Project Towards No Drug Abuse (TND)

Aperçu

Groupe d'âge : Adolescence (12-17)

Genre : Mixte (femme et homme)

Population desservie : Minorité visible/Groupe ethnique

Sujet : Consommation d'alcool et/ou de drogue; Difficultés scolaires

Milieu : Zone urbaine; École

Location : Ontario

Nombre d’études canadiennes complétées d’évaluation des résultats : 1

Continuum d'intervention : Prévention du crime secondaire

Brève description

Le Projet Towards No Drug Abuse (TND) est un programme en milieu scolaire consistant de 12 leçons de 40 à 50 minutes, qui inclut des activités motivationnelles, de la formation d’acquisition de compétences sociales et des composantes liées à la prise de décisions réalisées dans le cadre de discussions de groupe, de jeux, d’exercices de jeux de rôles, de vidéos et de feuilles de travail remplies par les étudiants durant une période de quatre semaines.

Le programme est axé sur le leadership et le perfectionnement des jeunes, les stratégies en milieu scolaire, la formation d’acquisition de compétences, l’apprentissage social et émotionnel et la prévention/le traitement de la toxicomanie.

Objectifs

Les objectifs principaux du Projet TND sont les suivants :

  • réduire ou éliminer la consommation de tabac, d’alcool, de marijuana et de drogues dures;
  • réduire ou éliminer le port d’arme;
  • accroître l’utilisation de compétences comportementales, cognitives et d’adaptation parmi les étudiants.

Clientèle

La clientèle appropriée du Projet TND englobe les jeunes âgés de 14 à 19 ans, y compris les étudiants de contextes ethnique et socioéconomique diversifiés.

Les participants sont aiguillés par les responsables des programmes d’éducation alternative, et des expulsions et des suspensions des conseils scolaires. Pour participer au programme, les jeunes doivent fréquenter l’école. Ils doivent aussi être à risque de commettre des crimes liés aux drogues et à la consommation de substances.

Composantes clés

Le Projet TND est composé de 12 séances en classe durant chacune de 40 à 50 minutes. Les 12 composantes offertes en salle de classe portent sur les éléments suivants :

  • écoute active : cette séance est conçue pour motiver les étudiants à communiquer efficacement et à écouter le contenu du programme avec un esprit ouvert. L’activité principale est une discussion en salle de classe, durant laquelle les étudiants discutent de l’importance de l’écoute active;
  • stéréotypes : l’activité principale est une discussion en salle de classe durant laquelle les étudiants définissent la notion de stéréotype et apprennent que croire aux stéréotypes peut ouvrir la voie à des prédictions autoréalisatrices qui les exposent au risque d’adopter des comportements autodestructeurs;
  • mythes et dénis : l’activité principale est une discussion en salle de classe durant laquelle les étudiants cernent les mythes associés à la toxicomanie, apprennent à savoir comment faire la distinction entre la vérité et les mensonges et apprennent de quelle façon les gens utilisent diverses croyances pour nier ou justifier leur consommation de drogue;
  • chimiodépendance : cette séance permet de fournir aux étudiants des renseignements au sujet de la chimiodépendance et définit les conséquences négatives de la consommation de substances;
  • talk-show : l’activité principale est un talk-show durant lequel les étudiants jouent le rôle d’invités, qui ont eu des problèmes de toxicomanie. Grâce à l’utilisation de questions et de réponses, les étudiants apprennent des choses au sujet des conséquences physiques, émotionnelles et sociales de la consommation de substances;
  • stress, santé et objectifs : l’activité principale est une discussion en classe durant laquelle les étudiants définissent le stress, examinent les sources de stress dans leur vie et passent en revue des stratégies pour l’atténuer;
  • basketball et renoncement au tabac : l’activité principale est un jeu de questions et de réponses « tabac-basketball », auquel les étudiants jouent afin de passer en revue les renseignements au sujet des conséquences du tabagisme;
  • maîtrise de soi : l’activité principale est une discussion en classe et un jeu de rôles durant lesquels les étudiants définissent la notion de maîtrise de soi, donnent des exemples de contextes dans lesquels la maîtrise de soi est nécessaire et apprennent des choses sur les conséquences liées au fait d’avoir une piètre maîtrise de soi;
  • discussion sur la marijuana : l’activité principale est une discussion psychodramatique durant laquelle les participants discutent des conséquences de la consommation de marijuana de divers points de vue;
  • pensées positives et négatives et cycles de comportement : l’activité principale est une discussion en classe durant laquelle les étudiants apprennent de quelle façon la pensée, les choix et les comportements positifs ou les pensées, les choix et les comportements négatifs sont interreliés et forment des « cycles »;
  • points de vue : l’activité principale est une démonstration durant laquelle les étudiants discutent de ce que signifie avoir un point de vue radical, modéré ou traditionnel au sujet d’un enjeu social;
  • prise de décisions et engagement : l’activité principale commence par une discussion sur les étapes d’un processus décisionnel. Les étudiants mettent en pratique le processus en fonction d’un scénario hypothétique lié à la consommation d’alcool. Ils remplissent une feuille de travail sur la prise de décisions et discutent de leur choix.

Information sur la mise en oeuvre

Certains des éléments essentiels pour la mise en œuvre de ce programme ou de cette initiative comprennent :

  • Exigences organisationnelles : pour que le programme soit efficace, les jeunes doivent participer à toutes les séances. De plus, il faut dispenser les séances telles qu’elles sont présentées dans le manuel de l’enseignant. Il faut aussi utiliser le contenu et les techniques d’enseignement prévues.
  • Partenariats : la réussite du Projet TND dépend des partenariats avec les écoles et les conseils scolaires.
  • Formation et assistance technique : il est fortement recommandé que chaque enseignant qui offre le Projet TND participe à un atelier de formation offert par un formateur accrédité du Projet TND avant le début du programme. L’Institute for Prevention Research de l’Université de la Californie du Sud offre des ateliers de formation en personne qui durent un ou deux jours.
  • Outils d'évaluation des risques : Information limitée sur ce sujet.
  • Documents et ressources : le matériel requis pour la mise en œuvre du programme inclut le manuel de l’enseignant et une copie du cahier d’exercices de l’étudiant pour chaque étudiant, qu’on pourra lui laisser ou qui pourra être utilisé comme référence. Il y a une vidéo utilisée durant la séance 12, mais cette dernière est facultative. La salle de classe doit être équipée d’un tableau. L’utilisation d’un projecteur ou d’un ordinateur muni du logiciel PowerPoint est facultative.

Reconnaissance internationale

Les systèmes de classification les plus reconnus des programmes en prévention du crime fondés sur des données probantes ont classifié ce programme ou cette initiative de la façon suivante (en anglais seulement) :

  • Blueprint for Healthy Youth Development: modèle
  • Crime Solutions/OJJDP Model Programs Guide: prometteur
  • SAMHSA's National Registry of Evidence-based Programs and Practices: 2,9 - 3,4
  • Coalition for Evidence-Based Policy: Ne s'applique pas.

Rassembler les connaissances canadiennes

Sites de mise en oeuvre au Canada

Dans le cadre de la Stratégie nationale pour la prévention du crime, Sécurité publique Canada a versé un financement en vue de la mise en œuvre du Projet TND dans diverses écoles du conseil scolaire du district de Hamilton-Wentworth et du conseil scolaire catholique du district de Hamilton-Wentworth (Ontario) de 2009 à 2014. Le Projet TND a été mis en œuvre par la Société John Howard de Hamilton.

Principales conclusions des études canadiennes d'évaluation des résultats

Dans le cadre de son financement avec Sécurité publique Canada, la Société John Howard de Hamilton a complété une étude d’évaluation des résultatsFootnote1 du Projet TND de 2009 à 2014. L’évaluation a été complétée grâce à une conception quasi expérimentale entre les groupes faisant appel à des mesures répétées mixtes. La conception de mesures répétées entre les groupes exigeait l’administration de questionnaires d’auto-évaluation à quatre étapes : avant l’intervention, immédiatement après l’intervention, 6 mois après l’intervention et 12 mois après l’intervention. Pour ce qui est de la composante communautaire, les évaluateurs ont utilisé un devis à mesures répétées au sein de chacun des groupes, mais il n’y avait pas de groupe témoin. On a procédé à des analyses quantitatives des groupes de discussion, et des entrevues auprès des répondants principaux ont aussi été réalisées. L’échantillon du groupe expérimental incluait les participants de la composante scolaire (n = 950) et de la composante communautaire (n = 51).

Les résultats de cette évaluation ont montré ce qui suit :

  • environ six mois après leur participation au programme, les résultats de bon nombre des participants du Projet TND semblaient assez semblables à ceux des membres du groupe témoin. Cela révèle que la participation au Projet TND a un impact limité sur les résultats prévus en matière de compétences et de comportement six mois après le programme. Une exception concerne le résultat lié aux connaissances, relativement auquel les participants du Projet TND ont continué d’afficher des notes d’évaluation plus élevées que les membres du groupe témoin, ce qui indique que la participation au Projet TND a eu un impact positif sur les connaissances. Malheureusement, ce niveau accru de connaissance ne semble pas s’être traduit par des changements positifs similaires en ce qui concerne les compétences ou les comportements.

Pour plus de détails, consulter la publication du Centre national de prévention du crime (2014).

Information sur les coûts

De 2010 à 2014, le coût par jeune participant au Projet TND était d’environ 540 $ (CAD) (Centre national de prévention du crime, 2014).

Références

Centre national de prévention du crime. (2014). Résultats du Projet Towards No Drug Abuse (TND). Sommaire d’évaluation. Ottawa (Ontario) : Sécurité publique Canada. Disponible en ligne à : http://www.publicsafety.gc.ca/cnt/rsrcs/pblctns/rslts-twrds-ndrg-bs/index-fra.aspx

Centre national de prévention du crime. (2015). Résultats du Projet Towards No Drug Abuse (TND). Sommaire d’évaluation. Ottawa (Ontario) : Sécurité publique Canada.

Pour plus de renseignements sur ce programme, communiquer avec :

USC Institute for Prevention Research
Soto Street Building, 3e étage
2001 rue Soto Nord
Los Angeles, Californie 90032
Téléphone : 1-800-400-8461
Site Web : http://tnd.usc.edu/


Date d'inscription - 2018-03-09

  1. 1

    Sécurité publique Canada a également financé une étude d’évaluation des processus du programme. Pour plus de détails, communiquer avec la Division de la recherche, Sécurité publique Canada.

Date de modification :