Intervention Différentielle en Partenariat (IDP)

Aperçu

Groupe d'âge : Petite enfance (0-6); Seconde enfance (7-11)

Genre : Mixte (femme et homme)

Population desservie : Familles

Sujet : Comportements agressifs/violents; Comportements antisociaux/deviants; Violence familiale (domestique)/violence envers les enfants

Milieu : Zone urbaine; École; Installation communautaire; Installation des services sociaux

Location : Québec

Nombre d’études canadiennes complétées d’évaluation des résultats : 1

Continuum d'intervention : Prévention du crime secondaire

Brève description

L’Intervention différentielle en partenariat (IDP) propose des interventions différentielles axées sur les besoins qui se fondent sur deux grands volets : les mesures visant à corriger les comportements problématiques et la collaboration de tous les adultes présents auprès de l’enfant.

Le programme est axé sur la résolution des conflits, le counseling et le travail social, la thérapie familiale, la formation parentale, l’entraide par les pairs et la médiation, les stratégies de persévérance scolaire, l’acquisition de compétences, ainsi que la socialisation et l’apprentissage affectif.

Objectifs

Les objectifs principaux de l’IDP sont les suivants :

  • réduire les comportements problématiques (comportement indésirable, explosif et délinquant);
  • réduire les facteurs de risque et les mauvais traitements au sein de la famille;
  • offrir une intervention efficace grâce à la collaboration des services sociaux, de la famille et de l’école.

Clientèle

La clientèle ciblée par l’IDP est constituée de garçons et de filles âgés de 5 à 12 ans qui reçoivent des services psychosociaux de la part d’un centre jeunesse du Québec-Institut universitaire ou d’un centre de santé et de services sociaux (CSSS).

Pour qu’un enfant soit admissible aux services de l’IDP, il doit provenir d’un milieu familial qui présente des signes de mauvais traitements ou de négligence et manifester des problèmes de comportement à la maison ou à l’école.  

Les enfants participants sont aiguillés vers le programme par un centre jeunesse du Québec-Institut universitaire ou un centre de santé et de services sociaux (CSSS).

Composantes clés

Les principales composantes de l’IDP incluent :

  • une évaluation systémique conjointe de la situation de l’enfant, y compris la définition de son profil comportemental (indésirable, explosif ou délinquant) et l’élaboration d’un plan d’intervention personnalisé;
  • la mise en œuvre et l’exécution du plan d’intervention personnalisé, qui prévoit que l’enfant participe à diverses activités conçues en fonction de son niveau de risque et de ses besoins particuliers;
  • l’établissement - entre l’enfant, les membres de sa famille et les services et organismes communautaires - d’un partenariat visant à faire en sorte que l’enfant et sa famille soient en mesure d’obtenir une gamme de services bien plus vaste que ceux qui sont offerts par le programme.

L’élaboration de l’intervention se fonde sur l’attribution d’un des trois profils comportementaux suivants à l’enfant :

  • comportement indésirable : l’intervention doit protéger l’enfant contre le rejet et lui permettre de construire un rapport significatif avec un adulte;
  • comportement explosif : l’intervention doit traiter le traumatisme de l’enfant, lui offrir des services de counseling et lui enseigner des solutions de rechange à la violence, des mécanismes de régulation des émotions et des habiletés de maîtrise de soi;
  • comportement délinquant : l’intervention doit mettre l’accent sur l’apprentissage de l’autonomie, les conséquences de la colère et l’établissement d’une structure dans la vie de l’enfant.

Information sur la mise en oeuvre

Certains des éléments essentiels pour la mise en œuvre de ce programme ou de cette initiative comprennent :

  • Exigences organisationnelles : l’organisation responsable doit veiller à ce que les activités soient adaptées à chaque enfant selon son profil comportemental.
  • Partenariats : les organisations doivent collaborer avec les centres jeunesse du Québec-Institut universitaire ou les centres de santé et de services sociaux (CSSS), les écoles, les commissions scolaires et les autres organismes de la collectivité.
  • Formation et assistance technique : Information limitée sur ce sujet.
  • Outils d'évaluation des risques : les enfants sont évalués au moyen de la Child Behavior Checklist (CBCL), du Alabama Parenting Questionnaire (APQ), and du Conflict Tactic Scale (CTS). 
  • Documents et ressources : Information limitée sur ce sujet.

Reconnaissance internationale

Les systèmes de classification les plus reconnus des programmes en prévention du crime fondés sur des données probantes ont classifié ce programme ou cette initiative de la façon suivante (en anglais seulement) :

  • Blueprint for Healthy Youth Development: Ne s'applique pas.
  • Crime Solutions/OJJDP Model Programs Guide: Ne s'applique pas.
  • SAMHSA's National Registry of Evidence-based Programs and Practices: Ne s'applique pas.
  • Coalition for Evidence-Based Policy: Ne s'applique pas.

Rassembler les connaissances canadiennes

Sites de mise en oeuvre au Canada

Dans le cadre de la Stratégie nationale pour la prévention du crime, Sécurité publique Canada a versé un financement en vue de la mise en œuvre de l’IDP dans la région de Lanaudière, au Québec, pour la période allant de 2010 à 2013. La mise en œuvre du programme a été assurée par le Centre jeunesse de Lanaudière (CJL).

Principales conclusions des études canadiennes d'évaluation des résultats

Dans le cadre de son financement avec Sécurité publique Canada, une étude d’évaluation des résultatsFootnote1 de l’IDP a été effectuée de 2010 à 2014 par Desbiens et Gagné. Un modèle quasi expérimental a été appliqué à un groupe expérimental et à un groupe témoin. Les participants de chaque groupe ont dû répondre à un questionnaire avant et après les contrôles (deux contrôles intermédiaires effectués à intervalles de neuf mois).

Les résultats de cette évaluation ont montré ce qui suit :

  • un effet positif a été observé sur les comportements extériorisés et assimilés;
  • les parents et les enseignants ont signalé une amélioration des comportements (notamment une réduction des comportements délinquants);
  • les pratiques parentales se sont améliorées, les parents se sont montrés plus engagés auprès de leurs enfants et on a observé une diminution des méthodes disciplinaires incohérentes.

Pour plus de détails, consulter la publication de Desbiens et Gagné (2014).

Information sur les coûts

Aucune information disponible.

Références

Desbiens, N. et Gagné, M. H. (2014). Évaluation des effets des interventions réalisées en partenariat entre l’école et les services sociaux : Impacts du programme IDP. Rapport de recherche, Université de Montréal. Présenté au Centre national de prévention du crime, Sécurité publique Canada. Disponible en ligne sur le site Web du Centre jeunesse de Lanaudière.

Pour plus de renseignements sur ce programme, communiquer avec :

Centre jeunesse de Lanaudière
260 rue Lavaltrie Sud
Joliette, Québec J6W 5X7
Téléphone : 1-800-229-1152
Site Web : http://www.centresjeunessedelanaudiere.qc.ca/Pages/Accueil.aspx


Date d'inscription - 2018-02-23

  1. 1

    Sécurité publique Canada a également financé une étude d’évaluation des processus du programme. Pour plus de détails, communiquer avec la Division de la recherche, Sécurité publique Canada.

Date de modification :