Projet Hypothèse Gaia

Aperçu

Groupe d'âge : Adolescence (12-17)

Genre : Homme seulement

Population desservie : Contrevenants adultes; Familles; Victimes de crime

Sujet : Récidive ; Violence familiale (domestique)/violence envers les enfants ; Violence sexuelle (non domestique)

Milieu : Zone urbaine; Installation des services sociaux

Location : Québec

Nombre d’études canadiennes complétées d’évaluation des résultats : En cours

Continuum d'intervention : Prévention du crime tertiaire

Brève description

Le Projet Hypothèse Gaia est un programme qui vise à réduire la récidive de violence sexuelle chez les jeunes, et à aider ces jeunes à gérer les facteurs de risque qu’ils présentent. L’intervention du programme combine des séances de thérapie systématique individuelles, en groupe de pairs et en famille en vue d’offrir des soutiens exhaustifs aux jeunes et à leur famille. Le programme est structuré de manière à maximiser les effets thérapeutiques que l’intervention peut avoir sur le fonctionnement de la famille.

Le programme est centré sur le counseling et le travail social; la thérapie cognitivo-comportementale; la thérapie familiale; ainsi que le counseling et la médiation par les pairs.

Objectifs

Les objectifs principaux du Projet Hypothèse Gaia sont les suivants :

  • réduire les facteurs de risque associés à la violence sexuelle;
  • réduire les taux de récidive chez les jeunes contrevenants sexuels;
  • réduire les conflits dans la famille et améliorer les relations à l’intérieur et à l’extérieur de la famille.

Clientèle

La clientèle appropriée pour le Projet Hypothèse Gaia englobe les jeunes de 12 à 17 ans qui ont commis des actes de violence sexuelle (à l’intérieur ou à l’extérieur de la famille), les victimes de violence familiale et leurs parents ou fournisseurs de soins. Les familles participantes peuvent également connaître des problèmes de relations familiales (difficultés parentales, conflits de nature non sexuelle).

Les références vers le programme sont effectuées par les organismes partenaires et les centres de traitement.

Composantes clés

Le Projet Hypothèse Gaia se compose des cinq modules suivants :

  • Module A : groupes de soutien parental : un groupe d’aide aux parents vise à aider le parent à gérer sa détresse liée au problème, notamment ses perceptions du problème et sa motivation à changer et à participer au programme (les parents sont associés à un maximum de cinq familles et le groupe est animé par deux thérapeutes).
  • Module B : mesures de protection et de prévention de la récidive : les thérapeutes tiennent des rencontres thérapeutiques avec le jeune et sa famille afin d’aider les deux parties à examiner et à réduire les facteurs de risque associés à la violence familiale. Les thérapeutes établissent aussi des mesures visant à protéger contre ces facteurs de risque si la victime de la violence du jeune est un membre de la famille.
  • Module C : éducation sexuelle et intime : les comportements sexuels négatifs ou violents du jeune sont examinés et abordés en profondeur avec le jeune, les parents et le thérapeute.
  • Module D : communication, supervision et pratiques disciplinaires : le jeune et ses parents apprennent des pratiques disciplinaires et des techniques de résolution des conflits, en plus de bénéficier de thérapies cognitivo-comportementales dans le cadre de rencontres thérapeutiques.
  • Module E : cohésion, différenciation, communication, traumatismes complexes : le processus thérapeutique suivi dans le cadre du programme aide la famille dans son ensemble à acquérir des habiletés de communication et de résolution des conflits, ce qui l’aide à éviter les conflits à l’avenir.

Information sur la mise en oeuvre

Certains des éléments essentiels pour la mise en œuvre de ce programme ou de cette initiative comprennent :

  • Exigences organisationnelles : pour bien mettre en œuvre ce programme, l’organisation doit posséder une expérience considérable de l’intervention de groupe et auprès de la famille, de même que la capacité d’intégrer des approches d’intervention tirées de la thérapie systémique, psychodynamique et cognitivo-comportementale.
  • Partenariats : aux fins de la mise en œuvre réussie du programme, il est important d’établir des partenariats avec des centres de psychiatrie médicolégale, des services liés à la violence sexuelle et d’autres services sociaux qui peuvent aider les victimes et les auteurs de crimes sexuels.
  • Formation et assistance technique : tous les cliniciens du Projet Hypothèse Gaia devraient détenir une maîtrise en psychologie clinique ou dans une autre discipline pertinente. Tout le personnel doit aussi suivre une formation à l’interne (évaluateurs, thérapeutes et superviseurs).
  • Outils d'évaluation des risques : un outil d’évaluation du risque normalisé devrait être utilisé pour le Projet Hypothèse Gaia. De plus amples renseignements sur le sujet sont limités.
  • Documents et ressources : toute organisation qui prévoit mettre en œuvre ce programme devrait disposer de l’espace et du matériel nécessaires à l’exécution du programme (ordinateurs, téléphones, salle de conférence, salle de formation, etc.), de même qu’un accès à des outils psychométriques et la capacité de les utiliser. Le manuel du Projet Hypothèse Gaia doit également être employé.

Reconnaissance internationale

Les systèmes de classification les plus reconnus des programmes en prévention du crime fondés sur des données probantes ont classifié ce programme ou cette initiative de la façon suivante (en anglais seulement) :

  • Blueprint for Healthy Youth Development: Ne s'applique pas.
  • Crime Solutions/OJJDP Model Programs Guide: Ne s'applique pas.
  • SAMHSA's National Registry of Evidence-based Programs and Practices: Ne s'applique pas.
  • Coalition for Evidence-Based Policy: Ne s'applique pas.

Rassembler les connaissances canadiennes

Sites de mise en oeuvre au Canada

La Stratégie nationale pour la prévention du crime de Sécurité publique Canada a versé un financement pour mettre en œuvre le Projet Hypothèse Gaia de 2015 à 2019 à Montréal, au Québec, dans le cadre du Fonds d’action en prévention du crime.

Principales conclusions des études canadiennes d'évaluation des résultats

Une partie du financement de Sécurité publique Canada est réservée à l’embauche d’un évaluateur externe pour mener une évaluation des résultats du Projet Hypothèse Gaia. Cette évaluation est actuellement en cours, mais les résultats ne sont pas disponibles pour l’instant.

Information sur les coûts

Aucune information disponible.

Références

Aucune référence canadienne disponible en ce moment.

Pour plus de renseignements sur ce programme, communiquer avec :

Monique Tardif (UQÀM)
Département de sexologie – Université du Québec à Montréal
C.P. 8888, succ. Centre-ville
Montréal, Québec  H3C 3P8
Téléphone : 514-987-3000
Courriel : tardif.monique@uqam.ca


Date d'inscription - 2018-03-09

Date de modification :