Programme de suivi intensif de Montréal/Gangs de rue (PSI-MTL/GDR)

Aperçu

Groupe d'âge : Adolescence (12-17); Jeune adulte (18-24)

Genre : Mixte (femme et homme)

Population desservie : Contrevenants adultes; Impliqués dans les gangs (et/ou à risque); Jeunes en contact avec les responsables de l’application de la loi (et/ou à risque)

Sujet : Gangs et/ou activités criminelles associées; Récidive

Milieu : Zone urbaine; Installation communautaire

Location : Québec

Nombre d’études canadiennes complétées d’évaluation des résultats : 1

Continuum d'intervention : Prévention du crime secondaire; Prévention du crime tertiaire

Brève description

Le Programme de suivi intensif de Montréal/Gangs de rue (PSI-MTL/GDR) s’adresse aux adolescents et aux jeunes adultes qui participent à des activités criminelles liées aux gangs ou qui présentent un risque élevé de prendre part à de telles activités. Ce programme se fonde sur l’approche préconisée par le Youth Violence Reduction Partnership (YVRP).Footnote1 Les différentes interventions offertes comprennent du soutien clinique, des possibilités d’emploi, de l’éducation et d’autres mesures de soutien. Le PSI-MTL/GDR comprend des activités de suivi intensif et d’intégration sociale et s’appuie sur la coordination de ressources provenant de différents organismes.

Objectifs

Les objectifs principaux du PSI-MTL/GDR sont les suivants :

  • réduire les comportements délinquants (et la récidive) chez les adolescents et les jeunes adultes qui participent déjà, à divers degrés, aux activités criminelles de gangs de rue grâce à une surveillance intensive et à des solutions de rechange prosociales;
  • favoriser le développement de l’environnement social au sein duquel ces jeunes évoluent de façon à leur offrir davantage d’occasions de s’intégrer positivement à la société en faisant appel aux ressources des organismes partenaires et de la collectivité.

Clientèle

La clientèle ciblée par le PSI-MTL/GDR est constituée de jeunes âgés de 15 à 25 ans qui sont déjà membres d’un gang criminel ou qui sont hautement susceptibles de le devenir. Les jeunes ayant déjà des démêlés avec le système de justice pénale peuvent aussi participer au programme, dans des circonstances particulières.

Une fois que les jeunes ont été sélectionnés, on procède à une évaluation de leurs risques et besoins pour bien comprendre toutes les conditions juridiques auxquelles ils sont soumis et l’ensemble de leurs facteurs de risque et de protection.

Composantes clés

Les principales composantes du PSI-MTL/GDR incluent ce qui suit :

  • plans d’action personnalisés : un plan d’action intensif et bien défini est élaboré pour chaque participant et sa famille. En général, on tient trois ou quatre réunions par semaine entre le jeune, sa famille et le personnel du programme, auxquelles s’ajoutent d’autres rendez-vous avec des organismes communautaires, organisés par les responsables du programme. Les participants consacrent de vingt à quarante heures par semaine aux activités liées au programme, notamment des activités scolaires, des cours de formation professionnelle ou de perfectionnement professionnel, de la recherche d’emploi, du bénévolat et des activités récréatives;
  • travail de rue : le personnel du projet fait du travail de rue afin de sélectionner et d’appuyer les jeunes dans le cadre du programme;
  • ateliers : des ateliers de groupe ont lieu une fois par semaine sur des sujets comme les aptitudes en communication, les solutions de rechange à la violence, le règlement de différends, l’empathie et la résolution de problèmes.

Information sur la mise en oeuvre

Certains des éléments essentiels pour la mise en œuvre de ce programme ou de cette initiative comprennent :

  • Exigences organisationnelles : l’organisation et la mise en œuvre du programme ont nécessité la création de plusieurs comités (direction, opérations, consultation clinique, coordination, exécution, etc.).
  • Partenariats : le PSI-MTL/GDR repose sur plusieurs partenariats établis dans la collectivité. Les principaux organismes participants comprennent le ministère de la Sécurité publique du Québec, la Ville de Montréal, le Projet ado communautaire en travail de rue (PACT de rue), les centres de la jeunesse et de la famille Batshaw, le Service de police de la Ville de Montréal, la Direction des poursuites pénales du Québec et les Services correctionnels du Québec.
  • Formation et assistance technique : un plan de formation a été élaboré et les intervenants du programme assistent à différents cours qui les aident à comprendre le fondement du programme et les outils nécessaires à la prestation des services.
  • Outils d'évaluation des risques : le programme utilise le Niveau de service/jeunes - Inventaire de gestion des cas (NSJ-IGC).
  • Documents et ressources : un manuel est disponible auprès du concepteur du programme.

Reconnaissance internationale

Les systèmes de classification les plus reconnus des programmes en prévention du crime fondés sur des données probantes ont classifié ce programme ou cette initiative de la façon suivante (en anglais seulement) :

  • Blueprint for Healthy Youth Development: Ne s'applique pas.
  • Crime Solutions/OJJDP Model Programs Guide: Ne s'applique pas.
  • SAMHSA's National Registry of Evidence-based Programs and Practices: Ne s'applique pas.
  • Coalition for Evidence-Based Policy: Ne s'applique pas.

Rassembler les connaissances canadiennes

Sites de mise en oeuvre au Canada

Dans le cadre de la Stratégie nationale pour la prévention du crime, Sécurité publique Canada a versé un financement en vue de la mise en œuvre du PSI-MTL/GDR dans deux quartiers de Montréal, au Québec (Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension et Lasalle), pour la période allant de 2009 à 2014. Le programme PSI-MTL/GDR  est mis en œuvre par le Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire.

Principales conclusions des études canadiennes d'évaluation des résultats

Dans le cadre de son financement avec Sécurité publique Canada, une étude d’évaluation des résultatsFootnote2 du PSI-MTL/GDR a été effectuée de 2009 à 2014 par Lafortune et ses collaborateurs. Le devis de recherche est de type quasi-expérimental avec mesures répétées et groupe témoin apparié. L'étude comporte deux volets distincts dont le premier est basé sur une collecte de données auprès de 33 participants au programme d'un groupe témoin de 45 jeunes, recrutés auprès des centres jeunesse de Montréal, de Laval et de la Montérégie, et dans les Centres de la jeunesse et de la famille Batshaw (CJFB). Le second volet porte sur l'exploitation des dossiers de 127 participants et 166 contrevenants ayant reçu des services offerts par les centres jeunesse et des SCQ dans les régions administratives de Montréal, Laval et de la Montérégie.

Les résultats de cette évaluation ont montré ce qui suit :

  • L'examen de la récidive démontre un taux de nouvelles condamnations plus élevé pour le groupe expérimental (25,7%) par rapport au groupe témoin (15%). Il n'y a cependant pas de différences significatives quant à la nature des délits ou leur gravité. Le calcul de taux séparés indique l'absence de différences significatives pour les délits violents (contre la personne) et non violents, mais révèle des différences au niveau des nouvelles condamnations pour un manquement aux conditions de surveillance (13,3% versus 1,8%).
  • Le niveau de risque initial et les antécédents criminels ont été contrôlés dans une analyse subséquente des taux de récidive et de la durée avant la nouvelle condamnation. Le groupe expérimental a alors près de trois fois plus de chances d'être condamné pour n'importe quel délit ou un délit violent, et jusqu'à treize fois plus de risque d'avoir une nouvelle condamnation pour un manquement aux conditions de surveillance. Ces différences pourraient fort bien découler d'une réactivité et d'une surveillance accrue de la part du système de justice, et non de comportements plus répréhensibles.

Pour plus de détails, consulter la publication de Lafortune et coll. (2016).

Information sur les coûts

Le coût total du PSI-MTL/GDR est de 14 820 543 $ et le coût par participant est de 67 055,04 $. Ces montants incluent les coûts directs du programme et les coûts réguliers des services offerts par les organismes. En retirant ces derniers frais afin d'estimer le niveau d'effort requis pour implanter ce type de programme au sein de services existants, le coût par participant révisé est de 31 163,34 $ (19 143,26$ pour l'intervention et 12 020,08 $ pour l'administration) (Lafortune et coll., 2016).

Références

Centre national de prévention du crime. (2010). Programme de suivi intensif de Montréal – Gangs de rue. Prévention du crime en action. Ottawa (Ontario) : Sécurité publique Canada. Disponible en ligne à : http://www.securitepublique.gc.ca/cnt/rsrcs/pblctns/prgrm-sv-ntsf/index-fra.aspx

Lafortune, D., Morselli, C., Guay, J-P, Fredette, C., Gagnon, C. et M-N Royer (2016). Programme de suivi intensif de Montréal – Gangs de rue. Rapport d'évaluation final soumis à Danièle Laliberté, Sécurité publique Canada.

Pour plus de renseignements sur ce programme, communiquer avec :

Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire
4675 rue Bélanger
Montréal, Québec H1T 1C2
Téléphone : 514-593-3979
Site Web : http://www.centrejeunessedemontreal.qc.ca/  


Date d'inscription - 2018-03-08

  1. 1

    Pour plus de détails sur le Youth Violence Reduction Partnership (YVRP), consulter la fiche descriptive de ce programme.

  2. 2

    Sécurité publique Canada a également financé une étude d’évaluation des processus du programme. Pour plus de détails, communiquer avec la Division de la recherche, Sécurité publique Canada.

Date de modification :