Projet d’intervention précoce (PIP)

Aperçu

Groupe d'âge : Seconde enfance (7-11)

Genre : Mixte (femme et homme)

Population desservie : Jeunes en contact avec les responsables de l’application de la loi (et/ou à risque)

Sujet : Comportements agressifs/violents; Comportements antisociaux/deviants; Désavantage social/économique

Milieu : Zone rurale/éloignée; Zone urbaine; Centre sportif/récréatif; Installation communautaire

Location : Ontario; Terre-Neuve-et-Labrador

Nombre d’études canadiennes complétées d’évaluation des résultats : 2

Continuum d'intervention : Prévention du crime secondaire

Brève description

Le Projet d’intervention précoce (PIP) offre des occasions de haute qualité en matière de programmes et d’acquisition d’aptitudes à la vie quotidienne aux enfants jugés à risque d’adopter un comportement criminel. Le programme est conçu pour rendre les jeunes plus résilients et leur permettre d’acquérir les compétences nécessaires pour gérer leur colère, régler des problèmes et rester loin de la criminalité.

Le programme est axé sur la formation d’acquisition de compétences, les programmes parascolaires et les programmes de loisirs et est mis en œuvre dans des zones de logements sociaux à haut risque (en milieu urbain et en zone rurale).

Objectifs

Les objectifs principaux du programme PIP sont les suivants :

  • offrir aux jeunes des options et des occasions d’acquérir des attitudes et des compétences prosociales;
  • accroître la résilience aux facteurs de risque associés au comportement criminel;
  • réduire les comportements violents et antisociaux.

Clientèle

La clientèle appropriée du programme PIP englobe les enfants et les jeunes âgés de 6 à 12 ans qui vivent dans des quartiers de logements sociaux à risque élevé.

Le programme donne l’occasion aux jeunes qui ont un frère ou une sœur ou un parent ayant des démêlés avec le système de justice pénale, qui vivent dans des ménages touchés par la violence conjugale et/ou qui adoptent un comportement susceptible d’entraîner des accusations au titre de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents s’ils ont atteint l’âge de la responsabilité pénale.

Composantes clés

Le programme PIP est composé des éléments suivants :

  • programme sur les aptitudes à la vie quotidienne : offert en salle de classe dans une école, le programme sur les aptitudes à la vie quotidienne est divisé en deux groupes : Just for Kids (Juste pour les enfants) (pour les enfants âgés de 6 à 9 ans) et Skills and Thrills (Compétences et sensations fortes) (pour les enfants âgés de 10 à 12 ans). Le programme sur l’acquisition des aptitudes à la vie quotidienne complet est composé de trois modèles de cinq semaines, eux-mêmes composés chacun de 10 séances (2 séances par semaine);
  • sports et loisirs : le programme sur les sports et les loisirs fait partie intégrante du PIP, et il est utilisé comme un outil d’extension et pour tisser des liens initiaux et renforcer le lien de confiance avec les jeunes et aussi en tant que contexte dans lequel les participants au programme sur l’acquisition des aptitudes à la vie quotidienne peuvent s’exercer et appliquer les compétences acquises en classe. La participation à des activités variées est importante afin que les enfants qui ont des intérêts et des besoins différents soient attirés par ces programmes;
  • club des devoirs : cette composante donne aux jeunes dans la collectivité l’occasion de faire leurs devoirs après l’école dans un contexte supervisé (p. ex. un étudiant du secondaire peut agir à titre de superviseur à temps partiel du programme).

Information sur la mise en oeuvre

Certains des éléments essentiels pour la mise en œuvre de ce programme ou de cette initiative comprennent :

  • Exigences organisationnelles : il faut pouvoir compter sur une équipe de gestion forte et stable. Il faut procéder à une analyse appropriée des besoins de la collectivité et des services en place.
  • Partenariats : le programme PIP s’appuie sur de partenariats communautaires solides réunissant les organismes de santé, de santé mentale et de services sociaux, la police, les écoles, les associations de locataires et les entreprises. Il faut aussi compter sur une forte présence communautaire (p. ex. organisations de quartiers qui fournissent des installations et l’équipement). La participation des écoles et des parents est cruciale à la réussite du programme.
  • Formation et assistance technique : Information limitée sur ce sujet.
  • Outils d'évaluation des risques : Information limitée sur ce sujet.
  • Documents et ressources : si la langue primaire dans le quartier de logements sociaux n’est ni l’anglais, ni le français, le programme doit prévoir une façon de satisfaire aux exigences linguistiques et liées à la traduction.

Reconnaissance internationale

Les systèmes de classification les plus reconnus des programmes en prévention du crime fondés sur des données probantes ont classifié ce programme ou cette initiative de la façon suivante (en anglais seulement) :

  • Blueprint for Healthy Youth Development: Ne s'applique pas.
  • Crime Solutions/OJJDP Model Programs Guide: Ne s'applique pas.
  • SAMHSA's National Registry of Evidence-based Programs and Practices: Ne s'applique pas.
  • Coalition for Evidence-Based Policy: Ne s'applique pas.

Rassembler les connaissances canadiennes

Sites de mise en oeuvre au Canada

Au total, de 1997 à 2007, 2 organisations ont reçu un financement dans le cadre de la Stratégie nationale pour la prévention du crime de Sécurité publique Canada en vue de mettre en œuvre le programme PIP.

Les programmes sont classés en ordre alphabétique:Footnote1

  • les Clubs des garçons et filles de Terre-Neuve-et-Labrador (Terre-Neuve) (2002-2007) (évaluation des processus et des résultats complétée) : ce programme PIP a été mis en œuvre dans la ville de St. John et sur l’île Bell;
  • ?le Centre des jeunes du Service de police d’Ottawa (qui a fusionné avec le Club garçons et filles d’Ottawa en janvier 2002) (Ontario) (1999-2003) (évaluation des processus et des résultats complétée) : ce programme PIP a été mis en œuvre dans deux quartiers de logements sociaux d’Ottawa.

Principales conclusions des études canadiennes d'évaluation des résultats

Étude 1

Dans le cadre de son financement avec Sécurité publique Canada, l’Astwood Strategy Corporation a complété une étude d’évaluation des résultats du programme PIP en 2003. Cette étude s’appuyait sur une conception quasi expérimentale assortie d’un groupe témoin (liste d’attente) pour examiner le programme offert dans deux quartiers de logements sociaux d’Ottawa (Ontario).

Les résultats de cette évaluation ont montré ce qui suit :

  • le programme PIP a eu une influence positive sur les jeunes enfants et les plus vieux, tant les garçons que les filles. Des améliorations ont été notées chez les jeunes dans les domaines de l’agression/du passage à l’acte, de l’irresponsabilité/de l’inattention, du retrait social et de la crainte/de l’anxiété. Un fonctionnement social positif a aussi été favorisé.

Pour plus de détails, consulter la publication du Centre national de prévention du crime (2007).

Étude 2

Dans le cadre de son financement avec Sécurité publique Canada, SPR Associates Inc. a complété une étude d’évaluation des résultats du programme PIP de 2002 à 2007.  L’étude s’appuyait sur une conception quasi expérimentale assortie d’un groupe témoin (liste d’attente) et visait à examiner la mise en œuvre du programme PIP dans deux secteurs à risque élevé de Terre-Neuve. 

Les résultats de cette évaluation ont montré ce qui suit :

  • des analyses statistiques multivariées ont confirmé les constatations qualitatives et les résultats statistiques en 2003-2005, révélant des répercussions positives notables et statistiquement significatives dans le cadre du programme, particulièrement en ce qui a trait aux aptitudes à la vie quotidienne;
  • les résultats indiquent clairement que, après le programme sur l’acquisition d’aptitudes à la vie quotidienne, les enfants étaient plus susceptibles d’utiliser leur temps de façon constructive. Ils affichaient aussi de meilleurs résultats en ce qui a trait au comportement favorable à de telles attitudes et ils étaient moins susceptibles de passer du temps avec des enfants qui « avaient des ennuis ».

Pour plus de détails, consulter la publication du SPR Associates Inc. (2007).

Information sur les coûts

Aucune information disponible.

Références

Astwood Strategy Corporation. (2003). Final Report: Evaluation of Project Early Intervention. Rapport d’évaluation final. Présenté au Centre national de prévention du crime, Sécurité publique Canada (rapport non-publié).

Centre national de prévention du crime. (2007). Projet d’intervention précoce. Sommaire d’évaluation. Ottawa (Ontario) : Sécurité publique Canada. Disponible en ligne à : http://www.publicsafety.gc.ca/cnt/rsrcs/pblctns/rly-ntrvntn/index-fra.aspx  

SPR Associates Inc. (2007). Boys and Girls Clubs of Newfoundland and Labrador Project Early Intervention. Rapport d’évaluation final. Présenté au Centre national de prévention du crime, Sécurité publique Canada (rapport non-publié).

Pour plus de renseignements sur ce programme, communiquer avec :

Division de la recherche, Sécurité publique Canada
340 avenue Laurier Ouest
Ottawa, Ontario K1A 0P8
Courriel : PS.CSCCBResearch-RechercheSSCRC.SP@canada.ca
Site Web : http://www.securitepublique.gc.ca/cnt/cntrng-crm/crm-prvntn/index-fr.aspx


Date d'inscription - 2018-03-09

  1. 1

    Sécurité publique Canada a également financé des études d’évaluation des processus du programme PIP. Pour  plus de détails, communiquer avec la Division de la recherche, Sécurité publique Canada.

Date de modification :