Sommaire de recherche : Programme Towards No Drug Abuse

PDF (105 KB)

Contexte

Le programme Towards No Drug Abuse (TND) est un programme fondé sur des données probantes conçu pour aider les jeunes à réduire leur consommation de tabac, d'alcool ou de drogues ainsi que leurs comportements violents.

On a mis en œuvre le programme au Canada pour déterminer s'il pourrait entraîner des changements dans les habitudes de consommation de drogues au pays. La Société John Howard de Hamilton a mis en œuvre le programme TND entre juillet 2009 et septembre 2014 dans des écoles désignées à risque du conseil scolaire du district de Hamilton-Wentworth et du conseil scolaire catholique du district de Hamilton-Wentworth. Le Centre national de prévention du crime (CNPC) a versé un financement de 1 556 000 $ pour le programme.

Le programme visait à cibler les jeunes dans les écoles et dans la collectivité qui présentaient un risque élevé de commettre des crimes liés à la consommation de drogues.

L'évaluation a été menée afin de mesurer la capacité du programme d'approfondir les connaissances des participants sur les conséquences du tabagisme et de la toxicomanie, ainsi que sa capacité d'améliorer les aptitudes sociales des participants et leurs compétences en matière de prise de décisions, de maîtrise de soi et d'adaptation. L'évaluation servait aussi à mesurer la capacité du programme de réduire les facteurs de risque associés aux crimes liés à la drogue, dont le tabagisme, la consommation de drogues dures et d'autres substances, le port d'armes et la victimisation.

Méthode

L'évaluation de la composante scolaire reposait sur un devis quasi-expérimental à mesures répétées d'analyse comparative entre les groupes. Le groupe témoin se composait d'élèves provenant d'écoles qui ne participaient pas au programme pendant le semestre. Dans le cadre de l'application du devis à mesures répétées d'analyse au sein du groupe, les participants ont rempli des questionnaires d'autoévaluation à quatre étapes : avant l'intervention (T1); immédiatement après l'intervention (T2); 6 mois après l'intervention (T3); et 12 mois après l'intervention (T4).

Pour la composante communautaire, les évaluateurs ont utilisé un devis à mesures répétées d'analyse au sein du groupe, qui ressemble au devis utilisé pour la composante scolaire, mais sans groupe témoin. Ce type de devis permet d'éprouver les changements au sein du groupe cible avant le programme et à divers points de suivi après la fin de l'intervention.

Les sources de données comprenaient des questionnaires remplis par les participants des composantes scolaire et communautaire avant et après l'intervention, des enquêtes de suivi remplis en ligne 6 mois et 12 mois après l'intervention, des groupes de discussion formés des participants à la composante scolaire, et des entrevues avec les principaux intervenants du programme (des enseignants, des directeurs d'école, un représentant de chaque conseil scolaire et des partenaires communautaires).

Pour l'analyse finale, on a regroupé les données des composantes scolaire et communautaire en vue de réaliser une analyse multivariables complète (analyse de la variance), permettant d'analyser les répercussions de l'intervention en fonction du sexe et des niveaux de risque.

Consultations

De façon générale, les constatations liées aux effets attendus se résument au fait qu'environ six mois après leur participation au programme TND, les jeunes obtenaient bien souvent des résultats semblables à ceux des membres du groupe témoin. Cette observation révèle que la participation au programme a une incidence limitée sur les compétences et les comportements attendus six mois après le programme. Les participants au programme ont tout de même continué à obtenir de meilleurs résultats de test que les membres du groupe témoin au chapitre des connaissancesFootnote1, ce qui indique que la participation au programme permet d'accroître ses connaissances. Malheureusement, ces connaissances accrues ne semblent pas avoir mené à des changements positifs similaires en ce qui a trait aux compétences et aux comportements.

On a aussi mené des tests statistiques pour déterminer s'il y avait des différences entre la version originale et la version modifiée du modèle. On n'a trouvé aucune différence, ce qui indique que le fait de comprimer le module afin qu'il corresponde aux semestres scolaires canadiens n'a eu aucune incidence sur les résultats.

Répercussions

En raison du manque de répercussions différentielles démontrées sur les effets ciblés par le programme TND dans le contexte donné, il faut faire montre de prudence avant d'élargir ou de renforcer l'application du programme en milieu canadien. Bien que les élèves, les facilitateurs et les intervenants se soient dit très satisfaits du programme, il serait probablement nécessaire de l'adapter ou de le modifier davantage pour qu'il ait l'incidence voulue sur les jeunes Canadiens. 

Source

Goss Gilroy Inc. Towards No Drugs (TND) Impact Evaluation: Final Report, présenté à Donna Smith‑Moncrieffe, responsable technique, Sécurité publique Canada, 2014.

Pour obtenir davantage de renseignements sur la recherche effectuée au Secteur de la sécurité communautaire et de la réduction du crime de Sécurité publique Canada, pour obtenir une copie du rapport de recherche complet, ou pour être inscrit à notre liste de distribution, veuillez communiquer avec :

Division de la recherche, Sécurité publique Canada
340, avenue Laurier Ouest
Ottawa (Ontario)  K1A 0P8
PS.CSCCBResearch-RechercheSSCRC.SP@canada.ca

Les sommaires de recherche sont produits pour le Secteur de la sécurité communautaire et de la réduction du crime, Sécurité publique Canada. Les opinions exprimées dans le présent sommaire sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de Sécurité publique Canada.

Footnotes

  1. 1

    Au post-test : F=323,52, p<0,001; au suivi de 6 mois : F=8,64, p<0,01; au suivi de 12 mois : F=5,95, p<0,05

Date de modification :