Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur (PBPP)

Aperçu

Groupe d'âge : Petite enfance (0-6); Seconde enfance (7-11)

Genre : Mixte (femme et homme)

Population desservie : Familles

Sujet : Comportements antisociaux/deviants; Désavantage social/économique

Milieu : Zone rurale/éloignée; Zone urbaine; École; Installation communautaire

Location : Ontario

Nombre d’études canadiennes complétées d’évaluation des résultats : 1

Continuum d'intervention : Prévention du crime secondaire

Brève description

Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur (PBPP) est une initiative de prévention communautaire complète fondée sur une approche écologique qui combine diverses stratégies axées sur la personne, la famille et la collectivité afin de réduire les facteurs de risque liés à la délinquance et de renforcer les facteurs de protection. Le programme PBPP est conçu pour faire en sorte que les jeunes dans des quartiers à faible revenu et à risque élevé n’obtiennent pas de piètres résultats en matière de développement, ce qui exige ensuite des services de santé, d’éducation et des services sociaux coûteux.

Le programme mise sur la mobilisation communautaire, la thérapie familiale, le leadership et le perfectionnement des jeunes, la formation des parents, les stratégies en milieu scolaire, la formation d’acquisition de compétences et l’apprentissage social et émotionnel.

Objectifs

Les objectifs principaux du programme PBPP sont les suivants :

  • réduire l’incidence à long terme des problèmes affectifs et comportementaux graves chez les enfants et favoriser un développement social, affectif, physique, comportemental et cognitif optimal chez les enfants;
  • renforcer les capacités des parents et de la famille à répondre aux besoins des enfants et de leur famille;
  • mettre en œuvre des programmes de haute qualité pour les enfants et leur famille et répondre efficacement aux besoins locaux dans les quartiers.

Clientèle

La clientèle appropriée du programme PBPP englobe les enfants (y compris leur famille) âgés de 0 à 4 ans ou de 4 à 8 ans qui vivent dans des quartiers désavantagés sur le plan économique où il y a de multiples risques élevés de piètre développement des enfants.

Pour participer au programme, les participants et leur famille doivent vivre dans des collectivités. Partir d’un bon pas et se faire offrir ces programmes par les écoles participantes au sein de ces collectivités.

Composantes clés

Le programme PBPP comporte les éléments qui suivent :

  • des activités communautaires réalisées avant, durant ou après l’école ainsi que durant les jours fériés et les vacances (p. ex. semaine de relâche). Ces activités peuvent inclure, entre autres, des visites à domicile, des activités sportives et récréatives, des ateliers pédagogiques et du soutien culturel;
  • des activités ou des interventions qui sont souvent intégrées dans d’autres programmes communautaires en place;
  • des activités ou des interventions choisies par les résidents locaux et les parents.

Information sur la mise en oeuvre

Certains des éléments essentiels pour la mise en œuvre de ce programme ou de cette initiative comprennent :

  • Exigences organisationnelles : l’organisation responsable doit tenir compte des composantes écologiques, universelles et axées sur la communauté du programme et reconnaître qu’il peut y avoir des changements au sein des familles et des collectivités pour produire des changements durables et positifs touchant le bien-être des enfants. Cette organisation doit aussi s’assurer que les écoles participantes intègrent ces composantes dans leurs activités liées au programme PBPP. L’organisation doit s’assurer que les parents et les membres de la collectivité participent à la planification et à la réalisation de ces activités et qu’ils offrent un large éventail de soutiens communautaires adaptés à la démographie de la collectivité.
  • Partenariats : la participation des familles et des parents est essentielle à la réussite du programme. Les programmes PBPP sont le plus efficaces lorsqu’ils sont réalisés par des écoles qui créent des partenariats avec d’autres organismes comme des organisations de protection de l’enfance, des organismes responsables de la santé mentale des enfants, des organisations autochtones et des associations de quartiers.
  • Formation et assistance technique : même si une formation n’est pas requise, on encourage les enseignants, les bénévoles et les organisations communautaires qui participent à la mise en œuvre des programmes PBPP à consulter le matériel de formation offert aux membres par le Groupe de recherche sur l’initiative PBPP.
  • Outils d'évaluation des risques : Information limitée sur ce sujet.
  • Documents et ressources : le Groupe de recherche sur l’initiative PBPP a élaboré une trousse d’outils liée à l’initiative Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur. La trousse d’outils aborde tous les aspects de l’élaboration et de la mise en œuvre des diverses composantes du modèle. La trousse d’outils est accessible gratuitement sur le site Web de Partir d’un bon pas.

Reconnaissance internationale

Les systèmes de classification les plus reconnus des programmes en prévention du crime fondés sur des données probantes ont classifié ce programme ou cette initiative de la façon suivante (en anglais seulement) :

  • Blueprint for Healthy Youth Development: Ne s'applique pas.
  • Crime Solutions/OJJDP Model Programs Guide: Ne s'applique pas.
  • SAMHSA's National Registry of Evidence-based Programs and Practices: Ne s'applique pas.
  • Coalition for Evidence-Based Policy: Ne s'applique pas.

Rassembler les connaissances canadiennes

Sites de mise en oeuvre au Canada

Dans le cadre de la Stratégie nationale pour la prévention du crime, Sécurité publique Canada a fourni du financement pour mettre en œuvre le programme PBPP dans cinq collectivités désavantagées (Cornwall, Sudbury, Highfield, Etobicoke et Ottawa) en Ontario de 2009 à 2011. Le programme PBPP a été mis en œuvre par l’Université de coordination de la recherche l’Université Queens.

Principales conclusions des études canadiennes d'évaluation des résultats

Une étude d’évaluation des résultats du programme PBPP a été réalisée de 1997 à 2007 par Peters et coll. Ils ont utilisé une conception longitudinale quasi expérimentale pour examiner les résultats à long terme du programme PBPP sur les résultats sociaux, comportementaux et scolaires des enfants d’âge scolaire, leur famille et les collectivités environnantes. De 1993 à 1997, lorsque les enfants étaient âgés de 4 à 8 ans, des programmes ont été offerts aux participants (n = 601) dans trois sites Partir d’un bon pas, soit Sudbury, Cornwall et Highfield. Ces sites ont été jumelés à deux sites témoins (n = 358), soit Ottawa et Etobicoke. Tout au long de cette étude longitudinale, des données ont été recueillies au sujet du fonctionnement social des participants, lorsqu’ils étaient en troisième année (1997-1998), sixième année (2000-2001), neuvième année (2003-2004) et douzième année (2006-2007).

Les résultats de cette évaluation ont montré ce qui suit :

  • les comparaisons des résultats entre la troisième et la neuvième années révélaient que les enseignants évaluaient que les jeunes des sites du programme PBPP étaient mieux préparés pour l’école, avaient besoin de moins de services pédagogiques spéciaux, démontraient un meilleur niveau d’adaptation et de fonctionnement à l’école, avaient moins de problèmes d’hyperactivité et d’inattention et moins de problèmes émotionnels et étaient plus susceptibles d’aller plus loin dans leurs études que les jeunes des sites témoins. Ensemble, les enfants âgés de 14-15 ans affichaient un meilleur fonctionnement social, un meilleur fonctionnement à l’école, un besoin moindre en services pédagogiques, moins de problèmes émotionnels (selon les enseignants) et moins de problèmes de comportement (selon les enseignants);
  • les constatations de recherche sur les jeunes de douzième année ont révélé que ceux qui vivaient dans des emplacements de l’initiative Partir d’un bon pas étaient moins susceptibles de signaler avoir été impliqués dans des crimes contre les biens (29 % comparativement à 40 % des jeunes du groupe témoin) et ils considéraient que leurs quartiers étaient plus sécuritaires, qu’il s’agissait d’endroits moins déviants où vivre que les jeunes des sites témoins. Les jeunes des sites Partir d’un bon pas avaient de meilleures notes à l’école secondaire que les jeunes des sites témoins, ils étaient plus susceptibles de faire régulièrement de l’exercice et moins susceptibles d’avoir recours à des services d’éducation spécialisée. De façon générale, les enfants âgés de 18 et 19 ans affichaient un niveau de mieux-être accru (p. ex. attitude positive et point de vue personnel).

Pour plus de détails, consulter les publications de Peters et ses collaborateurs (2010a,b,c).

Un projet de recherche intitulée Étude partir d’un bon pas pour un avenir meilleur : trajectoires de la délinquance des jeunes à risque a été financée par Sécurité publique Canada et les auteurs ont utilisé des données tirées de l’étude de recherche longitudinale Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur. Pour plus de détails, consulter la publication de Craig, Petrunka et Khan (2011).

Information sur les coûts

En 2010, le coût par jeune participant au programme PBPP s’élevait à environ 748 $ (CAD) par famille par année. Une analyse coûts-avantages a révélé que par la 9 e année, il y avait un retour de 1,31 $ (CAD) au gouvernement pour chaque dollar investi dans le programme. Au moment où les participants étaient en 12e année, le retour avait presque doublé, à 2,50 $ (CAD) par dollar d'investissement (Peters et coll., 2010b).

Références

Craig, W., Petrunka, K. et Khan, S. (2011). Étude Partir d'un bon pas pour un avenir meilleur : trajectoires de la délinquance des jeunes à risque. Rapport de recherche. Présenté au Centre national de prévention du crime, Sécurité publique Canada. Disponible en linge à : http://www.securitepublique.gc.ca/cnt/rsrcs/pblctns/bttr-bgnnngs/index-fra.aspx

Peters, R. D., et coll. (2010a). The Better Beginnings, Better Futures Project: Findings from grade 3 to grade 9. Monographs of the Society for Research in Child Development, 75(3), 1-174.

Peters, R. D., et coll. (2010b). Economic analysis. Monographs of the Society for Research in Child Development, 75, 100-120.

Peters, R. D. et coll. (2010c). Investing in Our Future: Highlights of Better Beginnings, Better Futures Research Findings at Grade 12. Kingston (Ontario) : Better Beginnings, Better Futures Research Coordination Unit, Université Queen’s.

Roche, J., Petrunka, K. et Peters, R. D. (2008). Investing in Our Future: Highlights of Better Beginnings, Better Futures Research Findings at Grade 9. Kingston (Ontario) : Better Beginnings, Better Futures Research Coordination Unit, Université Queen’s.

Pour plus de renseignements sur ce programme, communiquer avec :

Groupe de recherche Partir d'un bon pas pour un avenir meilleur
Département de psychologie, Université Wilfrid-Laurier
75 avenue University Ouest
Waterloo, Ontario N2L 3C5
Téléphone : 519-884-0710, poste 2858
Courriel : cloomis@wlu.ca
Site Web : http://bbbf.ca/Accueil/tabid/631/language/fr-CA/Default.aspx


Date d'inscription - 2018-02-20

Date de modification :