention de la criminalitéau gouvernement fédéral. À ce titre, ce guide sera utile à la conception et au lancement d'initiatives locales de prévention de la criminalité.

Sélection des programmes

En 2007, le CNPC a établi de nouvelles orientations et priorités visant à :

La sélection de programmes dans le présent document tient compte des priorités du CNPC. Il doit être clair, cependant, qu'il ne s'agit pas d'une liste exhaustive de tous les programmes prometteurs et exemplaires.

Les programmes décrits dans le présent document peuvent se situer à divers points du continuum des services, depuis la prévention précoce jusqu'aux programmes d'assistance postpénale destinés aux délinquants. Certains ciblent plus d'un problème, d'un groupe d'âge ou d'une population. Ils visent, entre autres, la prévention de la délinquance, le soutien communautaire en matière de probation, les services communautaires, les programmes en milieu scolaire, la résolution de conflits, la thérapie familiale, l'acquisition de compétences parentales, le mentorat et la justice réparatrice. Les programmes décrits proviennent de diverses sources de programmes modèles et prometteurs, notamment :

Les programmes choisis pour inclusion dans ce document devaient satisfaire à des critères minimums pour être considérés comme des programmes novateurs, prometteurs ou modèles. L'encadré ci-après précise les définitions que nous avons utilisées.

Définitions

Programme modèle :
Programme de prévention ayant satisfait à la norme scientifique supérieure pour ce qui est de l'efficacité (programme de prévention et d'intervention dont l'efficacité a été scientifiquement éprouvée), comme l'attestent des évaluations publiées; a un véritable effet soit préventif soit dissuasif continu, permet de réduire le comportement déviant ou les facteurs de risque liés à celui-ci ou, encore, d'améliorer les facteurs de protection liés au comportement déviant; a également été reproduit avec succès dans des collectivités ou des contextes différents.
Programme prometteur :
Programme de prévention qui est conforme aux normes scientifiques pour ce qui est de l'efficacité, mais qui ne respecte pas toutes les normes rigoureuses auxquelles doit satisfaire un programme modèle. Les programmes prometteurs sont admis et soutenus à condition d'être soumis à une évaluation minutieuse. En règle générale, lorsqu'ils sont mis en place avec un minimum de fidélité au modèle d'origine et qu'ils s'inscrivent dans un cadre conceptuel raisonnable et un schéma d'évaluation limités (groupe unique pour le prétest et le post-test), ces programmes donnent des résultats empiriques prometteurs (même s'ils sont parfois inconstants).
Programme novateur :
Programme de prévention qui met à l'épreuve des nouvelles stratégies et théories d'intervention axées sur une population à risque. Ces programmes sont basés sur un puissant cadre théorique qui lie l'intervention proposée avec le (s) facteur (s) de risque, la population ciblée et les résultats espérés. Les projets novateurs démontrent des changements prouvés à travers une conception de recherche limitée et exigent une confirmation causale en utilisant des techniques d'expérimentation plus adéquates. Ces programmes sont reconnus et encouragés avec la mise en garde qu'ils soient évalués soigneusement.

(Substance Abuse and Mental Health Services Administration, 2000; OJJDP, États-Unis, 2007; Welsh, 2007)

Les programmes sélectionnés répondent également aux critères suivants :

Éléments essentiels à la réussite

Les programmes répertoriés dans ce document reposent sur des caractéristiques spécifiques à leur réussite. Néanmoins, il existe des clés de succès universelles qui semblent pouvoir s'appliquer à tous les programmes de prévention de la criminalité, à savoir :

Programmes dans les collectivités autochtones

Options de traitement en matière de violence familiale

Catégorie de programme : Programme novateur

Population cible : Délinquants adultes

Le Tribunal d'options de traitement en matière de violence familiale (OTVF) a été mis sur pied en 2000 en réaction au taux élevé de violence conjugale, au fait qu'une bonne partie de la population autochtone se sentait victimisée par le système de justice traditionnel et à la perception selon laquelle peu de victimes signalaient à la police les agressions perpétrées à leur encontre par un membre de leur famille.

Le projet Options de traitement en matière de violence familiale (OTVF) réalisé à Whitehorse, au Yukon, est un tribunal spécialisé qui inclut un programme de traitement pour les conjoints violents. Le tribunal spécialisé a mis à contribution nombre d'intervenants, notamment des policiers, des agents de probation, un procureur spécialisé, des services aux victimes et des groupes de défense des droits des femmes.

En matière de violence familiale, ce projet représentait un système d'intervention complet, offrant une solution différente aux peines traditionnelles imposées par les tribunaux criminels. Il donnait aussi au délinquant et, bien qu'indirectement, à la victime, la possibilité de choisir un Programme de traitement à l'intention des conjoints violents (PTCV).

Méthodologie

Le PTCV offrait aux hommes et aux femmes un traitement visant à changer leurs attitudes et leurs comportements violents. Le programme se déroulait sous forme de thérapies de groupe, à raison de deux séances de deux heures par semaine pendant dix semaines, puis d'une période de suivi de six semaines. En plus d'aider les délinquants à examiner les facteurs à l'origine de leurs comportements violents, le programme visait à permettre aux participants d'acquérir de nouvelles compétences afin de gérer leur stress émotionnel.

Trois groupes ont suivi le PTCV :

Les objectifs du programme étaient les suivants :

Évaluation

À la fin du projet, il y a eu une évaluation des processus et des résultats, dans le cadre de laquelle on a comparé les trois groupes ayant participé au PTCV. On a comparé les taux de récidive parmi ces groupes à ceux notés dans des études sur les tribunaux spécialisés dans les affaires de violence familiale menées par Palmer (1992) et Gondolf (2001). Pendant la période visée par l'évaluation, 318 clients ont participé au projet. Un suivi des cas de récidive a été mené jusqu'à la fin du projet en utilisant divers systèmes d'information de la police. Une combinaison de méthodologies et de techniques a été utilisée, notamment l'observation, l'utilisation d'instruments normalisés, des formulaires et systèmes d'information touchant le programme et des données d'autres organismes.

L'évaluation des processus a révélé que :

L'évaluation des résultats a montré ce qui suit :

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Tribunal territorial du Yukon
C. P. 2703, J-3E
Whitehorse (Yukon)
Y1A 2C6
Tél. : 1-800-661-0408, poste 5441
Courriel : courtservices@gov.yk.ca

Pour obtenir de plus amples renseignements ou un exemplaire du rapport d'évaluation définitif, veuillez communiquer avec le Centre national de prévention du crime au 1-800-830-3118 ou visiter son site Web : www.securitepublique.gc.ca/CNPC.

Vous pouvez également consulter le site Web (en anglais) de l'Institut canadien de recherche sur le droit et la famille : www.ucalgary.ca/~crilf/index.html.

Projet de classe en plein air de Gwich'in

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Enfants autochtones âgés de 6 à 12 ans

Le projet de classe en plein air de Gwich'in était un programme de prévention du crime adapté à la culture, qui a été réalisé dans les collectivités de Fort McPherson et d'Aklavik, dans lesTerritoires du Nord-Ouest.Le projet visait les enfants autochtones de 6 à 12 ans vivant dans les collectivités nordiques éloignées. Les enfants devaient faire face à de multiples facteurs de risque associés à la criminalité, notamment le manque d'attachement à l'école et à la communauté, les dépendances, l'implication à des gangs de jeunes et le manque de soutien parental.

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Des évaluations des processus et des résultats ont été menées. Au nombre des méthodes de collecte de données utilisées, mentionnons des entrevues, des tests normalisés servant à mesurer le comportement des enfants, des discussions informelles dans les régions et les collectivités et la cueillette d'information sur le programme. Lors de la collecte des données, les évaluateurs se sont concentrés sur les facteurs culturels et environnementaux. Les évaluations étaient fondées sur des données recueillies avant et après le projet. Au total, 112 participants ont participé à l'étude d'évaluation et un groupe témoin distinct dans la collectivité d'Aklavik a été établi.

L'évaluation des processus a révélé que :

Les résultats de l'évaluation ont révélé que :

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Conseil tribal des Gwich'in
Chef Jim Koe Zheh

1-3 Council Crescent
C. P. 1509
Inuvik (Territoires du Nord-Ouest)
X0E 0T0
Tél. : 1-867-777-7900

Références

Capobianco, Laura et Margaret Shaw. 2003. Crime Prevention and Indigenous Communities: Current International Strategies and Programs. Montréal : Montréal, Canada : Centre international pour la prévention de la criminalité.
Disponible au : www.crime-prevention-intl.org/publications/pub_1_1.pdf

Sécurité publique Canada. Centre national de prévention du crime. 2007. Projet de classe en plein air de Gwich'in.
Disponible au : www.securitepublique.gc.ca/cnt/rsrcs/pblctns/2007-es-10/index-fra.aspx

Territoires du Nord-Ouest. Ministère de l'Éducation, de la Culture et de la Formation. 1993. Dene Kede Curriculum Document, Grades K 6. Yellowknife : Ministère de l'Éducation, de la Culture et de la Formation.

Programmes à l'intention des délinquants

Cercles de soutien et de responsabilité (CSR)

Catégorie de programme : Programme novateur

Population cible : Adultes ou jeunes délinquants sexuels de sexe masculin qui ont été incarcérés pendant toute la durée de leur peine et qui sont le plus à risque de récidive

Les cercles de soutien et de responsabilité (CSR) sont constitués de quatre à sept bénévoles qualifiés qui s'engagent à soutenir, à son retour dans la collectivité, une personne ayant été incarcérée pour toute la durée de sa peine à cause de ses antécédents de délinquance sexuelle (appelé « participant principal »), et à la tenir responsable de ses actes. Le participant est tout à fait libre de faire partie du programme ou non.

Le but principal des CSR est de « favoriser la réussite de la réinsertion des hommes mis en liberté dans la collectivité, en leur fournissant de l'aide, des services de défense de leurs droits et le moyen de s'acquitter de leurs responsabilités de manière valable si, au retour, ils mènent une vie respectueuse de la loi dans la collectivité » (Service correctionnel du Canada, 2002).

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Service correctionnel du Canada
Administration centrale
340, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario)
K1A 0P9
Tél. : 613-992-5891

Références

Canada. Service correctionnel du Canada. 2001. Cercles de soutien et de responsabilité : rapport d'évaluation. Ottawa, Ontario.

Canada. Service correctionnel du Canada. 2002. Cercles de soutien et de responsabilité : guide à l'intention des candidats bénévoles - Manuel de formation 2002. Ottawa, Ontario.

Wilson, R., J. Picheca et M. Prinzo. 2005. Cercles de soutien et de responsabilité : évaluation du projet pilote dans le Centre-sud ontarien. Ottawa, Ontario, Service correctionnel du Canada.

Programme d'intervention auprès des récidivistes invétérés (PIRI)

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Jeunes qui commettent des actes criminels graves ou répétés

Le PIRI est un système de gestion de cas qui compte sur un vaste partenariat entre les organismes du système de justice pénale et les services communautaires. L'objectif du PIRI est d'amener les organismes qui travaillent avec les jeunes récidivistes chroniques à partager l'information et les ressources dont ils disposent. Le PIRI aide les organismes à donner une attention supplémentaire aux jeunes délinquants récidivistes chroniques en les tenant immédiatement responsables de leurs actes et en les aidant à accéder aux services dont ils ont besoin.

Voici les objectifs du PIRI :

Méthodologie

Renseignements additionnels

L'Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention (OJJDP) a mis au point un programme de formation et d'assistance technique. Le programme de formation sur le PIRI comprend une journée d'orientation intensive destinée aux administrateurs locaux des organismes publics et privés, laquelle porte surtout sur les principes du PIRI et la nécessité d'améliorer les ressources du système judiciaire pour les jeunes. De plus, un cours de 40 heures est destiné aux administrations afin de les aider à élaborer leurs propres ententes interorganismes. Ce cours s'adresse aux décideurs dans les domaines de l'application de la loi, de l'éducation, du tribunal de la jeunesse, des services de probation et de libération conditionnelle pour les jeunes, des services correctionnels et pénitentiaires pour les jeunes, des poursuites et des services sociaux. Une aide technique additionnelle pourrait être offerte sur demande, selon la disponibilité des fonds.

Évaluation

Dans une évaluation indépendante de 1995, des participants au PIRI ont mentionné les retombées importantes suivantes :

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Lieutenant John Mickler
Directeur du projet
Decatur Police Department
333 rue Franklin Sud
Decatur, IL 62523
Tél. : 217-424-2739

Pour de plus amples renseignements sur les programmes et la formation PIRI :

Bob Hubbard
Gestionnaire de programme
Division de la formation et de l'assistance technique
OJJDP
Tél. : 202-616-3567

Références

Alberta. Solicitor General and Public Security. 2000. Serious and Violent Offenders Program.
Disponible au : www.solgen.gov.ab.ca/awareness/offenders.aspx.

Calgary Police Service. 2008. Keeping an Eye onYoung Offenders to Prevent Crime.
Disponible au : www.calgarypolice.ca/community/cpa_12.html.

Medaris, Michael. 1996. Serious Habitual Offender Comprehensive Action Program, Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention.
Disponible au : www.ncjrs.gov/txtfiles/shocap.txt.

Utah Board of Juvenile Justice. 2008. Serious Habitual Offender Comprehensive Action Program.
Disponible au : www.juvenile.state.ut.us/SHOCAP/SHOWEB.PDF.

Thérapie multisystémique (TMS)

Catégorie de programme : Programme modèle

Population cible : Familles et jeunes contrevenants

Dans le cadre de la thérapie multisystémique (TMS), on considère les personnes comme étant des éléments d'un réseau de systèmes interconnectés. La TMS vise à réduire la délinquance en ciblant un système ou une combinaison quelconque de systèmes. Cette thérapie, qui repose sur la famille et la collectivité, s'attaque aux comportements antisociaux des jeunes contrevenants. La TMS cible les jeunes qui ont déjà des démêlés avec le système de justice pour adolescents et qui risquent l'incarcération.

Les objectifs principaux de la TMS sont les suivants :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Selon des évaluations du programme de TMS, les jeunes délinquants qui ont suivi la thérapie voient leur taux d'arrestation à long terme réduits dans une proportion de 25 % à 70 %, font l'objet d'une diminution (47 % à 64 %) du nombre de placements à l'extérieur du foyer, fonctionnent mieux dans la famille et ont moins de troubles mentaux.

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Marshall Swenson, M.S.S., M.B.A.
MST Services, Inc.
710 J. boulevard Dodds
Mount Pleasant, SC 29464
Tél. : 843-856-8226
Courriel : marshall.swenson@mstservices.com
Sites Web : www.mstservices.com ou www.mstinstitute.org

Références

Center for the Study and Prevention of Violence. 2006. « Multisystemic Therapy (MST) », Blueprints Model Programs Fact Sheet. Boulder (Colorado) : Center for the Study and Prevention of Violence, Institute of Behavioural Science, University of Colorado.
Disponible au : www.colorado.edu/cspv/blueprints/modelprograms/MST.html .

Multisystemic Therapy Services. 2007. Multisystemic Therapy - An Overview. Mount Pleasant, SC.
Disponible au : www.mstservices.com/overview_a.pdf.

National Registry of Evidence-based Programs and Practices. Intervention Summary : Multisystemic Therapy. sans date.
Disponible au : nrepp.samhsa.gov/programfulldetails.asp?PROGRAM_ID=102.

Promising Practices Network on Children, Families and Communities. 2007. Multisystemic Therapy. Santa Monica, CA : Rand C.
Disponible au : www.promisingpractices.net/program.asp?programid=81.

Programmes à l'intention des enfants à risque âgés de 6 à 11 ans

Clubs garçons et filles du Canada et des États-Unis - Programmes et services pour les jeunes à risque et leur famille

Catégorie de programme : Programme prometteur

Populations ciblées : Enfants à risque âgés de 5 à 18 ans, familles vivant dans des collectivités défavorisées

Les Clubs garçons et filles constituent un endroit sûr et favorable où l'on met à la disposition des enfants et des jeunes des programmes et des services de qualité qui favorisent la croissance et le développement en santé. Les clubs sont administrés par des conseils de direction bénévoles. Ils offrent une panoplie de services, tels que des camps d'été, des foyers de groupe, des garderies pour les enfants d'âge scolaire ainsi que des programmes de loisirs, de counseling sur les drogues, de développement du leadership; de counseling entre pairs; de soutien pour les adolescentes-mères et d'éducation alternative pour les décrocheurs scolaires.

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

En tout, 21 évaluations des programmes et des activités des clubs qui se sont déroulées sur une période de 20 ans ont fait l'objet d'un examen ayant pour but de dégager l'incidence générale de l'adhésion aux clubs :

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Clubs garçons et filles du Canada
7100, avenue Woodbine, Suite 204
Markham (Ontario)
L3R 5J2
Tél. : 905-477-7272
Courriel : info@bgccan.com

Références

Arbreton, A.J.A., J. Sheldon et C. Herrera. 2005. Beyond Safe Havens:A Synthesis of Research on the Boys & Girls Clubs. Philadelphie (Pennsylvanie). Document rédigé dans le cadre d'un partenariat public-privé.
Disponible au : www.ppv.org/ppv/publications/assets/186_publication.pdf.

Boys and Girls Club of America. 2007.
Disponible au : www.bgca.org.

Clubs garçons et filles du Canada. 2006.
Disponible au : www.bgccan.com/index.asp.

Fast Track

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Jeunes à risque, élèves de la première à la sixième année

Fast Track est un programme de prévention à long terme qui considère que le comportement antisocial est issu de multiples influences dans la vie des enfants, y compris d'influences subies à l'école et à la maison et de l'influence des pairs. Le programme cible les enfants de la première à la sixième année qui ont des comportements perturbateurs et qui ne s'entendent pas bien avec leurs pairs. Le programme a été mis en œuvre avec succès en Grande-Bretagne, en Australie, au Canada et aux États Unis.

Voici les principaux objectifs du programme Fast Track :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Les évaluations de l'efficacité du programme Fast Track ont démontré que, par rapport aux enfants des groupes témoins, les jeunes qui ont participé au programme recevaient de meilleurs commentaires de la part des parents et des enseignants, dérangeaient moins en classe et étaient moins agressifs; les parents avaient moins recours à des punitions corporelles et participaient davantage aux activités de l'école.

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Mark T. Greenberg, Ph. D.
Human Development and Family Studies Tr-Madison
110 Henderson Building South
Pennsylvania State University
University Park, PA 16802-6504
Tél. : 814-863-0112
Téléc. : 814-865-2530
Courriel : prevention@psu.edu
Site Web : www.fasttrackproject.org

Références

Center for the Study and Prevention of Violence. 2006. Fast Track. Blueprints Promising Programs Fact Sheet Series. Boulder, Colorado : Center for the Study and Prevention of Violence, Institute of Behavioural Science, University of Colorado.
Disponible au : www.colorado.edu/cspv/publications/factsheets/blueprints/FS-BPP05.pdf .

Fast Track. 2001. Project Overview.
Disponible au : www.fasttrackproject.org/fasttrackoverview.htm.

Linking the Interests of Family and Teachers (LIFT)

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Jeunes à risque, élèves de la première à la cinquième année

Linking the Interests of Family and Teachers (LIFT) est un programme d'intervention en milieu scolaire axé sur les problèmes de comportement. Il vise à intervenir tôt au cours du développement de l'enfant et est axé sur les comportements et les facteurs qui conduisent ultérieurement à la délinquance. Le programme cible les garçons et les filles de la première à la cinquième année, ainsi que leur famille, qui vivent dans des quartiers à risque.

Voici les principaux objectifs du programme LIFT :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

John B. Reid
Oregon Social Learning Center
160 East 4th Avenue
Eugene, OR 97401
Tél. : 541-485-2711

Références

Center for the Study and Prevention of Violence, 2006. « Linking the Interests of Families and Teachers (LIFT) », Boulder (Colorado), Center for the Study and Prevention of Violence, Institute of Behavioural Science, Blueprints Model Programs Fact Sheet, University of Colorado.
Disponible au : www.colorado.edu/cspv/blueprints/promisingprograms/BPP09.html.

Child Trends. Linking the Interests of Families and Teachers (LIFT), 2003.Washington, DC: ChildTrends.
Disponible au : www.childtrends.org/lifecourse/programs/LinkingtheInterestsofParentandTeachers.htm.

Reid, J., J. Eddy, R. Fetrow et M. Stoolmiller, 1999. « Description and Immediate Impacts of a Preventive Intervention for Conduct Problems », American Journal of Criminology, (27)4: 483-517.

Olweus Bullying Prevention Program (BPP)

Catégorie de programme : Programme modèle

Population cible : Jeunes de 7 à 18 ans

Le Olweus Bullying Prevention Program (programme Olweus de prévention de l'intimidation) est un programme global constitué de nombreuses composantes et dont le but est de réduire et de prévenir l'intimidation à l'école. Il cherche à restructurer l'environnement scolaire de manière à éliminer les occasions d'intimidation et les avantages qui découlent de l'intimidation. Le programme Olweus de prévention de l'intimidation cible les élèves des écoles primaires, intermédiaires ou secondaires premier cycle.Tous les élèves de l'école participent à presque tous les volets du programme, bien que certains sont destinés spécialement aux enfants qui sont, soit victimes, soit auteurs d'actes d'intimidation. Le programme Olweus de prévention de l'intimidation a vu le jour en Norvège, mais a, depuis, été introduit dans d'autres pays, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne.

Voici les objectifs visés par le programme Olweus de prévention de l'intimidation :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Dan Olweus, Ph. D.
Centre de recherche pour la promotion de la santé
Université de Bergen
Christiesgt, 13, N-5015
Bergen, Norvège
Tél. : 47-55-58-23-27

Références

Bauer, N., P. Lozano et F. Rivara. 2007.«The Effectiveness of the Olweus Bullying Prevention Program in Public Middle Schools : A Controlled Trial », Journal of Adolescent Health, 40 : 266-274.

Center for the Study and Prevention of Violence. 2006. « Olweus Bullying Prevention Program ». Blueprints Model Programs Fact Sheet. Boulder (Colorado) Center for the Study and Prevention of Violence, Institute of Behavioral Science, University of Colorado.

Substance Abuse and Mental Health Services Administration. SAMHSA Model Programs: Olweus Bullying Prevention Program.
Disponible au : www.modelprograms.samhsa.gov/pdfs/model/Olweus%20Bully.pdf.

Substance Abuse and Mental Health Services Administration. The Olweus Bullying Prevention Program, sans date.
Disponible au: www.nvbest.org/models/samsha/programsheets/OlweusBullying.pdf.

Police Athletic League (PAL)

Catégorie de programme : Programme novateur

Population cible : Jeunes âgés de 6 à 18 ans

PAL est un organisme qui se trouve dans de nombreux services de police aux États Unis. Dans le cadre de ce programme, des membres de la force policière entraînent des jeunes garçons et filles dans différentes disciplines sportives, aident aux devoirs et autres activités scolaires. Les objectifs du programme sont de développer la force de caractère, renforcer les liens entre la police et la collectivité et empêcher les enfants de prendre des drogues illégales.

Le but du programme PAL est d'aider les enfants à développer leur caractère et à les protéger pendant les années critiques de leur développement par l'entremise de l'éducation, des loisirs, de la socialisation et des arts et, ainsi, de les encourager à vivre une vie productive et utile.

Méthodologie

Renseignements additionnels

Les services de police qui décident d'offrir un programme PAL doivent s'engager à le faire pour une période de temps donnée. Ils doivent, en outre, faire preuve de souplesse à l'égard des coordonnateurs PAL pour que ceux-ci puissent s'occuper du programme tout en exerçant leurs fonctions officielles d'agents de police.

Évaluation

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

National Association of Police Athletics / Activities Leagues, Inc.
658 West Indiantown Road, Suite 201
Jupiter, FL 33458
Tél. : 561-745-5535

Références

Baltimore Police Department. Division of Planning and Research. 1998. Juvenile Victimization Comparison for Goodnow Pal Center Area. Baltimore, Maryland : Baltimore Police Athletic League.

National Association of Police Athletica/Activities League.
Disponible au : www.nationalpal.org/index.php

SNAP™ (Stop Now and Plan)

Catégorie de programme : Programme modèle

Population cible : Enfants et jeunes contrevenants, âgés de 6 à 12 ans

Le programme SNAP est un programme communautaire pour les enfants qui ont des démêlés avec le système de justice pénale ou qui sont susceptibles d'en avoir et qui affichent des signes avant-coureurs de comportements antisociaux ou agressifs. Le programme a recours à des techniques de modification du comportement afin de réduire les risques que des enfants aient un jour des comportements délinquants. Le programme SNAP vise les garçons et les filles de 6 à 12 ans.

Les principaux objectifs de SNAP sont les suivants :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Child Development Institute
197, avenue Euclid
Toronto (Ontario)
M6J 2J8
Tél. : 416-603-1827
Courriel : mail@childdevelop.ca

Références

Augimera, L., D. Farrington, C. Keegl et D. Day. 2007. « The SNAP Under 12 Outreach Project: Effects of a Community Based Program for Children with Conduct Problems » Journal of Child and Family Studies, (16): 799-807.
Disponible au : www.springerlink.com/content/8083461515035734/?p=ed46e6cb38314c75bac1a56460f6edcd&pi=0

Child Development Institute. 2004. SNAP Material and Training Order Forms.
Disponible au : www.childdevelop.ca/public_html/research/publications.html.

Granic, I., A. O'Hara, D. Pepler et M. Lewis. 2007. « A Dynamic Systems Analysis of Parent-child Changes Associated with Successful « Real-world Interventions for Aggressive Children ». Journal of Abnormal Child Psychology, (35): 845-857.

SNAP Pittsburgh. Fewer Delinquents, Fewer Criminals, 2007.
Disponible au : http://psvp.org/SNAP/SNAP%20Documents/0627%20SNAP%20short%20story.pdf.

Programmes à l'intention des jeunes à risque âgés de 12 à 17 ans

Community Youth Development Study (CYDS)

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Jeunes âgés de 12 à 18 ans ayant des problèmes de toxicomanie et de comportement dans la collectivité

La CYDS est une étude sur les interventions d'une durée de cinq ans conçue pour déterminer dans quelle mesure le système « Communities That Care® » (CTC) favorise le développement sain des jeunes et la réduction de la consommation de drogue chez les jeunes, de la violence, de la délinquance, du nombre de grossesses chez les adolescentes et du taux de décrochage scolaire. Le système CTC est un cadre stratégique pour la planification et la gestion des activités de prévention à l'échelle d'une collectivité. Il fait appel à l'utilisation de données recueillies dans la collectivité sur les facteurs de risque et les facteurs de protection pour orienter la sélection de programmes de prévention fondés sur des données scientifiques.

La CYDS, qui est mise en œuvre à l'aide du système CTC, vise à :

MéthodologieFootnote 3

Cette approche exige la participation des membres de la collectivité et celle de professionnels (policiers, travailleurs sociaux, éducateurs et professionnels de la santé), qui formeront un regroupement d'intervenants clés chargés de surveiller la planification et la réalisation du programme.

Renseignements additionnels

Évaluation

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

J. David Hawkins
Social Development Research Group
School of Social Work
University of Washington
9725 3rd avenue NE, Suite 401
Seattle, WA 98115
Tél. : 206-543-7655
Courriel : jdh@u.washington.edu

Références

Communities That Care. 2007.
Disponible au : http://ncadi.samhsa.gov/features/ctc/resources.aspx.

France A. et I. Crow. 2005. « Using the 'Risk Factor Paradigm' in Prevention: Lessons from the Evaluation of Communities that Care », Children & Society, 19 : 172-184.

Hawkins J. 1999. « Preventing Crime and Violence through Communities that Care », European Journal on Criminal Policy and Research, 7 : 443-458.

Functional Family Therapy (FFT)

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Familles et jeunes à risque âgés de 11 à 18 ans

Functional Family Therapy est un projet de prévention et d'intervention, basé sur les familles, qui s'adresse aux jeunes de 11 à 18 ans ayant des problèmes de délinquance, de toxicomanie et de violence. Ce projet a été appliqué avec succès chez différents groupes ethniques, dans différents contextes socioéconomiques et pour différentes problématiques (consommation de drogues et d'alcool, délinquance et violence).

FFT est un programme de prévention multisystémique qui vise à :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Doug Kopp
Functional Family Therapy, LLC
1611, boulevard McGilvra Est
Seattle, WA 98112
Cellulaire : 206-409-7198
Téléc. : 206-664-6230
Courriel : dkfft@msn.com
Site Web : www.fftinc.com

Références

Functional Family Therapy. Disponible au : www.fftinc.com.

Mihalic S., K. Irwin et al. 2001. « Blueprint forViolence Prevention », Juvenile Justice Bulletin, département de la Justice des États-Unis, Office of Justice Programs, Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention.
Disponible au : www.ncjrs.gov/html/ojjdp/jjbul2001_7_3/contents.html.

Sexton T. et J.Alexander. 2000. « Functional Family Therapy », Justice Juvenile Journal, Family Strengthening Series, département de la Justice des États Unis, Office of Justice Programs, Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention, Washington (DC).
Disponible au : www.ncjrs.gov/pdffiles1/ojjdp/184743.pdf.

Leadership and Resiliency Program (LRP)

Catégorie de programme : Programme modèle

Population cible : Jeunes âgés de 14 à 19 ans

Le Leadership and Resiliency Program (LRP) vise à aider les jeunes à augmenter leur force intérieure et leur résilience et à les empêcher de faire l'expérience de la drogue et à recourir à la violence.

Le programme est conçu pour :

Méthodologie

Le programme comporte quatre volets :

Chaque volet est assorti d'un document comprenant une description du programme, des différentes activités de groupe et des fournitures requises ainsi que des modèles de formulaires, des formules de consentement et des conseils pour appliquer le programme ailleurs.

Renseignements additionnels

Évaluation

Une évaluation avant et après le programme a révélé :

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Laura Yager, M.Ed., LPC, CCP-ATOD
Director, Prevention Services
Alcohol and Drug Services
Fairfax-Falls Church Community Services Board
3900 Jermantown Road, Suite 200
Fairfax, VA 22030
Tél. : 703-934-5476
Courriel : Laura.yager@fairfaxcounty.gov
Site Web : www.fairfaxcounty.gov/csb/

Références

Fairfax-Falls Church Community Services Board. Fairfax County, Virginia.
Disponible au : www.fairfaxcounty.gov/csb/.

SAMHSA Model Programs.
Disponible au : http://nrepp.samhsa.gov/legacy_fulldetails.asp?LEGACY_ID=93.

Life Skills Training (LST)

Catégorie de programme : Programme modèle

Population cible : Jeunes âgés de 12 à 15 ans

Le programme Life Skills Training (LST) est un programme de prévention offert en milieu scolaire qui vise à prévenir la consommation précoce de drogue et d'alcool chez les jeunes. Le programme LST est principalement destiné aux élèves de niveau intermédiaire (sixième et septième années). À l'origine, il a été élaboré à l'intention des écoles de la classe moyenne fréquentées majoritairement par des enfants de race blanche, mais il s'est également avéré efficace auprès des membres des minorités ethniques des milieux défavorisés.

Les principaux objectifs du programme LST sont les suivants :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

National Health Promotion Associates, Inc.
711 avenue Westchester
White Plains, NY 10604
Sans frais: 800-293-4969
Tél. : 914-421-2525
Télec. : 914-421-2007
Courriel : lstinfo@nhpamail.com
Site Web : www.lifeskillstraining.com

Références

Botvin, G. et K. Griffin. 2005. « Prevention Science, Drug Abuse Prevention, and Life SkillsTraining:Comments on the State of the Science ». Journal of Experimental Criminology, (1) : 63-78.

Center for the Study and Prevention of Violence. 2007. « Life Skills Training », Blueprints Model Programs Fact Sheet, Boulder (Colorado) : Center for the Study and Prevention of Violence, Institute of Behavioral Science, University of Colorado.
Disponible au : www.colorado.edu/cspv/blueprints/modelprograms/LST.html.

Life Skills Training. (sans date).
Disponible au : www.lifeskillstraining.com.

Mackillop, J., K. Ryabchenko et S. Lisman. 2006. « Life Skills Training Outcomes and Potential Mechanisms in a Community Implementation:A Preliminary Investigation », Substance Use & Misuse, (41) : 1921-1935.

National Health Promotion Associates. Life Skills Training, sans date.
Disponible au: www.lifeskillstraining.com/index.php.

Promising Practices Network. 2007. Life Skills Training. Santa Monica, CA: Rand C.
Disponible au : www.promisingpractices.net/program.asp?programid=48.

Smith, E., J. Swisher et J.Vicary. 2004. « Evaluation of Life Skills Training and Infused Life Skills Training in a Rural Setting: Outcomes at Two Years », Journal of Alcohol and Drug Education, 48(1) : 51-70.

Project Towards No Drug Abuse (Projet TND)

Catégorie de programme : Programme modèle

Population cible : Jeunes à risque âgés de 14 à 19 ans

Le projet TND est fondé sur un modèle visant l'acquisition de compétences, la motivation et la prise de décisions judicieuses. Il est axé sur les facteurs de motivation, les compétences et les facteurs de prise de décisions judicieuses qui peuvent amener un jeune à risque à développer une dépendance à la drogue. Il s'agit d'un programme de prévention de la toxicomanie élaboré à l'intention des jeunes de niveau secondaire (âgés de 14 à 19 ans) qui ont été transférés de leur école ordinaire vers une école alternative, en raison de leurs problèmes de comportement et de fonctionnement. Le projet est axé sur ces jeunes parce qu'ils sont plus susceptibles que les élèves des écoles secondaires ordinaires de développer une dépendance à la drogue.

Les objectifs du projet TND sont les suivants :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Une étude menée auprès de quelque 3 000 jeunes de 42 écoles différentes a révélé que, 30 jours après la fin du programme, chez les participants de sexe masculin, la consommation de tabac avait diminué de 27 %; la consommation de marijuana, de 22 %; la consommation de drogues dures, de 26 %; la consommation d'alcool, de 9 %; et la victimisation, de 6 %.

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Jim Miyano
USC Institute for Prevention Research
1000 South Fremont Avenue, Unit 8
Alhambra, CA 91803
Tél. : 800-400-8461
Courriel : miyano@usc.edu
Site Web: www.usc.edu

Références

Center for the Study and Prevention of Violence. 2006. « Project Towards No Drug Abuse (Project TND) », Blueprints Model Programs Fact Sheet. Boulder (Colorado) : Center for the Study and Prevention of Violence, Institute of Behavioural Science, University of Colorado.
Disponible au : www.colorado.edu/cspv/blueprints/model/programs/TND.html.

Project Towards No Drug Abuse. Matériel de formation en ligne, sans date.
Disponible au : http://tnd.usc.edu/

SAMSHA's National Registry of Evidence-based Programs and Practices. Intervention Summary: Project Towards No Drug Abuse, sans date.
Disponible au : www.nrepp.samhsa.gov/programfulldetails.asp?PROGRAM_ID=62.

Sussman, S., C. Dent et A. Stacy. 2002. « Project Towards No Drug Abuse:A Review of the Findings and Future Directions », American Journal of Health Behaviour, 26(5) : 354-365.

University of Southern California. Institute for Prevention Research. Project Towards No Drug Abuse (TND), sans date.
Disponible au: http://tnd.usc.edu/index.php.

Quantum Opportunities Program (QOP)

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Jeunes à risque âgés de 14 à 19 ans

Le Quantum Opportunities Program (QOP) est un programme d'intervention multidisciplinaire à long terme qui vise à réduire les taux de décrochage et de délinquance chez les élèves défavorisés de niveau secondaire, à promouvoir la scolarisation et à augmenter le taux d'obtention de diplôme. Le programme vise les élèves de 9e année qui viennent de familles à faible revenu, et il dure pendant leurs quatre années des études secondaires.

Les principaux objectifs du QOP sont les suivants :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

C. Benjamin Lattimore
Opportunities
Industrialization Centers of America, Inc.
1415 North Broad Street
Philadelphia, PA 19122
Tél. : 212-236-4500, poste 251

Andrew Hahn
Brandeis University
Heller Graduate School
The Center for Human Resources
Waltham, MA 02254-9110
Tél. : 617-736-3851

Références

Child Trends. 2002. Guide to Effective Programs for Children and Youth.Washington, D.C. : Child Trends.
Disponible au: www.childtrends.org/Lifecourse/programs/QuantumOpportunitiesProgram.htm.

Lattimore, B.C., S. F. Mihalic, J. K. Grotpeter et R.Taggert. 1998.«The Quantum Opportunities Program », dans D.S.Elliott (dir.), Blueprints for Violence Prevention, Boulder (Colorado) Center for the Study and Prevention of Violence, Institute of Behavioral Science, University of Colorado.

Mihalic S., K. Irwin et al. 2001. « Blueprint for Violence Prevention », Juvenile Justice Bulletin, département de la Justice des États-Unis, Office of Justice Programs, Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention.
Disponible au : www.ncjrs.gov/html/ojjdp/jjbul2001_7_3/contents.html.

Promising Practices Network. 2002. Quantum Opportunities Program.
Disponible au : www.promisingpractices.net/program.asp?programid=27.

Schirm, A., Rodriguez-Planas, N., Maxfield, M. & Tuttle, C. 2003. The Quantum Opportunity Program Demonstration: Short-term Impacts. Washington, DC: Mathematica Policy Research, Inc.
Disponible au : www.doleta.gov/reports/papers/QOP_short_term_impacts.pdf.

Strengthening Families Program (SFP) pour les parents et les jeunes de 10 à 14 ans

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Jeunes âgés de 10 à 14 ans et leur famille

Le Strengthening Families Program (SFP) est un programme universel d'intervention familiale qui vise à accroître les facteurs de protection et à réduire les facteurs de risque au sein des familles. Il a été élaboré à l'intention des jeunes de 10 à 14 ans, en particulier les élèves de 6e année, et de leur famille. Le SFP a été mis en œuvre dans 33 écoles rurales de la région du Midwest des États Unis, qui sont surtout fréquentées par de jeunes blancs de la classe moyenne.

Les principaux objectifs du SFP sont les suivants :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Richard Spoth
Institute for Social and Behavioral Research
ISU Research Park
Building 2, Suite 500
2625 North Loop Drive
Iowa State University
Ames, IA 50010
Tél. : 515-294-9752
Site Web : www.exnet.iastate.edu/sfp

Références

Center for the Study and Prevention of Violence. 2006. « Strengthening Families Program for Parents and Youth 10-14 », Blueprints Model Programs Fact Sheet. Boulder (Colorado) : Center for the Study and Prevention of Violence, Institute of Behavioral Science, University of Colorado.
Disponible au : www.colorado.edu/cspv/blueprints/promisingprograms/BPP18.html.

Department of Health Promotion & Education. (Sans date). Strengthening America's Families: Effective Family Programs for Prevention of Delinquency, sans date.
Disponible au : www.strengtheningfamilies.org/index.html.

University of Utah. Department of Health Promotion and Education. (Sans date). Strengthening Families.Training Sessions, Manuals, and Materials. Salt Lake City, Utah.
Disponible au: www.strengtheningfamiliesprogram.org/

Wraparound Milwaukee

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Jeunes à risque âgés de 13 à 17 ans

Le programme Wraparound Milwaukee est un programme de soins complet qui vise à offrir des soins personnalisés aux jeunes délinquants et à leur famille. Il tend à réduire le nombre de placements en établissement en offrant des traitements et des programmes familiaux dans la collectivité. Il est destiné aux familles et jeunes âgés de 13 à 17 ans qui ont de graves problèmes de santé mentale et de maîtrise des émotions et du comportement.

Les objectifs du programme Wraparound Milwaukee sont les suivants :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Trois ans après la fin du programme, une étude a révélé une diminution considérable du taux de récidive chez les jeunes qui avaient participé au programmeWraparound Milwaukee, notamment en ce qui concerne les actes délictueux graves et les méfaits. Elle a révélé également que les participants au programme avaient commis moins d'infractions sexuelles, d'infractions contre les biens, de voies de fait et d'infractions commises à l'aide d'une arme.

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Bruce J. Kamradt
Wraparound Milwaukee
9201 Watertown Plank Road
Wauwatosa, WI 53226
Tél.: 414-257-7639
Télec.: 414-257-7575
Courriel : bkamrad@wrapmilw.org
Site Web: www.milwaukeecounty.org/WraparoundMilwaukee7851.htm

Références

Helping America's Youth. Programs to HelpYouth: Wraparound Milwaukee, sans date.
Disponible au : http://guide.helpingamericasyouth.gov/programdetail.cfm?id=43.

Kamradt, B. 2000. « Wraparound Milwaukee: AidingYouth with Mental Health Needs », Juvenile Justice, 7(1) : 14-23.

Milwaukee County. Wraparound Milwaukee, sans date.
Disponible au : www.milwaukeecounty.org/WraparoundMilwaukee7851.htm.

Youth Inclusion Program (YIP)

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Jeunes âgés de 13 à 16 ans à haut risque de délinquance

Le Youth Inclusion Program (YIP) vise à réduire la criminalité et les comportements antisociaux dans les quartiers en créant des endroits sûrs où les jeunes peuvent acquérir de nouvelles compétences, participer à des activités sociales et obtenir de l'aide pour leurs études. Des personnes ayant une excellente influence - mentors bénévoles et travailleurs sociaux - aident les jeunes à changer d'attitude par rapport aux études et à la criminalité.

Les objectifs du programme sont les suivants :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Une évaluation indépendante menée à l'échelle nationale sur l'efficacité du YIP au cours de ses trois premières années a révélé que :

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Youth Justice Board for England and Wales
11 Carteret Street
London SW1H9DL
Tél. : 02072713033
Courriel : enquiries@yjb.gov.uk

Références

Morgan Harris Burrows. 2003. Evaluation of theYouth Inclusion Programme: End of Phase One Report. Londres : Youth Justice Board.
Disponible au : www.yjb.gov.uk/publications/resources/downloads/YIP-Evaluation03.pdf

Youth Justice Board.
Disponible au : www.yjb.gov.uk/en-gb/yjs/Prevention/YIP/

Programmes à l'intention des jeunes à risque âgés de 16 à 24 ans

Job Corps

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Jeunes à risque âgés de 16 à 24 ans

Job Corps est un programme fédéral américain conçu pour aider les jeunes défavorisés à devenir des citoyens responsables, employables et productifs en fournissant des ressources matérielles, du soutien moral, de l'information, des connaissances techniques et théoriques ainsi que du soutien et des interactions sociales.

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

U.S. Department of Labor
Frances Perkins Building
200 Constitution Avenue, NW
Washington, DC 20210
Tél. : 1-866-487-2365

Références

Job Corps. Disponible au : jobcorps.dol.gov/.

Schochet, P., J. Brughardt et S. Glazerman. 2000. National Job Corps Study: the Impacts of Job Corps on Participants' Employment and Related Outcomes. Washington, DC : Employment and Training Administration, Département du travail des États-Unis.
Disponible au : www.eric.ed.gov/ERICDocs/data/ericdocs2sql/content_storage_01/0000019b/80/16/3f/7d.pdf.

Schochet, P., J. Brughardt, & S. Glazerman. 2001. National Job Corps Study: the Short-term Impacts of Job Corps on Participants' Employment and Related Outcomes. Princeton, NJ: Mathematica Policy Research, Inc.
Disponible au : www.eric.ed.gov/ERICDocs/data/ericdocs2sql/content_storage_01/0000019b/80/19/44/c4.pdf.

Programme de placement familial à traitement multidimensionnel (PFTM)

Catégorie de programme : Programme modèle

Population cible : Familles et jeunes à risque

Le programme de placement familial à traitement multidimensionnel (PFTM) est une solution de rechange efficace à l'incarcération, à l'hospitalisation ou à l'internement. Le modèle PFTM s'appuie sur la théorie de l'apprentissage social, selon laquelle les interactions avec les autres aident à modeler le comportement en société. Ainsi, les interactions à l'intérieur de la famille aident à façonner les types de comportement prosociaux que l'enfant peut adopter à l'extérieur. Le modèle a également recours à une approche thérapeutique multimodale qui comprend une formation comportementale dans différents environnements tels que la maison, l'école et le groupe de pairs. Le programme cible les adolescents ayant des antécédents de comportement criminel chronique. Les individus ciblés présentent des comportements antisociaux et des troubles affectifs et risquent d'être internés ou incarcérés.

Voici les principaux objectifs du PFTM :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Les évaluations du PFTM ont révélé que les jeunes qui ont participé au programme ont passé 60 % moins de jours dans un centre de détention dans les 12 mois qui ont suivi la fin du programme par rapport aux non-participants. En outre, ils ont fait l'objet d'un moins grand nombre d'arrestations, ont été plus assidus à leurs programmes, ont moins consommé de drogues dures pendant la période de suivi et ont été plus assidus à l'école.

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Gerard Bouwman
TFC Consultants, Inc.
1163 Olive Street
Eugene, OR 97401
Tél. : 541-343-2388
Courriel : gerardb@mtfc.com
Site Web : www.mtfc.com

Références

Chamberlain, P., & S. F. Mihalic. 1998. Multidimensional Treatment Foster Care: Blueprints for Violence Prevention, Book Eight. Blueprints forViolence Prevention Series. Boulder, CO : Center for the Study and Prevention of Violence, Institute of Behavioral Science, University of Colorado. Disponible au : www.colorado.edu/cspv/blueprints/modelprograms/MTFC.html

Chamberlain, P. 2003. « The Oregon Multidimensional Treatment Foster Care Model: Features, Outcomes, and Progress in Dissemination ». Cognitive and Behavioural Practice, 10(4): 303-312.

Substance Abuse and Mental Health Services Administration. SAMHSA Model Programs. Disponible au : www.modelprograms.samhsa.gov/pdfs/model/multi.pdf.

Seattle Social Development Project (SSDP)

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Ensemble de la population et enfants à risque élevé

Le Seattle Social Development Project (SSDP) [projet de développement social de Seattle] est un programme d'intervention pluriannuel offert en milieu scolaire, qui est orienté par le modèle de développement social, lequel intègre des éléments des théories du contrôle social, de l'apprentissage social et de l'association différentielle. D'après ce modèle, les familles et l'école participent à la vie du jeune pour l'aider à acquérir des compétences et des aptitudes positives et à tisser des liens solides entre les participants. S'inspirant de la théorie du contrôle social, ces liens empêchent le jeune d'afficher des comportements socialement inacceptables. Le SSDP a également recours à une stratégie de réduction du risque et d'acquisition de compétences qui permet de réduire les comportements délinquants et déviants chez les jeunes qui participent au programme. Le SSDP peut être employé tant pour l'ensemble de la population que pour les enfants à risque élevé de la première à la sixième année.

Le SSDP cherche à :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

J. David Hawkins, Ph. D.
University of Washington
Social Development Research Group (SDRG)
9275 3rd Avenue NE, Suite 401
Seattle, WA 98115
Tél. : 206-685-1997
Courriel : sdrg@u.washington.edu
Site Web : http://depts.washington.edu/ssdp/

Références

Center for the Study and Prevention of Violence. 2006. Seattle Social Development Project (SSDP). Blueprints Model Programs Series. Boulder, Colorado : Center for the Study and Prevention of Violence, Institute of Behavioural Science, University of Colorado. Disponible au : www.colorado.edu/cspv/publications/factsheets/blueprints/FS-BPP17.pdf

Hill, K., J. Howell, J. Hawkins, & S. Battin-Pearson. 1999. “Childhood Risk Factors for Adolescent Gang Membership: Results from the Seattle Social Development Project”. Journal of Research in Crime and Delinquency, 36(3): 300-322.

O'Donnell, J., J. Hawkins, R. Catalano, R. Abbott, & E. Day. 1995. “Research Preventing School Failure, Drug Use, and Delinquency Among Low-Income Children: Long-Term Intervention in Elementary Schools”. American Journal of Orthopsychiatry, 65(1): 87-100.

Promising Practices Network. 2006. Seattle Social Development Project. Disponible au : www.promisingpractices.net/program.asp?programid=64

Programmes de prévention de la criminalité juvénile associée aux gangs

Boston Gun Project et Operation Ceasefire

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Jeunes âgés de 6 à 18 ans qui évoluent dans le monde de la violence armée et des gangs

Le Boston Gun Project et l'intervention Operation Ceasefire [projet d'armes à feu de Boston et Opération cessez-le-feu] sont des stratégies exhaustives de lutte contre le phénomène de la violence commis au sein d'un gang ou avec une arme à feu. Ils ont été élaborés à titre d'interventions policières visant expressément à réduire le nombre d'homicides et d'actes de violence commis par des jeunes à l'aide d'une arme à feu à Boston, au Massachusetts.

Cette initiative a été mise en œuvre dans le cadre d'un partenariat novateur entre des universitaires et des intervenants qui ont travaillé en collaboration pour déterminer les facteurs qui incitaient des jeunes de la ville à commettre des homicides et pour élaborer et appliquer des solutions efficaces. Le service de police de Boston et des chercheurs de l'Université Harvard ont lancé le projet en invitant des intervenants clés du système de justice pénale et des services sociaux de la ville à faire partie d'un groupe de travail et à appuyer un processus fondé sur la recherche. Au départ, les organismes et les personnes suivantes ont participé au projet : les services de probation et de libération conditionnelle; des travailleurs sociaux; le bureau du Suffolk County District Attorney; le Federal Bureau of Alcohol, Tobacco and Firearms; le U.S.Attorney's Office; le Department of Youth Services et la City of Boston School Police.

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

James Jordan
Gary French
Boston Police Service
1 Schroeder Plaza
Boston, MA 02120
Tél. : 617-343-5096 ou 617-343-4444

David Kennedy
Kennedy School of Government
Harvard University
79 JFK Street
Cambridge, MA 02138
Tél. : 617-495-5188

Références

Braga, Anthony A., David M. Kennedy, Anne M. Piehl et Elin J.Waring. 2001. « Part I. Developing and Implementing Operation Ceasefire. ». Dans Reducing Gun Violence: the Boston Gun Project's Operation Ceasefire.Washington, D.C. : département de la Justice des États-Unis, National Institute of Justice.

Braga, Anthony A., David M. Kennedy, Anne M. Piehl et Elin J.Waring. 2001. « Part II. Measuring the Impact of Operation Ceasefire. ». Dans Reducing Gun Violence: the Boston Gun Project's Operation Ceasefire.Washington, D.C. : département de la Justice des États-Unis, National Institute of Justice.

Braga, Anthony A., David M. Kennedy, Anne M. Piehl et Elin J.Waring. 2001 « Problem-Oriented Policing, Deterrence, and Youth Violence:An Evaluation of Boston's Operation Ceasefire ». Journal of Research in Crime and Delinquency, 38(3): 195-225.

National Institute of Justice. 2001. Reducing GunViolence:The Boston Gun Project's Operation Ceasefire.Washington, D.C. : National Institute of Justice, Office of Justice Programs, département de la Justice des États-Unis. Disponible au : www.ncjrs.gov/pdffiles1/nij/188741.pdf

Gang Prevention through Targeted Outreach / Gang Intervention through Targeted Outreach

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Jeunes âgés de 6 à 18 ans qui risquent d'adhérer à un gang

Le programme Gang Prevention through Targeted Outreach a été créé pour aider les membres des Clubs garçons et filles à :

Méthodologie

Renseignements additionnels

Évaluation

L'évaluation portait sur les membres des 21 Clubs garçons et filles ayant utilisé l'approche de prévention et sur les 3 Clubs où l'approche d'intervention avait été adoptée. Les Clubs utilisant l'approche de prévention ont commencé à mettre en œuvre le programme d'intervention Gang Prevention through Targeted Outreach (GPTTO) en même temps que le processus d'évaluation ou un an avant. Les Clubs utilisant l'approche d'intervention ont élaboré leurs propres projets d'une durée de 1 à 3 ans avant le début de l'évaluation. Le volet « prévention » portait sur 932 jeunes, tandis que le volet « intervention » portait sur 104 jeunes. Le sous-échantillon était constitué de 236 jeunes dans le volet « prévention » et de 66 jeunes dans le volet « intervention ». L'évaluation a révélé qu'une participation fréquente au programme GPTTO permettrait :

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Boys and Girls Club of America
Administration centrale
1275 rue Peachtree NE
Atlanta, GA 30309-3506
Tél. : 404-487-5700
Courriel : info@bgca.org

Références

Arbreton, Amy J.A. et Wendy S. McClanahan. 2002. Targeted Outreach: Boys and Girls Clubs of America's Approach to Gang Prevention and Intervention. Philadelphie (Pennsylvanie). Document rédigé dans le cadre d'un partenariat public-privé.
Disponible au : www.ppv.org/ppv/publications/assets/148_publication.pdf.

Modèle exhaustif de l'OJJDP ou modèle Spergel

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Jeunes âgés de 12 à 25 ans faisant partie d'un gang

Le modèle Spergel est une approche triple et équilibrée qui fait appel à des activités de prévention, d'intervention et de suppression. Le modèle repose sur l'hypothèse selon laquelle la présence des gangs devient un grave problème chronique dans les collectivités où les organisations clés sont mal intégrées et où il n'y a pas suffisamment de ressources pour cibler les membres des gangs. Pour résoudre ces problèmes, le modèle exhaustif de Spergel compte sur des organismes de la collectivité, notamment des organismes d'application de la loi, des organismes de services sociaux et des organismes locaux, pour mettre en place une approche collective mieux intégrée.

Le principal objectif du modèle Spergel est la réduction et la prévention des crimes commis par des gangs et le nombre de crimes violents.

Le modèle a été mis à l'essai dans le quartier Little Village à Chicago, en Illinois, à partir de 1992. Après avoir été légèrement modifié, il est devenu le Comprehensive Community-Wide Gang Model de l'OJJDP en 1995 et il a été mis à l'essai dans cinq villes des États-Unis, c'est-à-dire à Bloomington-Normal, en Illinois, à Mesa, en Arizona, à Riverside, en Californie,à San Antonio, au Texas, et à Tucson, en Arizona.Selon Wyrick (2005,2007), l'OJJDP a appliqué ce modèle dans plus de 25 emplacements urbains et ruraux depuis 1995.

Méthodologie

Renseignements additionnels

Pour connaître certains des problèmes rencontrés en utilisant le modèle exhaustif de l'OJJDP, on recommande de consulter les ouvrages de Klein et Maxson (2006) et de Spergel (2007).Voici quelques exemples de problèmes liés à la mise en œuvre :

Modèle de nouvele génération fondé sur celui de Spergel

Le Gang Reduction Program (GRP), semblable au modèle Spergel, propose un processus étape par étape pour réduire la violence et la criminalité juvénile associées aux gangs. Ce processus donne lieu à une évaluation approfondie des problèmes liés aux gangs, des ressources et des services en vue d'élaborer une stratégie personnalisée. Le modèle GRP est davantage axé sur la prévention et la réinsertion sociale et il s'adresse non seulement aux jeunes qui sont membres d'un gang, mais aussi aux jeunes à risque élevé et aux délinquants adolescents ou adultes; il a pour objet de les inciter à adopter un mode de vie sain.

Pour appliquer avec succès le GRP, il faut :

Le GRP a été mis à l'essai dans quatre collectivités ciblées d'une région géographique limitée (environ huit kilomètres carrés) caractérisée par d'importants investissements dans les programmes, des signes évidents de l'engagement des citoyens, des taux élevés de criminalité et une forte présence des gangs.Il s'agit des villes suivantes :East Los Angeles, en Californie; Milwaukee, au Wisconsin; North Miami Beach, en Floride; et Richmond, en Virginie.

L'Urban Institute effectue une évaluation aux trois ans pour évaluer le déroulement du programme, examiner les résultats quant à la réduction des taux de criminalité et de la présence des gangs et, enfin, déterminer les mesures à prendre pour améliorer les interventions prosociales et les facteurs de protection dans la vie des jeunes à risque. L'évaluation du GRP comprend une analyse comparative avant et après le programme et une étude longitudinale chronologique. Les résultats provisoires indiquent que les meilleurs résultats ont été obtenus dans la ville de Los Angeles. Les rapports provisoires font d'ailleurs état des difficultés associées à la mise en œuvre et à la coordination dans trois villes où le programme est mis à l'essai, en particulier à Milwaukee, qui a éprouvé de graves problèmes de fonctionnement et d'évaluation menant à l'abolition du programme.

Évaluation

Le programme mis en œuvre dans le quartier Little Village, à Chicago, a été évalué par Spergel et Grossman à l'aide d'un modèle quasi-expérimental. L'évaluation a permis de recueillir et d'analyser des données sur les 493 jeunes qui ont participé aux programmes, que ce soit à temps plein (195), en partie (90) ou dans le cadre du groupe témoin (208) n'ayant bénéficié d'aucun service. La collecte des données comprenait des entrevues, l'examen du casier judiciaire et des données recueillies par la police sur les arrestations, des observations sur le terrain, des enquêtes communautaires et des groupes de discussion. L'évaluation a permis de tirer les conclusions suivantes.

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Irving A. Spergel
School of Social Service Administration
University of Chicago
969 East 60th Street
Chicago, IL 60637-2640
Tél. : 773-702-1134
Télec. : 773-702-0874
Courriel : iasperge@midway.uchicago.edu

Références

Burch, Jim et Candice Kane. 1999. Implementing the OJJDP Comprehensive Gang Model. OJJDP Fact Sheet #112, Washington (D.C.), Office of Juvenile and Delinquency Prevention, Office of Justice Programs, U.S. Department of Justice, juillet.

Klein, Malcolm W. et Cheryl L. Maxson. 2006. Street Gang Patterns and Policies. New York, Oxford University Press.

Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention. 1999. Implementing the OJJDP Comprehensive Gang Model, Washington (D.C.), Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention, U.S. Department of Justice.
Disponible au : www.ncjrs.gov/pdffiles1/fs99112.pdf.

Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention. 2002. OJJDP Comprehensive Gang Model:A Guide to Assessing Your Community's Youth Gang Problem, Washington (D.C.) Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention, U.S. Department of Justice.
Disponible au : www.iir.com/nygc/acgp/assessment/assessment.pdf

Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention. 2002. OJJDP Comprehensive Gang Model: Planning for Implementation, Washington (D.C.), Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention, U.S. Department of Justice. Disponible au : www.iir.com/nygc/acgp/implementation/implementation.pdf

Spergel, Irving A. 2007. Reducing Youth Gang Violence: The Little Village Gang Project in Chicago. Lanham (Maryland) : AltaMira.

U. S. Department of Justice. Gang Reduction Program (GRP). (Sans date). Washington (D.C.), Office of Juvenile and Delinquency Prevention, Office of Justice Programs, U.S. Department of Justice, sans date.
Disponible au : www.ojjdp.ncjrs.gov/programs/ProgSummary.asp?pi=38

Wyrick, Phelan A. 2005. Comprehensive Responses to Youth Gangs. Présentation donnée à la Gang Prevention Summit de Fairfax County, en Virginie, 25 février.
Disponible au : www.fairfaxcounty.gov/gangprevention/summit/ojjdp_model_files/frame.htm#slide0043.htm

Philadelphia Youth Violence Reduction Partnership

Catégorie de programme : Programme prometteur

Population cible : Jeunes de moins de 24 ans qui risquent de commettre des actes de violence

Le Philadelphia Youth Violence Reduction Partnership (YVRP) est un projet dont l'intervention a comme point de départ les services de police des quartiers marqués par la présence des gangs de rue et où le taux d'homicide parmi les jeunes est le plus élevé. Il a été introduit en 1999 dans un premier poste de police, avant d'être repris dans deux autres unités; il vise essentiellement à réduire le nombre de crimes avec violence - en particulier les homicides - commis par ou contre les jeunes.

Le projet YVRP est le résultat d'un étroit partenariat entre divers organismes de services publics (postes de police, organismes de probation) et organismes communautaires (travailleurs de rue, organismes religieux) qui travaillaient déjà auprès de cette clientèle ou dont le mandat était de le faire. Chacun de ces organismes travaillait de façon indépendante. Cependant, on présumait que la collaboration entre les organisations dans le cadre d'activités communes permettrait d'intensifier les interventions axées sur les jeunes, ce qui aurait pour effet de les dissuader de s'engager dans des activités criminelles et favoriserait leur réinsertion sociale.

Grâce au soutien financier de diverses œuvres de charité, des membres des organismes participants se sont rencontrés pour discuter de la création éventuelle d'un projet pilote visant à contrer la violence dans le but d'intégrer les diverses initiatives existantes en un seul projet dans le cadre d'une étroite collaboration opérationnelle. Des projets d'intervention similaires élaborés quelques années plus tôt, à l'intention des jeunes à risque de quartiers difficiles de certaines villes des États Unis comme Boston et Bâton Rouge, ont donné des résultats prometteurs. En prenant ces initiatives comme modèle, les dirigeants du projet établi à Philadelphie ont organisé une mission de deux jours avec les gestionnaires du projet de Boston pour en apprendre davantage sur leur expérience en vue d'adapter et d'implanter des projets similaires dans la ville de Philadelphie.

Méthodologie

Le nouveau projet réalisé à Philadelphie comporte deux grandes composantes : une surveillance étroite de certains jeunes présentant des risques élevés de délinquance et de victimisation jumelée à l'instauration ou à l'optimisation de certaines mesures pour faciliter leur réinsertion sociale.

Les jeunes ont été sélectionnés en fonction des critères suivants : être âgé de moins de 24 ans; vivre (ou avoir commis des crimes) dans le quartier visé; être très susceptible de commettre un crime violent ou d'être victime d'un tel crime. La grande majorité des jeunes identifiés avaient déjà été arrêtés pour avoir commis un crime grave : trafic de drogue, vol qualifié ou tentative de meurtre. Ceux qui n'avaient jamais été arrêtés avaient néanmoins été identifiés comme étant des personnes à risque.

La principale caractéristique de ce type de projet est l'étroite surveillance qui est exercée à l'égard du groupe de jeunes ciblés. Dans le cadre du projet, les services de police et de probation exercent une surveillance beaucoup plus intensive que d'ordinaire. Les policiers et les agents de libération conditionnelle effectuent conjointement des patrouilles au moins trois fois par semaine pour surveiller étroitement les activités des jeunes en question et s'assurer qu'ils respectent les conditions de leur mise en liberté. Cette surveillance a pour objet de montrer aux jeunes visés qu'ils seront punis pour leurs crimes et que tout manquement aux conditions de leur mise en liberté sera sanctionné. Une politique de « tolérance zéro » a été adoptée par rapport à certains comportements comme la violence, la possession d'armes à feu et le trafic de drogue. Les interventions mixtes des agents de police et des agents de probation reflètent l'étroite collaboration qui existe entre les deux organismes.

Renseignements additionnels

La gestion intensive d'un petit nombre de cas permet aux agents de probation de se rendre plus fréquemment sur le lieu de travail ou au domicile des jeunes visés, en plus des réunions officielles habituelles. Cette façon de procéder leur donne plus de temps pour évaluer la situation des jeunes et les diriger vers les ressources appropriées s'il y a lieu (thérapie, aide à l'emploi, etc.). Les agents de probation travaillent à différentes heures pour surveiller les jeunes grâce à des horaires variables (tôt le matin ou tard la nuit, durant la semaine ou les fins de semaine).

Les intervenants communautaires (Philadelphia Anti-Drug/Anti-Violence Network) ont joué un rôle décisif au chapitre de la réinsertion sociale des jeunes visés, car ils ont établi des liens significatifs avec eux et ils les ont orientés vers des ressources pour les aider à sortir de la rue. Comme ils participaient au projet, ils étaient au courant des conditions que les jeunes devraient respecter pendant leur probation et ils les ont encouragés à s'y conformer pour éviter de faire l'objet de mesures disciplinaires. Essentiellement, leur but était de favoriser les relations avec les jeunes et de déterminer leurs besoins respectifs afin de prendre les mesures nécessaires pour combler ces besoins de façon prosociale. Ils servaient de pont entre les jeunes et les ressources qui étaient à leur disposition dans leur quartier.

Évaluation

Dans l'ensemble, le projet a été réalisé tel que prévu et certains problèmes liés à la mise en œuvre et à la coordination ont été résolus en cours de route. Les données recueillies ont révélé que les travailleurs de première ligne sont capables de surveiller attentivement les jeunes visés : ils ont fait environ 24 interventions par mois, dont une dizaine de visites à domicile. Le nombre d'interventions dépendait de la gravité des problèmes et des besoins individuels. Près de 800 jeunes ont fait l'objet d'une surveillance au cours de la période de quatre ans où le programme a été appliqué.

L'évaluation a révélé que le taux d'homicides attribuable aux gangs de rue a diminué globalement dans les quartiers où le programme a été mis en œuvre, comme ce fut le cas à Boston. L'étroite surveillance exercée sur les jeunes a permis de découvrir de nombreuses infractions qui ont été sanctionnées par la suite. Enfin, les intervenants de première ligne ont réussi à persuader un nombre important de jeunes de participer à des programmes de réadaptation. Des évaluations additionnelles seront nécessaires pour déterminer les effets à long terme du programme.

Pour obtenir de l'information sur la mise en œuvre du programme :

Denise Clayton
Coordonatrice
Youth Violence Reduction Partnership
City of Philadelphia
Office of the Managing Director
1401 JFK Blvd., Room 10-003
Philadelphia, PA 19102
Tél. : 215-686-4595
Courriel : denise.clayton@phila.gov

Références

Braga, A., D.M. Kennedy, E.J.Waring et A. Piehl. 2001. « Problem Oriented Policing, Deterrence, and Youth Violence: an Evaluation of Boston's Operation Ceasefire ». Journal of Research in Crime and Delinquency, 28(3) : 195-225.

McClanahan, W.S. 2004. Alive at 25: Reducing Youth Violence through Monitoring and Support. Philadelphie (Pennsylvanie). Document rédigé dans le cadre d'un partenariat public-privé. Disponible au : www.ppv.org/ppv/publications/assets/174_publication.pdf


Notes

  1. 1 Voir Sécurité publique Canada. Centre national de prévention du crime. Plan d'action visant à diminuer efficacement la criminalité. (2007). Disponible au : www.securitepublique.gc.ca/cnt/rsrcs/pblctns/spprtng-mplmtn/index-fra.aspx.
  2. 2 Thornton, Timothy N., Carole A. Craft, Linda L. Dahlberg, Barbara S. Lynch et Katie Baer. Best Practices of Youth Violence Prevention: a Sourcebook for Community Action, version révisée.Atlanta. (Géorgie), Division of Violence Prevention, National Center for Injury Prevention and Control, Centers for Disease Control and Prevention, 2002. Disponible au : www.cdc.gov/ncipc/dvp/bestpractices.htm
  3. 3 Les politiques, mesures et programmes en question ne sont pas encore connus. La fiche de renseignements sera modifiée en conséquence lorsque les responsables du projet donneront plus de détails au sujet de leurs méthodes et de leurs résultats.
  4. 4 Chaque composante s'inscrit dans un cadre de recherche qui appuie le développement des facteurs de résilience.
Date de modification :