Programme Alternative Suspension (AS)

Aperçu

Groupe d'âge : Adolescence (12-17)

Genre : Mixte (femme et homme)

Population desservie : Aucune population desservie spécifique

Sujet : Comportements agressifs/violents; Comportements antisociaux/deviants; Difficultés scolaires

Milieu : Zone urbaine; École; Installation communautaire

Location : Alberta; Colombie-Britannique; Manitoba; Nouveau-Brunswick; Nouvelle-Écosse; Québec; Saskatchewan; Terre-Neuve-et-Labrador

Nombre d’études canadiennes complétées d’évaluation des résultats : 2

Continuum d'intervention : Prévention du crime secondaire

Brève description

Le programme Alternative Suspension (AS) offre des services d’intervention et de soutien adaptés aux jeunes qui ont été suspendus de l’école ou qui sont à risque de l’être, dans le but de remédier à leur inconduite et de les aider à persévérer dans leurs travaux scolaires. Le programme AS offre aux jeunes des activités qui les aident à régler les conflits et à réduire au minimum les comportements négatifs (y compris les comportements agressifs, impulsifs, perturbateurs et antisociaux) qui entraînent des suspensions. Dans le cadre du programme, les jeunes participent à des ateliers de groupe portant sur une vaste gamme de questions liées aux comportements à risque, ainsi qu’à des séances individuelles qui ciblent leurs besoins particuliers.

Le programme porte sur le règlement des conflits, le leadership et le perfectionnement des jeunes, la formation d’acquisition de compétences, le soutien scolaire, la prévention de l’école buissonnière et la prévention/le traitement de la toxicomanie.

Objectifs

Les objectifs principaux du programme AS sont les suivants :

  • permettre aux participants d’acquérir et de renforcer des aptitudes sociales et l’estime de soi;
  • aider les jeunes à minimiser les comportements qui entraînent des suspensions;
  • aider les jeunes à changer leur attitude à l’égard de l’école et faire de leur suspension une expérience positive.

Clientèle

La clientèle appropriée pour le programme AS englobe les jeunes âgés de 12 à 17 ans qui sont inscrits à l’école et qui éprouvent des difficultés récurrentes ou occasionnelles dans leur vie scolaire et sociale. Le programme cible aussi chez la clientèle d’autres facteurs de risque tels que la fréquentation de pairs délinquants et les mauvais résultats scolaires ou le faible attachement à l’école.

Les participants sont recommandés par le personnel de l’école ou ses administrateurs. Pour participer au programme, le jeune doit être actuellement suspendu de l’école ou à risque de l’être à l’avenir.

Composantes clés

Le programme AS est composé des éléments suivants :

  • travaux scolaires : le matin, les jeunes font des travaux scolaires et d’autres activités pédagogiques;
  • ateliers en groupe : en après-midi, les jeunes participent à divers ateliers conçus pour s’attaquer à un certain nombre d’enjeux associés aux comportements à risque;
  • séances individualisées : en après-midi, les jeunes participent aussi à des séances en tête à tête avec un travailleur auprès des jeunes afin qu’on puisse tenir compte de leurs besoins et/ou facteurs de risque précis;
  • activités complémentaires : les jeunes peuvent aussi avoir l’occasion de participer à un certain nombre d’activités complémentaires, y compris des activités récréatives et des renvois vers d’autres programmes/services.

Information sur la mise en oeuvre

Certains des éléments essentiels pour la mise en œuvre de ce programme ou de cette initiative comprennent :

  • Exigences organisationnelles : l’organisation directrice doit compter sur une équipe de gestion forte et stable afin de s’assurer que les travailleurs auprès des jeunes sont disponibles pour réaliser divers ateliers et diverses séances en tête à tête avec les jeunes dans le cadre du programme AS.
  • Partenariats : la réussite du programme AS dépend de son partenariat avec les écoles et les administrateurs des écoles, qui sont responsables du renvoi et de l’inscription des étudiants dans le cadre du programme AS.
  • Formation et assistance technique : les animateurs et les employés du programme doivent recevoir une formation de travailleur auprès des jeunes avant de pouvoir gérer les activités associées au programme AS.
  • Outils d'évaluation des risques : Information limitée sur ce sujet.
  • Documents et ressources : Le programme AS comprend un guide de mise en œuvre qui souligne les documents et les ressources nécessaires à sa mise en œuvre, y compris les documents de référence, les listes de contrôle du programme et les questionnaires des participants.

Reconnaissance internationale

Les systèmes de classification les plus reconnus des programmes en prévention du crime fondés sur des données probantes ont classifié ce programme ou cette initiative de la façon suivante (en anglais seulement) :

  • Blueprint for Healthy Youth Development: Ne s'applique pas.
  • Crime Solutions/OJJDP Model Programs Guide: Ne s'applique pas.
  • SAMHSA's National Registry of Evidence-based Programs and Practices: Ne s'applique pas.
  • Coalition for Evidence-Based Policy: Ne s'applique pas.

Rassembler les connaissances canadiennes

Sites de mise en oeuvre au Canada

Les YMCA du Québec ont bénéficié du soutien de la Stratégie nationale pour la prévention du crime de Sécurité publique Canada pour réaliser le premier projet pilote du programme AS (2002-2005). Durant cette période, le programme a été offert dans six points de service sur l’île de Montréal.

De 2009 à 2014, les YMCA du Québec ont bénéficié du soutien de la Stratégie nationale pour la prévention du crime de Sécurité publique Canada pour réaliser une mise à l’essai nationale du programme AS dans de multiples endroits : Abbotsford et Chilliwack (Colombie-Britannique), Edmonton, Edmonton Ouest et Edmonton Nord (Alberta), Moose Jaw et Regina (Saskatchewan), Winnipeg (Manitoba), Moncton et Riverview (Nouveau-Brunswick), Halifax (Nouvelle-Écosse) et Corner Brook (Terre-Neuve).

Principales conclusions des études canadiennes d'évaluation des résultats

Étude 1

Dans le cadre de son financement avec Sécurité publique Canada, C.A.C. International a réalisé une évaluation des résultatsFootnote1 du premier projet pilote du programme AS à Montréal de 2003 à 2005. Des données ont été recueillies grâce à des entrevues répétées auprès des mêmes personnes, des groupes de discussion, des sondages et une analyse de la documentation générée dans le cadre du programme.

Les résultats de cette évaluation ont montré ce qui suit :

  • le programme a favorisé des changements d’attitude et de comportement à court terme chez au moins 85 % des jeunes aiguillés, et des effets à moyen terme chez la moitié de ceux-ci. Près de 60 % des jeunes qui avaient des problèmes mineurs ont affiché des changements à moyen et long termes, comparativement à 22 % des jeunes qui avaient des problèmes plus graves;
  • l’évaluation n’a pas pu cerner une diminution des suspensions dans les écoles participantes. En fait, le nombre de suspensions dans une école semblait varier d’une année à l’autre selon le climat scolaire, l’approche en matière de suspension utilisée et les caractéristiques de chaque cohorte de jeunes. Durant la phase de planification, toute intervention en milieu scolaire devrait tenir compte des caractéristiques environnementales (école et collectivité). 

Pour plus de détails, consulter la publication de C.A.C. International (2005).

Étude 2

Dans le cadre de son financement avec Sécurité publique Canada, l’étude d’évaluation des résultatsFootnote2 multisites du programme AS est en cours dans les lieux de mise en œuvre suivants : Chilliwack (Colombie-Britannique), Moncton (Nouveau-Brunswick) et Edmonton Ouest (Alberta). Le Centre national de prévention du crime a engagé la firme Malatest Program Evaluation & Market Research pour réaliser cette évaluation. L’évaluation des résultats a commencé en 2011 et se terminera en 2015. L’évaluation se fonde sur une méthodologie quasi expérimentale faisant appel à un devis de groupes non équivalents prétest et post-test comprenant deux suivis après l’intervention (six mois et douze mois). Une méthode mixte a aussi été utilisée, intégrant la collecte de données quantitatives et qualitatives grâce à diverses sources de données.  

Constatations semblent laisser entendre que :

  • les comportements et les attitudes des participants au programme sont influencés par ce que les participants apprennent durant les ateliers et les interventions du programme AS. Les principaux indicateurs sont les suivants : changement positif dans les attitudes des étudiants, meilleures compétences dans les domaines problématiques et changement positif des comportements des étudiants.

Pour plus de détails, consulter la publication du Centre national de prévention du crime (2013).



Information sur les coûts

Le coût moyen par jeune participant au programme AS est d’environ 2 829,75 $ à 6 466 52 $ (CAD). Cette estimation est fondée sur les données recueillies en 2009-2010, 2010-2011et 2011-2012 (Centre national de prévention du crime, 2013).

Références

C.A.C International. (2005). Rapport final d’évaluation du programme Alternative Suspension. Rapport d’évaluation final. Présenté au présenté à Sécurité publique et Protection civile Canada (rapport non publié).

Centre national de prévention du crime. (2013). Résultats du programme Alternative Suspension. Ottawa (Ontario) : Sécurité publique Canada. Disponible en ligne à : http://www.securitepublique.gc.ca/cnt/rsrcs/pblctns/rslts-ltrntv-sspnsn-prgrm/index-fr.aspx

Pour plus de renseignements sur ce programme, communiquer avec :

YMCA Alternative Suspension et programmes de persévérance scolaire
5550 avenue du Parc
Montréal, Québec H2V 4H1
Téléphone : 514-271-3437, poste 4290
Courriel : info-alternativesuspension@ymcaquebec.org
Site Web : http://alternativesuspension.ca/


Date d'inscription - 2018-02-20

  1. 1

    Sécurité publique Canada a également financé une étude d’évaluation des processus du programme. Pour plus de détails, communiquer avec la Division de la recherche, Sécurité publique Canada.

  2. 2

    Pour plus de détails concernant l’étude d’évaluation des processus, communiquer avec la Division de la recherche, Sécurité publique Canada.

Date de modification :