Durham Youth Gang Strategy (DYGS)

Aperçu

Groupe d'âge : Adolescence (12-17)

Genre : Mixte (femme et homme)

Population desservie : Impliqués dans les gangs (et/ou à risque); Jeunes en contact avec les responsables de l’application de la loi (et/ou à risque)

Sujet : Gangs et/ou activités criminelles associées

Milieu : Zone urbaine; Installation communautaire

Location : Ontario

Nombre d’études canadiennes complétées d’évaluation des résultats : 1

Continuum d'intervention : Prévention du crime secondaire; Prévention du crime tertiaire

Brève description

La Durham Youth Gang Strategy (DYGS) est un programme complet élaboré par la Durham Family Court Clinic (DFCC) et la Murray McKinnon Foundation (MMF) pour appuyer les activités de prévention et d’intervention auprès des jeunes à risque.

La DYGS est fondée sur le Comprehensive Gang ModelFootnote1 de l’Office of Juvenile Justice and Delinquency Prevention (OJJDP, bureau de la prévention de la délinquance et de la justice applicable aux jeunes des États-Unis) et est axée sur la résolution de conflits, le leadership et le perfectionnement des jeunes, les stratégies en milieu scolaire, la formation d’acquisition de compétences, l’apprentissage social et émotionnel, l’emploi, la formation parentale et la mobilisation communautaire.

La DYGS, financée par le Centre national de prévention du crime, a pris fin en mars 2012. Depuis avril 2013, le Ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse (Ontario) a financé le programme dans le cadre d’un programme pilote qui reconnaît le besoin d’offrir des services communautaires aux jeunes associés aux gangs de jeunes.

Objectifs

Les objectifs principaux de la DYGS sont les suivants :

  • mieux faire connaître aux jeunes les conséquences de l’affiliation à un gang;
  • encourager l’adoption d’une attitude moins positive envers les gangs;
  • réduire les facteurs de risque qui les rendent susceptibles de se joindre à un gang.

Clientèle

La clientèle appropriée de la DYGS englobe les jeunes âgés de 12 à 18 ans qui ont été cernés comme étant à risque de se joindre à un gang et de commettre des actes criminels.

Les participants peuvent être aiguillés par l’intermédiaire des installations de détention pour les jeunes, approuvées par le Ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse (MSEJ), ou par un certain nombre de secteurs communautaires, y compris les services de probation, les services de police, les écoles, les parents et les agences communautaires.

Pour participer au programme, les jeunes doivent être à risque de participer à des activités de gang. Les jeunes peuvent aussi être admissibles s’ils ont déjà participé à des activités de gang ou fréquentent actuellement des écoles à risque élevé. Les parents des jeunes à risque sont aussi admissibles.

Composantes clés

La DYGS est un programme durant en moyenne 33 semaines. Les composantes du programme comprennent les suivantes :

  • mobilisation communautaire : le programme mobilise des résidents locaux, des jeunes, des groupes communautaires, des dirigeants municipaux et des organismes pour créer de nouveaux liens avec les organisations fournissant des services aux jeunes membres de gangs et à risque;
  • intervention sociale : des programmes et des services sont fournis aux jeunes qui sont membres d’un gang ou ceux très à risque de le devenir. Les jeunes qui ont besoin d’un soutien individuel sont cernés grâce à des partenariats avec les organismes et les réseaux en place qui servent déjà les jeunes « à risque » dans la région;
  • création de possibilités : des programmes d’éducation, de formation et liés à l’emploi sont organisés à l’intention des jeunes participants. Le travail de la DYGS aide les jeunes en évaluant leurs aptitudes et en cernant les possibilités;
  • changement et perfectionnement organisationnel : la DYGS facilite le changement et le perfectionnement organisationnel afin d’aider les agences communautaires à mieux s’attaquer aux problèmes des gangs. Mentionnons par exemple la résolution de problème en équipe, l’élaboration et l’application de politiques et de processus qui permettent d’utiliser plus efficacement les ressources accessibles et potentielles au sein des organismes et entre eux;
  • suppression : les activités de suppression, y compris l’étroite supervision des jeunes qui appartiennent à des gangs par les organismes du milieu de la justice pénale et des organismes communautaires, des écoles et des groupes sur le terrain sont appuyées par la stratégie.

Information sur la mise en oeuvre

Certains des éléments essentiels pour la mise en œuvre de ce programme ou de cette initiative comprennent :

  • Exigences organisationnelles : l’organisation dirigeante doit posséder de solides compétences d’évaluation initiale et d’évaluation afin de bien identifier les jeunes à risque qui participeront à la DYGS.
  • Partenariats : les animateurs de la DYGS sont encouragés à travailler en étroite collaboration avec les services de police, les gestionnaires de probation, les travailleurs de protection de l’enfance et d’autres services afin d’offrir aux jeunes un soutien et des encouragements de près.
  • Formation et assistance technique : les employés doivent avoir suivi la formation sur l’approche du Gang Reduction Program et doivent participer à des cours de formation spécialisée liés aux gangs, à la résolution de conflits, aux stratégies de communication, à la mobilisation, à la sensibilisation à la violence, au soutien familial/parental, à la formation d’acquisition de compétences et aux interventions en cas de toxicomanie.
  • Outils d'évaluation des risques : il est demandé aux sources de renvoi d’évaluer le risque que les jeunes participent à des activités de gang en remplissant le Durham Youth Gang Risk Profile et le Durham Youth Gang Involvement Profile en fonction de leur connaissance des jeunes.
  • Documents et ressources : les employés du programme sont responsables de fournir aux parents/tuteurs et membres de la collectivité le matériel nécessaire pour s’attaquer aux comportements liés aux activités de gang.

Reconnaissance internationale

Les systèmes de classification les plus reconnus des programmes en prévention du crime fondés sur des données probantes ont classifié ce programme ou cette initiative de la façon suivante (en anglais seulement) :

  • Blueprint for Healthy Youth Development: Ne s'applique pas.
  • Crime Solutions/OJJDP Model Programs Guide: Ne s'applique pas.
  • SAMHSA's National Registry of Evidence-based Programs and Practices: Ne s'applique pas.
  • Coalition for Evidence-Based Policy: Ne s'applique pas.

Rassembler les connaissances canadiennes

Sites de mise en oeuvre au Canada

Dans le cadre de la Stratégie nationale pour la prévention du crime, Sécurité publique Canada a fourni du financement pour mettre en œuvre la DYGS dans diverses régions de Toronto, y compris Pickering, Ajax et Oshawa, de 2008 à 2011. La DYGS a été mise en œuvre par la Durham Family Court Clinic (DFCC) et la Murray McKinnon Foundation (MMF).

Principales conclusions des études canadiennes d'évaluation des résultats

Dans le cadre de son financement avec Sécurité publique Canada, une étude d’évaluation des résultatsFootnote2 de la DYGS a été réalisée de 2008 à 2011 par Saini. Une méthode utilisant un seul groupe et fondée sur des mesures répétées a été utilisée pour évaluer la DYGS. Des 72 jeunes qui ont rempli le sondage préalable, 34 ont rempli le sondage de mi-parcours (6 mois), 28 ont rempli le sondage de fin d’évaluation (habituellement 12 mois après l’évaluation préalable) et aucun jeune n’a rempli le sondage de suivi (18 mois après l’évaluation préalable). Des groupes de discussion ont aussi été organisés avec des jeunes, des parents et des intervenants.

Les résultats de cette évaluation ont montré ce qui suit :

  • en ce qui concerne les jeunes qui ont participé au programme, les résultats montrent une réduction significative (p < 0,05) des attitudes favorables à la criminalité, ce qui correspond à une taille d’effet modérée (TE = 0,38). Les résultats montrent une augmentation significative des liens des jeunes avec les membres de leur famille à la fin du programme, ce qui correspond à une taille d’effet modérée (TE = 0,39, p < 0,05);
  • les résultats montrent une réduction significative des liens des jeunes avec des pairs faisant partie des gangs (p < 0,05), ce qui correspond à une taille d’effet modérée (TE = 0,38).

Pour plus de détails, consulter la publication de Saini (2011). 

Information sur les coûts

En 2011, le coût par jeune participant à la DYGS était d’environ 12 720 $ (CAD) ou 385 $ (CAD) par semaine. Cette estimation est fondée sur 95 jeunes sur une période de 33 semaines (Saini, 2011).

Références

Centre national de prévention du crime (2012). Durham Youth Gang Strategy. Sommaire d’évaluation. Ottawa (Ontario) : Sécurité publique Canada. Disponible en ligne à : http://www.publicsafety.gc.ca/cnt/rsrcs/pblctns/drhm-strtgy/index-fra.aspx

Saini, M. (2011). Final Evaluation Report: Evaluation of the Durham Youth Gang Strategy. MAS Information and Evaluation Group, Toronto. Rapport d’évaluation final. Présenté au Centre national de prévention du crime, Sécurité publique Canada (rapport non-publié).

Pour plus de renseignements sur ce programme, communiquer avec :

Durham Family Court Clinic
201 – 44 rue Richmond-Ouest
Oshawa, Ontario L1G 1C7
Téléphone : 905-725-0845
Site Web : http://www.dfcc.org/durham-youth-gang-strategy.php


Date d'inscription - 2018-02-22

  1. 1

    Pour plus de détails sur le Comprehensive Gang Model de l’OJJDP, également appelé le Gang Reduction Program, consulter la fiche descriptive de ce programme.

  2. 2

    Sécurité publique Canada a également financé une étude d’évaluation des processus du programme. Pour plus de détails, communiquer avec la Division de la recherche, Sécurité publique Canada.

Date de modification :