Pour appuyer la mise en œuvre de la Stratégie nationale pour la prévention du crime

PDF (300 Ko)

ISBN: 978-1-100-92021-4

Table des matières

Introduction

Établie en 1998, la Stratégie nationale pour la prévention du crime (SNPC) est administrée par le Centre national de prévention du crime (CNPC), un organisme de Sécurité publique Canada. Gérée avec la collaboration des provinces et des territoires, la Stratégie nationale pour la prévention du crime fournit un cadre d'orientation pour la réalisation de mesures de prévention du crime au Canada.

La mission du CNPC est de « faire preuve de leadership à l'échelle nationale quant aux moyens efficaces de prévenir et de réduire la criminalité en s'attaquant aux facteurs de risque connus chez les populations les plus vulnérables et dans les milieux à risque élevé »Footnote 1. Pour réaliser sa mission, le CNPC établit des politiques, recueille et communique des connaissances utiles pour les collectivités canadiennes, et gère, en collaboration avec les provinces et territoires, des programmes de financement qui permettent d'appuyer des initiatives de prévention du crime dans les collectivités, au moyen de subventions ou de contributions accordées pour une durée limitée.

Dans son budget de 2008, le gouvernement du Canada a accordé un financement permanent de 30 millions de dollars à la prévention du crime, doublant ainsi la base de financement de la Stratégie, qui se situe maintenant à 63 millions de dollars par année. Cette mesure reflète l'engagement du gouvernement à faire de la prévention efficace une composante de la politique gouvernementale de lutte contre le crime.

Réduire la criminalité parmi les groupes vulnérables

La SNPC repose sur la prémisse que des interventions bien conçues peuvent influencer positivement les comportements en agissant sur les facteurs de risque criminogènes modifiables, et donc prévenir la commission d'infractions. L'expérience a montré que des interventions bien conçues ont permis de réduire non seulement la victimisation, mais également les coûts sociaux et économiques de la criminalité ainsi que les coûts engagés dans tout le système de justice pénale pour traiter ces cas.

Le présent aperçu traite d'éléments clés de la Stratégie, à savoir :

Agir sur les facteurs de risque de délinquance

Les facteurs de risque sont des caractéristiques qui augmentent la probabilité qu'une personne commette un acte criminel. Ces facteurs de risque s'appliquent généralement aux personnes, aux groupes ainsi qu'aux milieux sociaux, comme les écoles et les collectivités.

La littérature des sciences sociales regroupe, généralement, les facteurs de risque sous cinq grandes rubriquesFootnote 2 :

Un individu qui présente ces facteurs de risque ne deviendra pas nécessairement délinquant, et ce, tout particulièrement si des facteurs de protection sont présents qui augmentent la résilience de cette personne. Toutefois, la recherche révèle que la présence de certains facteurs de risque augmente la probabilité de délinquance et d'arrestation.Footnote 3 Les travaux de recherche effectués comprennent des études longitudinales (études qui suivent sur de longues périodes des gens nés la même année) menées dans plusieurs pays, des études rétrospectives de facteurs qui ont conduit à des vies entières de criminalité, ainsi que des études d'évaluation des impacts de diverses interventions qui ont réussi à prévenir le comportement délinquant.

Les facteurs de risque ont un effet cumulatif : plus le nombre de facteurs de risque est élevé, plus la probabilité de comportement criminel ou violent sera élevée.Footnote 4 Ainsi, un jeune de 10 ans exposé à 6 facteurs de risque ou plus encourt une probabilité de violence 10 fois plus élevée à l'âge de 18 ans qu'un jeune qui n'en présente qu'un seulFootnote 5.

La durée de l'exposition aux facteurs de risque a également un effet cumulatif : pour une personne qui a commis une première infraction tôt dans la vie et plusieurs infractions à l'adolescence, la durée de l'exposition aux facteurs de risque accroîtra d'autant la probabilité de délinquance ultérieure. Les études révèlent également que la tendance à la criminalité est plus élevée chez ceux qui ont commis une première infraction tôt dans leur vie et qui en ont commis un certain nombre pendant leur adolescence (Carrington, 2008).

En outre, les récidivistes chroniques cumulent non seulement divers facteurs de risque mais présentent un déficit de facteurs de protection, comme l'attachement à la famille, à l'école ou à la collectivité.

Il est donc important d'agir le plus rapidement possible pour éviter le développement d'une trajectoire de vie orientée vers la délinquance. C'est pourquoi la SNPC soutient principalement des interventions susceptibles de réduire l'impact des divers facteurs criminogènes qui peuvent être modifiés.

Se concentrer sur ceux qui risquent le plus de tomber dans la délinquance

Au Canada et dans nombre d'autres pays occidentaux, les crimes ne sont pas répartis au hasard parmi la population ou dans l'espace géographique. Il est bien établi qu'un petit groupe de délinquants commet une part disproportionnée de toutes les infractions signalées à la police. En fait, quelque 60 % des crimes rapportés à la police sont commis par 16 % des délinquants.Footnote 6 Ces personnes tendent à avoir commencé leur « carrière criminelle » plus tôt et à cumuler un plus grand nombre de facteurs de risque.

Par ailleurs, la probabilité de commettre des infractions n'est pas la même selon le sexe. Bien que la proportion de filles mises en accusation ait augmenté progressivement au cours des dernières années, les garçons représentent encore plus de 80 % de tous les délinquants arrêtés.

De plus, la propension à la criminalité se retrouve principalement dans les segments les plus jeunes de la population qui ont l'âge de la responsabilité pénale au Canada (l'âge minimal est 12 ans).Footnote 7 Ainsi, près de la moitié de tous les délinquants appartiennent au groupe des 12 à 24 ans (20 % sont âgés de 12 à 17 ans et 24 % sont âgés de 18 à 24 ans), alors qu'ils ne représentent que 18 % de la population totale.

En ce qui concerne la répartition géographique, les études montrent que les infractions signalées aux services de police ont tendance à se concentrer autour de certains points chauds variant selon les villes et que cette concentration diffère selon les groupes d'âgeFootnote 8. Ainsi, les jeunes ont plus tendance à commettre leurs infractions près des écoles que dans les centres-villes.Footnote 9

Malgré les limites des données disponibles, il ressort que les Autochtones risquent d'être arrêtés et incarcérés dans une plus grande proportion que les membres des autres segments de la population. En outre, le nombre de victimes d'actes de violence chez les Autochtones est nettement supérieur à celui des autres groupes de la population, et il en est de même pour le taux de criminalité dans les territoires par rapport aux provinces. Ainsi, les Autochtones, qui ne comptent pourtant que pour 3 % de la population canadienne, représentent jusqu'à 50 % des détenus dans certaines prisons provinciales et environ 19 % des détenus sous responsabilité fédérale. Dans les réserves, les taux de criminalité chez les adultes et les jeunes sont respectivement six et trois fois plus élevés qu'ailleurs au paysFootnote 10.

Tenant compte de ces données, la SNPC met l'accent sur les groupes prioritaires suivants :

Pour chacun de ces groupes la SNPC mettra un accent particulier sur la prévention chez les peuples Autochtones.

Soutenir des interventions basées sur les connaissances issues de la recherche

Depuis les années 80, de vastes études ont permis d'évaluer les effets de programmes de prévention du crime et de produire une base de connaissances sur les méthodes les plus efficaces. Divers organismes gouvernementaux à travers le monde ainsi que des universités et des instituts de recherche recueillent des données, évaluent en permanence ces programmes et mettent en valeur ceux qui se révèlent les plus réussis.Footnote 11

À la lumière des études effectuées et des résultats positifs obtenus dans diverses collectivités et divers milieux, le CNPC reconnaît certaines pratiques de prévention du crime comme étant des programmes modèles.

D'autres programmes sont considérés comme étant prometteurs; ces programmes s'inspirent des éléments et des attributs des programmes modèles, mais les évaluations en cours de ces programmes n'ont pas encore permis d'établir clairement leur efficacité.

Les succès de ces programmes tiennent notamment aux facteurs suivants :

Toutefois, nombre de programmes qui ont donné de bons résultats à l'étranger sont méconnus ou sous-utilisés au Canada, et peu d'entre eux ont été mis à l'essai ici. C'est pourquoi la SNPC met l'accent sur l'élaboration et la diffusion de connaissances pratiques sur ces programmes et le CNPC en finance la mise en oeuvre.Footnote 12

Par ailleurs, reconnaissant le caractère dynamique et évolutif des connaissances sur la prévention du crime et tenant compte de la diversité des situations locales et des problèmes de criminalité particuliers à chacune, le CNPC finance aussi des projets novateurs. Il s'agit tout particulièrement de programmes de prévention pour les collectivités autochtones.

Cette approche suit le cycle normal d'élaboration des programmes où l'accumulation graduelle et systématique des connaissances sur l'efficacité des programmes et leurs mécanismes de fonctionnement permet des innovations qui donnent lieu à des programmes prometteurs, lesquels se transforment, à un moment donné, en programmes modèles.

Le CNPC est au service des collectivités et des praticiens

Pour atteindre l'objectif ultime de réduction de la délinquance poursuivi au moyen de la Stratégie, le CNPC met en oeuvre deux démarches étroitement imbriquéesFootnote 13 :

Le CNPC est un centre de ressources et à ce titre, il met sa base de connaissances à la disposition des collectivités et des organismes. Il fournit des sommaires d'évaluation et des rapports de recherche sur les facteurs de risque et les questions connexes, ainsi que des outils et des guides sur les pratiques exemplaires. Il facilite aussi l'accès à des ressources, comme des chercheurs, des organisations non gouvernementales et des réseaux de praticiens. L'information est en grande partie disponible sur le site Web du CNPC à www.securitepublique.gc.ca/CNPC, de même que des renseignements sur les personnes-ressources au CNPC qui ont accès à un réseau d'experts dans le domaine.

En qualité de centre d'expertise sur les programmes de prévention du crime, le CNPC aide les organismes dont la proposition de projet a été retenue à la première étape, soit à la présentation de la lettre d'intérêt, à préparer leur proposition de façon qu'elle satisfasse aux conditions de financement. Des analystes d'évaluation internes peaufinent les propositions acceptées ainsi que le modèle logique qui établit le lien entre les activités proposées et les résultats attendus et ils élaborent et mettent en oeuvre des outils de suivi de la mise en oeuvre du projet et d'évaluation des processus.

Lorsqu'un projet de mise en application d'un programme modèle ou prometteur a été retenu, les spécialistes qui ont conçu le programme en question donnent une formation aux intervenants de l'organisme bénéficiaire du financement. Dès l'élaboration initiale du projet jusqu'à sa conclusion, les agents de programme du CNPC fournissent une aide aux organismes et contribuent à l'amélioration constante des programmes et des politiques.

Ayant pris connaissance du rapport du groupe d'experts indépendants du gouvernement sur les programmes de financementFootnote 16, ainsi que des observations dont lui ont fait part les organismes sur le terrain, le CNPC prend toutes les mesures nécessaires dans les limites de ses attributions pour accélérer le traitement des demandes de financement et simplifier les processus et les exigences de reddition de comptes, tout en maintenant la rigueur nécessaire à la saine gestion des fonds publics.

En résumé, le CNPC met à la disposition du public et des praticiens les outils suivants :

En somme, par la Stratégie nationale pour la prévention du crime, le CNPC s'emploie activement à élaborer et à diffuser une information de qualité sur les pratiques exemplaires de prévention du crime et à en faciliter l'utilisation par les praticiens. De cette façon, les interventions menées dans les collectivités, qui reposent sur les meilleures connaissances disponibles, sont plus à même de prévenir efficacement le crime chez ceux qui risquent le plus d'adopter un comportement criminel.

Annexe 1 : Stratégie nationale pour la prévention du crime - Modèle logique

Renouvellement de la stratégie nationale pour la prévention du crime (Septembre 2008)

Image Description

Le modèle logique de la Stratégie nationale pour la prévention du crime (SNPC) compte deux composantes majeures : une composante opérationnelle qui représente le financement pour la prévention du crime, et une composante stratégique qui représente les activités de politiques, de recherche et d'évaluation en prévention du crime. La composante opérationnelle illustre la façon dont le financement de projets communautaires au moyen de subventions et de contributions devrait permettre d'obtenir le résultat ultime. Pour sa part, la composante stratégique reflète les activités qui appuient la mise en œuvre et l'avancement continu des stratégies efficaces de prévention du crime dans tous les secteurs clés du pays. Le modèle logique décrit le cycle recherche-politiques-programme-évaluation, dans lequel le travail stratégique contribue à l'atteinte des résultats attendus du programme, et les résultats du programme contribuent à l'établissement d'orientations stratégiques, et ainsi de suite. Le modèle logique illustre la façon dont les activités permettront d'obtenir le résultat ultime consistant à réduire la criminalité parmi les populations ciblées. La représentation graphique du modèle logique est suivie d'un texte qui décrit les composantes opérationnelle et stratégique du modèle logique.

Composante opérationnelle

Activités

Les activités liées à la prestation de subventions et de contributions incluent : la sollicitation, l'examen et la recommandation des propositions de financement les plus stratégiques, l'aide au développement des projets, ainsi que le suivi et le soutien technique continu pour aider les responsables de projets à atteindre leurs objectifs en matière de programmes et de connaissances et, à leur tour, contribuer à la réalisation des objectifs de la SNPC. D'autres activités tiennent compte des nouvelles orientations de la SNPC : l'ensemble de priorités plus ciblé, l'échange dynamique de connaissances au sujet des programmes modèles et des pratiques prometteuses, ainsi que les appels de propositions qui reflètent les priorités et les interventions sélectionnées.

Une activité clé du CNPC consistera à mobiliser les partenaires prenant part à des projets et à des initiatives de prévention du crime, les organisations fédérales, les autres ordres de gouvernement et les organismes communautaires. Il est primordial de mobiliser les intervenants pertinents les mieux placés pour mesurer des interventions précises, puisqu'il n'existe pas une seule organisation ayant pour mandat de mener les activités de prévention du crime au Canada. Par exemple, une intervention à l'école auprès des adolescents à risque de délinquance qui sont systématiquement suspendus, pourrait nécessiter la mobilisation du policier de l'école et des enseignants pour cerner les jeunes à risque, des services sociaux et de santé pour offrir un soutien familial ou un traitement des dépendances, et des organismes communautaires (comme les YMCA ou les Clubs Garçons et Filles) pour offrir un soutien communautaire. En outre, puisque le financement de projet accordé par le CNPC se limite à cinq ans, les partenariats avec les provinces et territoires sont essentiels à la pérennisation des mesures de prévention du crime.

Extrants

Si ces activités sont mises en œuvre comme prévu, des fonds seront versés pour les projets admissibles qui possèdent certaines caractéristiques clés : ils sont fondés sur des données probantes, ils permettent d'atteindre des résultats mesurables, ils sont conformes aux priorités de financement, et ils font appel aux intervenants pertinents. La recherche montre qu'il est possible de réduire le comportement délinquant en ciblant des populations et des milieux à risque élevé (comme il est indiqué dans les priorités), en ayant recours à des approches qui sont appuyées par les meilleures données probantes tirées des modèles efficaces, et en faisant appel aux secteurs pertinents, en particulier la police, dont la participation est nécessaire pour agir sur les facteurs de risque.

Résultats à court terme (année 1)

On s'attend à ce que les extrants soient suivis d'une séquence de résultats à court, à moyen et à long terme, le résultat le plus immédiat étant que les personnes et les populations à risque profiteront des services et des programmes et se prévaudront des soutiens offerts. À court terme également, on s'attend à une amélioration de la collaboration entre les principaux intervenants (au sein du système de justice et des services communautaires, bénévoles et sociaux) pour cerner les lacunes, réduire le dédoublement et supprimer les obstacles à la prestation des programmes et des services. La collaboration est reconnue comme une étape cruciale pour agir sur les multiples facteurs de risque qui sous-tendent le comportement délinquant.

Résultats intermédiaires (années 2-4)

À leur tour, ces résultats à court terme entraîneront des changements positifs dans les facteurs de risque et de protection que présentent les enfants et les jeunes, les jeunes susceptibles d'adhérer à un gang, les jeunes à risque d'être impliqués dans des activités liées aux drogues, et les délinquants à risque élevé présents dans la collectivité.

Des études longitudinales ont permis de relever les facteurs de risque associés à la délinquance et au comportement criminel. Les études ont aussi permis d'établir que la plupart des facteurs de risque sont dynamiques et peuvent être modifiés par des interventions bien conçues visant à réduire la probabilité de criminalité future. Au nombre des principaux facteurs de risque, mentionnons par exemple la toxicomanie, les antécédents de délinquance et le faible attachement à la famille et à l'école. Même si les facteurs de risque ne prédisent pas le comportement criminel futur d'une personne donnée, les études semblent montrer que plus il y a de facteurs de risque, plus grande est la probabilité de délinquance future. La recherche montre aussi que la propension à commettre des actes criminels est concentrée chez les enfants et les jeunes âgés de 6 à 25 ans, et que plus le comportement délinquant se manifeste tôt, plus grand est le risque que la délinquance perdure. À la lumière de cette recherche, les projets financés cibleront principalement les enfants et les jeunes à risque appartenant à ce groupe d'âge qui présentent de multiples facteurs de risque.

Résultat à long terme (années 5+)

Le résultat à long terme de la SNPC consiste à réduire la propension à commettre des actes criminels et le comportement délinquant chez les populations à risque ciblées qui bénéficient directement des interventions appuyées par la SNPC.

Comme il a été noté précédemment, deux sous-groupes représentent le créneau de la SNPC en termes de prévention du crime : les enfants et les jeunes à risque de délinquance ou de récidive, et les récidivistes à risque élevé. Les projets ciblant les jeunes constituent depuis longtemps une priorité de la SNPC. Toutefois, la stratégie repositionnée vise maintenant plus précisément à soutenir les interventions psychosociales auprès des personnes qui présentent de multiples facteurs de risque liés de façon plus proximale à la délinquance (d'où l'accent sur les enfants à risque âgés de 6 ans ou plus). En outre, la SNPC se concentre à présent davantage sur la prévention de la récidive par les personnes qui ont commis une première infraction.

Les jeunes qui ont commis une infraction et qui présentent d'autres facteurs de risque (p. ex. la toxicomanie précoce, les pairs ou les membres de la famille délinquants, les difficultés scolaires, etc.) sont plus susceptibles de récidiver et de devenir, au fil du temps, plus impliqués dans un style de vie criminel si rien n'est fait. Le système de justice officiel intervient et est responsable de sanctionner les délinquants qui en sont à leur première infraction ou de leur offrir des programmes pour une certaine période, lorsqu'ils sont incarcérés ou en probation, ou encore d'adopter d'autres mesures. Par conséquent, les projets de prévention financés par la SNPC seront réalisés en collaboration étroite avec les services de justice auprès des jeunes.

Le deuxième groupe est composé des délinquants à risque élevé qui sont présents dans les collectivités. La prestation de programmes, de services, de soutiens et de ressources aideront ces anciens délinquants à mieux s'intégrer à la collectivité, et à vivre une vie plus prosociale et productive, de façon à réduire la probabilité de récidive. Pour certains projets financés par la SNPC, il faudra collaborer avec le Service correctionnel du Canada et d'autres organismes de service de justice auprès des jeunes afin d'offrir des programmes et des services mieux adaptés. Dans ces cas, des participants pourraient demeurer sous la responsabilité de ces organismes. Toutefois, les projets financés par la SNPC viseront principalement les personnes qui ne relèvent pas de ces organismes.

La section qui se termine portait sur la façon dont le résultat à long terme de la SNPC sera obtenu, par le financement de projets qui ciblent les enjeux prioritaires en matière de criminalité, ainsi que les milieux et les populations où le taux de criminalité est élevé. La section suivante illustrera la façon dont les activités stratégiques contribuent elles aussi à l'obtention de ce résultat.

Composante stratégique

La composante stratégique (le côté droit du modèle logique) décrit les activités de politiques, de recherche et d'évaluation ainsi que leurs extrants et leurs résultats connexes. Comme le montrent les flèches horizontales entre les deux composantes du modèle logique, les activités stratégiques prennent appui sur les activités opérationnelles, ainsi que sur l'élaboration de politiques et d'initiatives fédérales de prévention du crime.

Activités

Même si Sécurité publique Canada – par l'entremise du CNPC – assume un leadership fédéral pour les politiques de prévention du crime, de nombreux programmes administrés par d'autres ministères et organismes fédéraux – notamment Justice Canada (Initiative sur le renouvellement du système de justice pour les jeunes, Stratégie relative à la justice applicable aux Autochtones), la Gendarmerie royale du Canada, le Service correctionnel du Canada, Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, Santé Canada, l'Agence de la santé publique du Canada et Patrimoine canadien – contribuent directement ou indirectement à la prévention du crime. De même, les provinces et territoires ainsi que certaines municipalités ont aussi adopté des stratégies de prévention du crime et de sécurité communautaire, en plus de jouer des rôles dans l'administration des services policiers, judiciaires et correctionnels. La collaboration avec ces organismes et d'autres partenaires clés est essentielle à la bonne coordination et synergie des initiatives de prévention du crime et de sécurité communautaire, ainsi qu'à l'établissement continu du cadre stratégique élargi en prévention du crime.

Par ailleurs, le CNPC mènera des recherches et des activités d'évaluation fondées sur les projets afin de prendre appui sur le cycle d'élaboration de politiques et de programmes, en plus d'acquérir et de diffuser continuellement des connaissances sur les pratiques efficaces pour le profit de toutes les collectivités canadiennes. Ces activités produiront les extrants et les résultats décrits ci-dessous.

Extrants

La collaboration avec les provinces et territoires, ainsi qu'avec d'autres intervenants clés, entraînera des partenariats stratégiques qui, d'après les connaissances des tendances en matière de criminalité, les facteurs de risque et les approches prometteuses, éclaireront la conception de politiques solides et la détermination des enjeux prioritaires. Les outils, les ressources, les directives et les modèles produits par le CNPC profiteront aux praticiens et aux collectivités, peu importe s'ils reçoivent des fonds de la SNPC.

Résultats à court terme (année 1)

Ces extrants contribuent à améliorer les mécanismes de mise en œuvre des projets efficaces en prévention du crime. Ces mécanismes incluent la création, à l'échelle locale, d'une formation en partenariats à l'intention du personnel du CNPC et des organismes communautaires, laquelle portera sur les programmes modèles et prometteurs, ainsi que la rédaction de directives plus détaillées sur les orientations stratégiques de la SNPC.

Les deux composantes du modèle logique se rejoignent au point clé où les évaluations de projet sont terminées. Les conclusions des observations externes découlant de l'évaluation des projets financés seront synthétisées et intégrées à d'autres conclusions de recherche, de manière à appuyer l'établissement continu d'orientations stratégiques et à éclairer les futures décisions relatives au financement des programmes.

Résultats intermédiaires (années 2-4)

L'amélioration des mécanismes de prestation de projets efficaces en prévention du crime, et de la connaissance des facteurs de risque et de protection, devrait à son tour donner aux principaux intervenants une meilleure idée de ce qui est nécessaire pour mettre en œuvre des pratiques efficaces afin de prévenir et de réduire la criminalité. Ainsi, on publiera et on diffusera des produits de connaissances, comme des sommaires d'évaluation, des fiches de renseignements, des produits médiatiques, des documents de fond et d'opinion, des brochures et des leçons/histoires à succès, et on aura recours à divers mécanismes qui transfèrent les connaissances de manière à accroître la probabilité que la population se prévale de ces produits (ligne d'information 1-800, site Web, symposiums, revues universitaires, réseaux de connaissances, etc.). Ces activités devraient à leur tour entraîner l'utilisation de stratégies plus efficaces pour prévenir et réduire la criminalité.

En bout de ligne, les deux composantes du modèle logique se rejoignent pour réduire les comportements délinquants parmi les populations ciblées, directement par les interventions des projets financés, et indirectement par les méthodes et les approches de prévention du crime mises à l'essai par les praticiens dans de multiples provinces et territoires.

Notes

  1. 1Canada. Sécurité publique Canada. Centre national de prévention du crime. 2007. Plan d'action visant à diminuer efficacement la criminalité. Ottawa : Sécurité publique Canada.
  2. 2Hawkins, J.D., R.F. Catalano, et M.D. Arthur. 2002. « Promoting science based prevention in communities ». Addictive Behaviors, 27(66): 951-976.; Herrenkohl, T.L. et al. 2000. « Developmental risk factors for youth violence ». Journal of Adolescent Health, 26(3): 176-186; Loeber, R. et al. 1998. « The development of male offending: Key findings from the first decade of the Pittsburgh Youth Study ». Studies in Crime and Crime Prevention, 7:141-172; Office of the U.S. Surgeon General. (n.d.). Youth Violence: A Report of the Surgeon General; Thornberry, T., D. Huizinga, et R. Loeber. 2004. « The causes and correlates studies: Findings and Policy Implications ». Juvenile Justice Journal, 9(1): 3 19; Vassallo, S., et al. 2002. Patterns and Precursors of Adolescent Antisocial Behaviour, the First Report. Retrieved from: www.aifs.gov.au/atp/pubs/cpv/report1.pdf
  3. 3Voir notamment : Lieberman, A. 2008. The Long View of Crime. Washington, DC: National Institute of Justice.
  4. 4Loeber, R., et al. 1998. « The development of male offending: Key findings from the first decade of the Pittsburgh Youth Study ». Studies in Crime and Crime Prevention, 7:141-172.
  5. 5Herrenkohl, T.L. et al. 2000. « Developmental risk factors for youth violenc ». Journal of Adolescent Health, 26(3): 176-186
  6. 6Carrington, P., A. Matarazzo, et P. deSouza. 2005. Les carrières devant les tribunaux d'une cohorte de naissance canadienne. Ottawa: Centre canadien de la statistique juridique, Statistique Canada.
  7. 7L'âge minimal de la responsabilité pénale au Canada est fixé à 12 ans.
  8. 8Savoie, J. 2006. La délinquance autodéclarée par les jeunes, Toronto, 2006. Ottawa: Centre canadien de la statistique juridique, Statistique Canada; Savoie, J. 2007. La délinquance autodéclarée par les jeunes, Toronto, 2006. Ottawa: Centre canadien de la statistique juridique, Statistique Canada.
  9. 9Perreault, S., J. Savoie, et F. Bédard. 2008. Caractéristiques des quartiers et répartition de la criminalité sur l'île de Montréal. Ottawa: Statistique Canada.
  10. 10Canada. Statistique Canada. 2006. Statistiques de la criminalité au Canada, 2005. Ottawa: Centre canadien de la statistique juridique, Statistique Canada.
  11. 11Par exemple, aux États-Unis, le Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention, Washington, DC (www.ojjdp.gov/); le Center for Disease Control and Prevention, Atlanta (www.cdc.gov/); le Substance Abuse and Mental Health Services Administration, Washington, DC (www.samhsa.gov/); le UK Home Office (www.homeoffice.gov.uk/) et Youth Justice Board, London (www.yjb.gov.uk/en-gb/). Par exemple : le Centre for the Study of Violence Prevention à Boulder, Colorado, (www.colorado.edu/cspv/); l'Australian Institute of Criminology (www.aic.gov.au/), le Child Development Institute à Toronto, Ontario (www.childdevelop.ca/).
  12. 12Voir : Canada. Sécurité publique Canada. Centre national de prévention du crime. 2008. Programmes prometteurs et modèles pour prévenir la criminalité. Ottawa : Sécurité publique Canada; Canada. Sécurité publique Canada. Centre national de prévention du crime. 2008. Guide sur le Fond d'action en prévention du crime. Ottawa : Sécurité publique Canada.
  13. 13Voir notre modèle logique à l'annexe 1.
  14. 14Des Guides décrivent en détail les programmes de financement du CNPC . Ils sont disponibles sur l'internet à l'adresse www.securitepublique.gc.ca/cnt/cntrng-crm/crm-prvntn/strtg-fndsndx-fra.aspx. Des copies sont aussi disponibles auprès des bureaux du CNPC à Ottawa et dans les régions (1-800-830-3118).
  15. 15Pour obtenir une copie du lexique des principaux termes utilisés en prévention du crime contactez le bureau principal du CNPC au 1-800-830-3118.
  16. 16Canada. Groupe d'experts indépendant sur les programmes de subventions et de contributions du gouvernement fédéral. 2006. Des lourdeurs administratives à des résultats clairs : rapport du Groupe d'experts indépendant sur les programmes de subventions et de contributions du gouvernement fédéral. Disponible à : http://dsp-psd.pwgsc.gc.ca/Collection/BT22-109-2007F.pdf.
Date de modification :