Cure Violence (CeaseFire Chicago)

Aperçu

Groupe d'âge : Adolescence (12-17); Jeune adulte (18-24)

Genre : Mixte (femme et homme)

Population desservie : Contrevenants adultes; Impliqués dans les gangs (et/ou à risque); Jeunes en contact avec les responsables de l’application de la loi (et/ou à risque)

Sujet : Comportements agressifs/violents; Désavantage social/économique; Gangs et/ou activités criminelles associées

Milieu : Zone urbaine; Installation communautaire

Location : Nouvelle-Écosse

Nombre d’études canadiennes complétées d’évaluation des résultats : En cours

Continuum d'intervention : Prévention du crime secondaire; Prévention du crime tertiaire

Brève description

Élaboré initialement sous le nom CeaseFire Chicago en 2000, Cure ViolenceFootnote1 freine la diffusion de la violence dans les collectivités en utilisant des méthodes et des stratégies associées au contrôle des maladies – déceler et interrompre les conflits, cerner et traiter les personnes les plus à risque et changer les normes sociales. Cure Violence est un programme de prévention de la violence qui travaille en collaboration avec les partenaires de la collectivité, de la ville, de l’État et du gouvernement fédéral pour réduire les homicides et les fusillades dans des collectivités précises où il y a des problèmes de violence. Le programme vise à s’attaquer aux activités à risque grâce à un petit nombre de membres de la collectivité choisis avec soin, ceux qui sont le plus à risque de devenir une cible ou un tireur dans un avenir proche. Ce programme prévient la violence grâce à une approche à trois volets : la détection et l’interruption, le changement de comportement et le changement des normes communautaires.

Le programme est axé sur la mobilisation communautaire, la résolution de conflits, l’emploi, le leadership et le perfectionnement des jeunes, la formation d’acquisition de compétences, la prévention de l’école buissonnière, la prévention des gangs et la prévention de la violence.

Objectifs

Les objectifs principaux du programme Cure Violence sont les suivants :

  • réduire tous les types de violence (y compris la violence liée aux gangs) en collaboration avec le gouvernement et la collectivité;
  • accroître les risques et les coûts perçus de la violence parmi les jeunes à risque;
  • créer des programmes de prévention efficaces pouvant être intégrés dans les programmes de prévention de la violence de la ville ou de la collectivité.

Clientèle

La clientèle appropriée du programme Cure Violence englobe les jeunes âgés de 16 à 25 ans qui vivent dans des collectivités où il y a de hauts niveaux de violence. La clientèle appropriée englobe aussi les jeunes délinquants, les enfants exposés à la violence, les membres de gangs et les délinquants à risque élevé.

Les participants sont aiguillés vers le programme par des membres de la collectivité ou des citoyens préoccupés. Premièrement, une personne dans la collectivité doit préparer le tout et promouvoir la cause. Quiconque met le processus en branle devra aussi obtenir le soutien et la participation d’intervenants clés dans la collectivité, y compris les politiciens locaux, les organisations communautaires, la police et d’autres intervenants. Une fois cela en place, l’équipe du programme Cure Violence peut aider la collectivité à mettre en œuvre le programme.

Avant de participer, les jeunes sont évalués en fonction d’une liste de critères d’inclusion. Les jeunes doivent satisfaire à au moins quatre de ces critères. En général, les participants doivent avoir été membres d’un gang, avoir été en prison, avoir été victimes d’une fusillade ou avoir été impliqués dans la vente de drogue dans la rue. Les participants doivent aussi avoir déjà été arrêtés.

Composantes clés

Le programme Cure Violence est composé des éléments suivants :

  • les travailleurs d’extension qui travaillent directement auprès des gangs, des membres de gangs et des jeunes troublés fournissent des services directs et des services de médiation des conflits avant que les conflits ne deviennent violents. Ils encadrent et conseillent les jeunes, évaluent leurs besoins, les aiguillent vers un large éventail de services (c.-à-d. programme d’éducation générale et de perfectionnement, counseling en maîtrise de la colère ou traitement contre la toxicomanie ou l’alcoolisme) et les aident à trouver une garderie ou un emploi;
  • les interrupteurs de violence qui offrent des services de médiation dans le cadre de conflits entre gangs ou de conflits de quartiers. Ils travaillent dans la rue, la nuit, parlent aux chefs de gang, aux amis et membres de la famille bouleversés de récentes victimes de fusillades et à d’autres personnes qui sont à même d’initier ou de maintenir des cycles de violence dans le but d’établir une relation avec les chefs de gang et d’autres jeunes à risque;
  • la mobilisation communautaire, dont on fait la promotion grâce à un militantisme au niveau communautaire et à l’éducation publique et inclut des activités comme des campagnes médiatiques, des rassemblements, des manifestations et des assemblées publiques. Les membres du clergé locaux et des groupes communautaires participent aux manifestations, rassemblements et vigiles de prières qui visent à rappeler le caractère inacceptable de la violence dans la collectivité. Du matériel pédagogique conçu pour changer les normes au sujet de la violence et accroître la connaissance des risques liés à l’adoption de la violence est aussi distribué.

Information sur la mise en oeuvre

Certains des éléments essentiels pour la mise en œuvre de ce programme ou de cette initiative comprennent :

  • Exigences organisationnelles : l’organisation dirigeante doit fournir un certain nombre de services pouvant aider les sites de mise en œuvre à atteindre leurs objectifs. Plus précisément, les organisations directrices doivent fournir aux intervenants une aide sur place, qui inclut des réunions en groupe des employés du programme ainsi que des réunions dans la collectivité. Elles doivent aussi travailler en collaboration avec les partenaires communautaires pour définir les objectifs du programme et régler les problèmes. Ces objectifs et ces problèmes doivent ensuite être documentés, et les données doivent être recueillies par l’équipe d’évaluation du programme aux fins d’analyse.
  • Partenariats : les organisations doivent travailler en collaboration avec divers résidents, entreprises et diverses organisations afin de promouvoir la sécurité dans les collectivités. On encourage aussi les organisations qui mettent en œuvre le programme Cure Violence à travailler en collaboration avec des représentants des organisations confessionnelles afin que celles-ci puissent fournir un soutien aux jeunes grâce à des ressources comme des refuges. On encourage aussi les organisations à travailler en partenariat avec les services de police locaux.
  • Formation et assistance technique : les responsables du programme Cure Violence fournissent régulièrement des séances de formation à l’intention des employés pour accroître leur connaissance du programme. Cela aidera les travailleurs à prendre les bonnes décisions lorsqu’ils sont confrontés à des situations faisant intervenir des membres de la collectivité ou des organisations.
  • Outils d'évaluation des risques : pour obtenir plus de détails sur les outils d’évaluation des risques utilisés par les diverses réplications du programme Cure Violence, consulter les fiches descriptives spécifiques à ce programme.
  • Documents et ressources : le matériel de formation est fourni par les représentants du programme Cure Violence durant les séances de formation à l’intention du personnel et des intervenants du programme.

Reconnaissance internationale

Les systèmes de classification les plus reconnus des programmes en prévention du crime fondés sur des données probantes ont classifié ce programme ou cette initiative de la façon suivante (en anglais seulement) :

  • Blueprint for Healthy Youth Development: Ne s'applique pas.
  • Crime Solutions/OJJDP Model Programs Guide: prometteur (une étude)
  • SAMHSA's National Registry of Evidence-based Programs and Practices: Ne s'applique pas.
  • Coalition for Evidence-Based Policy: Ne s'applique pas.

Rassembler les connaissances canadiennes

Sites de mise en oeuvre au Canada

Au total, depuis 2013, 1 organisation a reçu un financement dans le cadre de la Stratégie nationale pour la prévention du crime de Sécurité publique Canada en vue de mettre en œuvre le programme Cure Violence.

Pour obtenir plus de détails au sujet de cette adaptation locale, consulter la fiche descriptive spécifique à ce programme :

  •  Ceasefire in the HRM-A Nova Scotian Approach (province de la Nouvelle-Écosse, Unité de prévention du crime du Ministère de la Justice, Division de la sécurité publique et de la sécurité, Ministère de la Justice de la Nouvelle-Écosse) (Nouvelle-Écosse) (2013-2018) (évaluation des processus et des résultats en cours).

Principales conclusions des études canadiennes d'évaluation des résultats

Pour connaitre les principales conclusions associées à la réplication de Cure Violence, consulter la fiche descriptive spécifique à ce programme.

Information sur les coûts

Pour obtenir les coûts liés à la réplication de Cure Violence, consulter la fiche descriptive spécifique à ce programme.

Références

Pour obtenir les références de la réplication du Cure Violence, consulter la fiche descriptive spécifique à ce programme.

Pour plus de renseignements sur ce programme, communiquer avec :

Cure Violence
Gary Slutkin, MD, fondateur et PDG
1603 rue Taylor-Ouest
Chicago, Illinois 60612
Téléphone : 1-866-862-3273
Site Web : http://cureviolence.org/


Date d'inscription - 2018-02-21

  1. 1

    Le programme Cure Violence permet une certaine souplesse quant à la façon dont il est mis en œuvre et adapté en fonction des besoins, des ressources et des problèmes locaux précis liés à la criminalité. En effet, Cure Violence n’est pas un programme « one size fits all », ni un programme manualisé. Il doit plutôt être considéré comme une approche générale en prévention du crime. Pour cette raison, Cure Violence est décrit brièvement ici et pour obtenir plus de détails sur la façon dont Cure Violence a été adapté et appliqué dans les collectivités canadiennes, consulter la fiche descriptive spécifique au programme mentionnée ci-dessous.

Date de modification :