Programme d’intervention rapide et intensive en milieu familial (PIRIMF)

Aperçu

Groupe d'âge : Adolescence (12-17)

Genre : Mixte (femme et homme)

Population desservie : Familles

Sujet : Comportements agressifs/violents; Comportements antisociaux/deviants

Milieu : Zone urbaine; Installation communautaire; Installation des services sociaux

Location : Québec

Nombre d’études canadiennes complétées d’évaluation des résultats : 1

Continuum d'intervention : Prévention du crime secondaire

Brève description

Conçu et mis à l’essai par le Centre jeunesse de Lanaudière, le Programme d’intervention rapide et intensive en milieu familial (PIRIMF) s’adresse aux jeunes (et à leurs familles) qui ont été aiguillés vers les services de protection de la jeunesse après avoir manifesté de graves problèmes de comportement. Le PIRIMF utilise l’instabilité engendrée par une crise familiale comme levier de changement pour intervenir relativement à ces facteurs. Les interventions prévues s’articulent autour de plusieurs principes, notamment l’intensité des interventions, des échéanciers souples, des interventions réalisées au sein de l’environnement familial et des interventions systémiques auxquelles participent les jeunes, leurs parents et divers intervenants de la collectivité.

Le programme est axé sur la mobilisation de la collectivité, la résolution de conflits, le counseling et le travail social, la thérapie familiale, le leadership et le développement des jeunes, l’acquisition de compétences, ainsi que la socialisation et l’apprentissage affectif.

Objectifs

Les objectifs principaux du PIRIMF sont les suivants :

  • maintenir les jeunes dans un environnement sécuritaire;
  • réduire les comportements agressifs et antisociaux en cernant les besoins et les difficultés des jeunes et en s’y adaptant;
  • élargir l’éventail des activités prosociales auxquelles les jeunes et leurs familles participent;
  • aider les parents à acquérir des compétences efficaces en matière de gestion des conflits.

Clientèle

La clientèle ciblée par le PIRIMF est constituée de jeunes (et de leurs familles) âgés de 13 à 17 ans qui ont des problèmes de comportement pouvant être dus à des problèmes de relations familiales, à des pratiques parentales violentes ou à la pauvreté.

Les jeunes sont aiguillés vers le programme par les services de protection de la jeunesse.

Composantes clés

Le PIRIMF prévoit six stades distincts qui s’échelonnent sur une période de douze semaines, comme suit :

  • stade 1 – réception et traitement de la demande de service : les jeunes qui souhaitent participer au programme sont soumis à une évaluation visant à déterminer leur admissibilité. Ceux qui répondent aux exigences peuvent participer au programme, tandis que les autres sont aiguillés vers d’autres services répondant mieux à leurs besoins;
  • stade 2 – rencontre avec un éducateur spécialisé : dans les 24 heures suivant le recrutement d’un jeune, un éducateur spécialisé rencontre la famille afin d’expliquer brièvement les divers composants du programme;
  • stade 3 – évaluation des besoins des jeunes et de leurs familles : pendant la rencontre, l’éducateur spécialisé observe les attitudes et les interactions des membres de la famille. L’éducateur spécialisé observe également la famille durant ses activités habituelles afin de mieux comprendre les difficultés et les comportements qui posent problème, ce qui lui permet de cerner les besoins du jeune et ceux des membres de sa famille de manière à orienter ses interventions à venir;
  • stade 4 – élaboration d’un plan d’intervention : en se fondant sur les données recueillies au stade précédent, l’éducateur, les parents et le jeune établissent des objectifs et discutent de la meilleure façon de les atteindre;
  • stade 5 – révision du plan d’intervention : le plan d’intervention est passé en revue toutes les deux semaines. Cet examen sert à évaluer l’atteinte des objectifs du jeune et la pertinence des moyens utilisés pour y arriver;
  • stade 6 – conclusion du programme : l’éducateur spécialisé, le jeune et ses parents participent à une réunion d’examen. Si le jeune a encore besoin de services au terme de sa participation au programme, il sera aiguillé vers les organismes compétents.

Information sur la mise en oeuvre

Certains des éléments essentiels pour la mise en œuvre de ce programme ou de cette initiative comprennent :

  • Exigences organisationnelles : il importe que les organisations responsables collaborent avec les parents des jeunes. De manière à orienter les jeunes sur la bonne voie, leurs parents doivent accepter le programme et être prêts à y participer.
  • Partenariats : les organisations doivent collaborer avec les membres des familles, les services de protection de l’enfance et d’autres organismes de la collectivité.
  • Formation et assistance technique : Information limitée sur ce sujet.
  • Outils d'évaluation des risques : Information limitée sur ce sujet.
  • Documents et ressources : Information limitée sur ce sujet.

Reconnaissance internationale

Les systèmes de classification les plus reconnus des programmes en prévention du crime fondés sur des données probantes ont classifié ce programme ou cette initiative de la façon suivante (en anglais seulement) :

  • Blueprint for Healthy Youth Development: Ne s'applique pas.
  • Crime Solutions/OJJDP Model Programs Guide: Ne s'applique pas.
  • SAMHSA's National Registry of Evidence-based Programs and Practices: Ne s'applique pas.
  • Coalition for Evidence-Based Policy: Ne s'applique pas.

Rassembler les connaissances canadiennes

Sites de mise en oeuvre au Canada

Dans le cadre de la Stratégie nationale pour la prévention du crime, Sécurité publique Canada a versé un financement en vue de la mise en œuvre du PIRIMF au Québec pour la période allant de 2004 à 2006. La mise en œuvre du PIRIMF a été assurée par le Centre jeunesse de Lanaudière.

Principales conclusions des études canadiennes d'évaluation des résultats

Dans le cadre de son financement avec Sécurité publique Canada, une étude d’évaluation des résultatsFootnote1 du PIRIMF a été effectuée de 2004 à 2006 par Turcotte et ses collaborateurs. Un devis quasi expérimental avec groupe témoin a été utilisé. Le groupe témoin était constitué de jeunes en provenance de trois autres centres jeunesse. Les jeunes du groupe témoin ont reçu les services ordinairement offerts dans les centres jeunesse. La collecte des données s’est effectuée en deux temps : au début de l’intervention et six mois plus tard. Les données ont été recueillies à l’aide de questionnaires administrés aux adolescents et aux parents, et de renseignements recueillis à partir des dossiers des participants. L’étude s’est déroulée sur 32 mois et a rejoint 124 familles et enfants, dont 77 dans le groupe expérimental et 47 dans le groupe témoin.

Les résultats de cette évaluation ont montré ce qui suit :

  • la situation des participants au PIRIMF s’est davantage améliorée que celle du groupe témoin quant aux aspects suivants : la cohésion familiale et les relations entre le jeune et sa mère;
  • comparativement au groupe témoin, les jeunes ayant participé au programme ont été suivis moins longtemps dans le système de protection et ils ont été moins nombreux à être placés. Par exemple, les données sur les placements pendant la période à l’étude indiquent que 31 jeunes (40,3 %) ayant participé au PIRIMF ont été placés pendant cette période, comparativement à 38 jeunes (81 %) du groupe témoin;
  • les jeunes qui ont été placés ont vécu moins de déplacements, leur placement a été moins long et les ressources utilisées ont été moindres. Lorsqu’on considère le nombre total de jours de placement pendant la période de six mois en question, on constate que les jeunes ayant participé au programme ont été placés en moyenne 31 jours, alors que ceux du groupe témoin ont été placés en moyenne 92 jours. La différence entre les deux groupes est significative.

Pour plus de détails, consulter la publication du Centre national de prévention du crime (2007).

Information sur les coûts

Au cours de la période d’évaluation, on a estimé, sur la base des dépenses et des résultats monétisables, que les coûts du PIRIMF s’élevaient à environ 825 $ (CAD) par jeune (Turcotte et coll., 2007).

Références

Centre national de prévention du crime (2007). Programme d’intervention rapide et intensive en milieu familial (PIRIMF). Sommaire d’évaluation. Ottawa (Ontario) : Sécurité publique Canada. Disponible en ligne à : http://www.securitepublique.gc.ca/cnt/rsrcs/pblctns/ntnsv-ntrvntn/index-fra.aspx    

Turcotte, D. et coll. (2007). Programme d’intervention rapide et intensive en milieu familial (PIRIMF). Rapport final d’évaluation. Présenté au Centre national de prévention du crime, Sécurité publique Canada (rapport non-publié).

Pour plus de renseignements sur ce programme, communiquer avec :

Centre jeunesse de Lanaudière
260 rue Lavaltrie Sud
Joliette, Québec J6W 5X7
Téléphone : 1-800-229-1152
Site Web : http://www.centresjeunessedelanaudiere.qc.ca/Pages/default.aspx   


Date d'inscription - 2018-03-08

  1. 1

    Sécurité publique Canada a également financé une étude d’évaluation des processus du programme. Pour plus de détails, communiquer avec la Division de la recherche, Sécurité publique Canada.

Date de modification :