Youth At Risk Development (YARD)

Brève description

Le programme Youth at Risk Development (YARD) est offert dans toute la ville et est principalement axé sur la prévention et l’intervention. Il vise à s’attaquer aux racines de la participation aux activités des gangs en mettant l’accent sur le développement social et la réadaptation.

Le programme YARD est fondé sur l’approche WraparoundFootnote1 et était axé sur la résolution de conflits, le counseling et le travail social, le leadership et le perfectionnement des jeunes, la formation parentale, la formation d’acquisition de compétences, l’apprentissage social et émotionnel, la prévention/le traitement de la toxicomanie et la prévention de l’école buissonnière.

 

Objectifs

Les objectifs principaux du programme YARD sont les suivants :

  • réduire la fréquentation de pairs antisociaux ainsi que les attitudes positives envers les gangs;
  • améliorer les relations familiales et les relations avec des adultes fournissant du soutien;
  • réduire les activités criminelles.

 

Clientèle

La clientèle appropriée pour le programme YARD englobe les jeunes (notamment les jeunes autochtones et africains) âgés de 10 à 17 ans qui fréquentent des pairs antisociaux, qui sont membres de gangs ou qui risquent de participer aux activités criminelles des gangs.

Les participants sont aiguillés vers le programme YARD par les services de probation, les écoles, les services de police, les membres de la famille et les amis. Le formulaire de renvoi au programme YARD est accessible en ligne.

La participation des jeunes est volontaire. Pour participer au programme, les jeunes n’ont pas à avoir des démêlés avec le système de justice pénale ni avoir commis d’infraction criminelle.

 

Composantes clés

Le programme YARD est composé des éléments suivants :

  • évaluation individuelle : l’admissibilité des jeunes est déterminée selon une combinaison de recommandations, de jugement professionnel des employés et du Youth Primary Identification Screening Tool, qui classe les jeunes dans une des trois catégories de risque, soit faible, moyen ou élevé;
  • gestion de cas : le participant, sa famille et le personnel élaborent un plan de gestion du cas individuel axé sur le renforcement des facteurs de protection et la réduction des facteurs de risque;
  • contact direct avec l’équipe responsable du programme YARD : les employés du programme YARD procèdent aussi à des interventions directes en agissant en tant que mentors et en fournissant un soutien direct dans le cadre de leurs interactions avec les jeunes et les parents;
  • aiguillage : les jeunes sont aiguillés vers une variété de ressources communautaires, notamment des programmes éducatifs, des programmes de formation et d’emploi, des programmes de leadership, des services de counseling et des activités récréatives;
  • services de soutien aux parents : le programme vise aussi à faire participer les familles des participants en leur fournissant du soutien, en leur recommandant des services et en leur fournissant de l’aide pour l’achat de nourriture et de vêtements.

 

Information sur la mise en oeuvre

Certains des éléments essentiels pour la mise en œuvre de ce programme ou de cette initiative comprennent :

  • Exigences organisationnelles : l’organisation dirigeante doit posséder de solides compétences d’extension, d’évaluation initiale et d’évaluation et de planification des cas. Elle s’assurera ainsi que les jeunes à risque qui ont besoin d’intervention ont accès au programme YARD.
  • Partenariats : la réussite du programme YARD dépend de ses nombreux partenariats avec les écoles, les services de santé, les centres de traitement, les services de probation, les services de police, et d’autres organisations communautaires.
  • Formation et assistance technique : les employés doivent avoir suivi la formation sur l’approche Wraparound et sur la façon d’utiliser les outils d’évaluation des risques.
  • Outils d'évaluation des risques : le Youth Primary Identification Screening Tool, qui classe les jeunes en fonction des catégories de risque faible, moyen ou élevé est nécessaire pour aider à déterminer l’admissibilité des jeunes au programme.
  • Documents et ressources : Information limitée sur ce sujet.

Reconnaissance internationale

Les systèmes de classification les plus reconnus des programmes en prévention du crime fondés sur des données probantes ont classifié ce programme ou cette initiative de la façon suivante (en anglais seulement) :

  • Blueprint for Healthy Youth Development: Ne s'applique pas.
  • Crime Solutions/OJJDP Model Programs Guide: Ne s'applique pas.
  • SAMHSA's National Registry of Evidence-based Programs and Practices: Ne s'applique pas.
  • Coalition for Evidence-Based Policy: Ne s'applique pas.

Rassembler les connaissances canadiennes

Sites de mise en oeuvre au Canada

Dans le cadre de la Stratégie nationale pour la prévention du crime, Sécurité publique Canada a versé un financement en vue de la mise en œuvre du programme YARD à Calgary (Alberta) de 2008 à 2011. Le programme YARD a été mis en œuvre par la Youth Education and Intervention Unit du service de police de Calgary.

Principales conclusions des études canadiennes d'évaluation des résultats

Étude 1

Dans le cadre de son financement avec Sécurité publique Canada, une étude d’évaluation des résultatsFootnote2 du programme YARD a été effectuée de 2008 à 2011 par Prairie Research Associates. Un modèle mixte a été utilisé pour évaluer les effets du programme sur les participants. Des comparaisons entre le prétest (début du programme) et le post-test (après six mois) ont été effectuées. Des études de cas ont aussi été réalisées auprès de 14 jeunes afin de fournir des données qualitatives à l’appui des principales constatations.

Les résultats de  cette évaluation ont montré ce qui suit :

  • il y a eu une diminution de 49 % des attitudes positives envers les gangs. Même si les résultats des comparaisons avant et après le programme n’étaient pas significatifs, les tendances liées aux données montrent que les jeunes ont eu moins de relations avec des pairs exerçant une influence négative;
  • les résultats des analyses des tests t d’échantillons appariés avant et après la participation au programme révèlent une faible diminution significative du nombre moyen d’accusations portées contre des jeunes membres d’un gang ainsi qu’une diminution significative un peu plus importante chez les jeunes susceptibles de devenir membres d’un gang;
  • les résultats révèlent une diminution significative de la gravité des accusations après l’admission au programme YARD. Cependant, aucun des résultats n’était statistiquement significatif, principalement en raison du grand écart des accusations pondérées mensuelles.

Pour plus de détails, consulter la publication du Centre national de prévention du crime (2012). 

Étude 2

Une étude d’évaluation des résultats du programme YARD a été effectuée de 2011 à 2014 par Guyn Cooper Research Associates Ltd. On a mené une évaluation quasi expérimentale de trois ans du programme YARD. On a réalisé des évaluations préalables et postérieures auprès des jeunes qui ont participé au programme YARD et auprès de deux groupes témoins de jeunes qui n’y ont pas participé. Un questionnaire pour les jeunes a été élaboré pour consigner des données préalables et postérieures sur la participation dans divers domaines L’évaluation était aussi une mesure de la participation criminelle des participants (n = 148) avant et après la participation et une comparaison de la participation à des activités criminelles avant et après le programme avec celle des deux groupes témoins.

Les résultats de  cette évaluation ont montré ce qui suit :

  • il y avait une importante différence en ce qui concerne la mesure dans laquelle l’intervention a permis de réduire le nombre d’accusations criminelles chez les participants (69 % de réussite) et les deux groupes témoins (59 % et 32 %, respectivement). Ces différences étaient statistiquement significatives (p = 0,003);
  • il y avait des changements positifs relativement à certains facteurs de risque et de protection choisis. Plus précisément, 13 des 29 répondants ont déclaré un changement positif quant à l’utilisation constructive de leur temps, un changement qui était statistiquement significatif (p = 0,024).

Pour plus de détails, consulter la publication de Guyn Cooper Research Associates Ltd. (2014).

 

Information sur les coûts

Entre 2008 et 2010, le coût total du programme YARD était de 1 914 539 $ (CAD). Le coût moyen par participant au programme YARD était de 23 348 $ (CAD) (Centre national de prévention du crime, 2012).

Références

Centre national de prévention du crime. (2012). Youth At Risk Development. Sommaire d’évaluation. Ottawa (Ontario) : Sécurité publique Canada. Disponible en ligne à : http://www.publicsafety.gc.ca/cnt/rsrcs/pblctns/yth-rsk-dvlpmnt/index-fra.aspx 

Guyn Cooper Research Associates Ltd. (2014). Youth at Risk Development (YARD) Program: 2014 Final Evaluation Report. Rapport d’évaluation final. Disponible en ligne à: http://calgarypolicefoundation.com/wp-content/uploads/2014/07/YARD_2014-Final-Eval_ExecSum_11_03_2014_kp.pdf

Prairie Research Associates. (2011). Evaluation of the Youth at Risk Development Program. Rapport d’évaluation final. Présenté au Centre national de prévention du crime, Sécurité publique Canada (rapport non-publié).

 

Pour plus de renseignements sur ce programme, communiquer avec :

Service de police de Calgary

5111, 47 Street North East

Calgary, Alberta T3J 3R2

Téléphone : 403-266-1234

Courriel : cps@calgarypolice.ca

Site Web : http://www.calgary.ca/cps/Pages/home.aspx

 


Date d'inscription - 2018-03-15

  1. 1

    Pour plus de détails sur l’approche Wraparound, consulter la fiche descriptive de ce programme.

  2. 2

    Sécurité publique Canada a également financé une étude d’évaluation des processus du programme. Pour plus de détails, communiquer avec la Division de la recherche, Sécurité publique Canada.

Date de modification :