Family Adolescent Straight Talk (FAST) - Day Suspension Program

PDF (158 Ko)

ISBN : 978-1-100-53083-3

L'épreuve des faits : sommaires d'évaluation 2011-SE-21

Introduction

Le Family Adolescent Straight Talk (FAST) est un centre de soins ambulatoires de la région d'Halton, en Ontario, qui aide les adolescents et leurs familles en crise. Les services du FAST comprennent des services tels que des interventions en situation de crise, des évaluations de l'adolescent, des consultations psychologiques et du counseling en matière de toxicomanie, du counseling auprès des parents, des programmes de maîtrise de la colère et de gestion du stress ainsi que des programmes de prévention de la rechute.

Le FAST Day Suspension Program, financé par le Centre national de prévention du crime (CNPC) entre 2007 et 2009, visait les jeunes à risque élevé de 12 à 18 ans qui ont été suspendus de leur école primaire ou secondaire en raison de leur consommation de drogues ou de leurs comportements anti-sociaux, notamment l'intimidation, la violence physique et l'école buissonnière.

Le principal objectif du programme était d'assurer que les jeunes ne consomment pas de drogues pendant leur suspension de leur école. Les objectifs secondaires comprenaient :

Le programme a été conçu afin d'appuyer une utilisation productive de la suspension en offrant aux participants un soutien quotidien à l'éducation, une formation sur les compétences professionnelles et du counseling. Le programme a adopté une approche holistique pour les soins aux jeunes, en faisant participer activement la famille et en adoptant une approche préventive afin de résoudre les problèmes familiaux sousjacents qui contribuent au fait que les jeunes quittent leur domicile, ont des problèmes à l'école et/ou sont accusés ou condamnés.

Le programme FAST a été administré auprès de 28 élèves de niveau primaire et secondaire qui avaient été suspendus de l'école. Les périodes de suspension des participants allaient de 5 à 16 jours. Chaque jour, les participants prenaient part à des séances d'une demi­journée axées sur les travaux scolaires. De plus, on leur présentait des ateliers sur des sujets pertinents tels que la maîtrise de la colère, les compétences professionnelles et la consommation de drogues illicites.

Le programme proposait un cycle de thérapie de 12 semaines : les jeunes participaient à des séances de counseling individuelles hebdomadaires (au minimum), se soumettaient régulièrement à des tests de dépistage de drogues, participaient à des rencontres de suivi avec les intervenants et recevaient du soutien de la part de ces derniers. Certains jeunes ont continué de rencontrer le personnel de FAST pendant plus d'un an après la fin du programme. FAST a fourni des séances d'éducation et de counseling à 57 membres des familles afin de les aider à rétablir les relations entre eux.

Évaluation du programme

L'évaluation des résultats visait avant tout à déterminer si les objectifs du programme ont été atteints. L'évaluation se résumait à un seul test de groupe postérieur au programme et elle comprenait les éléments suivants :

Conclusions clés

L'évaluation a confirmé les résultats suivants :

Réduction de la consommation de drogues et abstinence

La marijuana était la drogue de choix des participants, même s'ils avaient consommé plusieurs autres drogues illicites avant d'être suspendus. Les résultats des tests de dépistage de drogue ont confirmé que 93 % des participants ont réussi à ne pas consommer à nouveau des drogues durant la période d'observation et de dépistage de drogues de six semaines après le programme.

Réussite scolaire

Tous les participants du programme ont réussi à faire leurs travaux scolaires durant la suspension et, à l'exception de deux participants, ils sont tous retournés à l'école primaire ou secondaire. En outre, ils ont tous apporté des changements positifs notables dans leur approche et leur attitude vis-à-vis l'éducation. Ils ont amélioré leur rendement, augmentant leurs notes, en moyenne, de 25 %. Cinq des sept participants ont affirmé qu'ils étaient d'excellents étudiants (leurs parents ont confirmé). Les participants de la première année qui ont été contactés un an après la fin du programme se sont dits intéressés par des études postsecondaire. Le taux élevé de réussite des participants était dû au fait que leur perception de l'importance de l'éducation a changé et qu'ils ont compris qu'ils ne pourraient pas retourner à l'école, à moins de cesser toute consommation de drogues.

Employabilité accrue

Tous les participants ont pu garder ou se trouver un emploi à temps partiel. Les participants qui vendaient de la drogue se sont trouvé des emplois à temps partiel et ont appris à vivre avec le salaire moindre d'un véritable emploi au lieu de l'argent provenant de la vente de drogues.

Relations prosociales renforcées

Le programme a amélioré la capacité des participants à communiquer efficacement et à renouer des relations de confiance avec leur famille et leurs amis. Un contrat familial personnalisé a été mis sur pied afin d'établir les grandes lignes d'un plan d'action visant à rétablir les relations familiales et/ou de faciliter le retour dans la maison familiale. Le participant et sa famille devaient tous signer ce contrat. Tous les participants nous ont dit qu'ils progressaient, apportant des changements personnels positifs et renforçant leurs relations avec leur famille et leurs amis.

Meilleure santé physique et mentale

Tous les répondants du sondage ont indiqué que leur santé physique et mentale s'était améliorée grâce au programme. La santé et le comportement des participants qui avaient déjà eu des comportements automutilateurs (coupures et/ou brûlures) se sont grandement améliorés. On a constaté que les participantes avaient besoin d'une aide professionnelle prolongée, qu'elles étaient davantage déprimées, qu'elles souffraient de plus de troubles de l'alimentation et qu'elles avaient plus tendance à s'automutiler. Le programme a permis d'orienter les participantes vers d'autres programmes qui pourraient les aider à surmonter leurs troubles de l'alimentation et leurs troubles mentaux, et à prévenir les pratiques sexuelles non sécuritaires.

Recommandations

Les parents ont joué un rôle central dans le programme FAST et il a été constaté que la participation active de la famille était essentielle pour la réussite de la plupart des participants. L'évaluation a recommandé qu'un groupe de soutien parental (pendant et après le traitement) soit ajouté au Day Suspension Program pour les prochaines fois afin de donner l'occasion aux parents de discuter de leur situation entre eux. Le rapport d'évaluation a aussi recommandé que les évaluations futures du FAST soient conçues afin de documenter les changements longitudinaux pour un éventail de variables de résultats et d'inclure un questionnaire prétest.

Conclusion

Le FAST Day Suspension Program a réussi à appuyer les élèves suspendus et à les aider à surmonter les comportements liés à la consommation de drogues, à retourner à l'école ainsi qu'à améliorer leur assiduité scolaire et leurs notes. En outre, le programme a aidé les jeunes à améliorer leur employabilité et à développer des relations prosociales avec leur famille et leurs pairs, et il a permis d'orienter les jeunes vers des programmes pour les aider à aborder leurs problèmes de santé physique et mentale.

Pour de plus amples détails au sujet de ce projet, ou pour obtenir une copie du rapport final d'évaluation, veuillez contacter le Centre national de prévention du crime au ps.prevention-prevention.sp@canada.ca ou consulter notre site Internet à l'adresse suivante : www.securitepublique.gc.ca/CNPC.

Pour recevoir des informations sur les activités du CNPC, nous vous invitons à vous inscrire à la liste d'envoi électronique du CNPC en visitant notre page d'enregistrement à : http://www.securitepublique.gc.ca/cnt/bt/mlng-lst-fra.aspx.

Date de modification :