Selkirk Team for At-Risk Teens (S.T.A.R.T.)

Brève description

Le programme Selkirk Team for At-Risk Teens (S.T.A.R.T.) est un programme de planification de cas interorganismes coordonné qui s’adresse aux jeunes à risque élevé de Selkirk (Manitoba) et des environs, et qui a recours aux ressources destinées à la communauté et à la famille pour intervenir auprès de ces jeunes, établir un plan de gestion de cas et les soutenir.

Le programme S.T.A.R.T. examine six indicateurs de réussite différents. Chacun représente un secteur clé qui, s’il n’est pas abordé, accroît la probabilité que le jeune ne devienne à risque :

  • assiduité et participation scolaires accrues : le jeune est-il à l’école plus souvent et participe-t-il à la vie scolaire? Souvent, pour atteindre cet objectif, il faut dresser un plan de scolarité qui tient compte des enjeux touchant les jeunes et y est bien adapté. Par exemple, de nombreuses écoles permettent aux travailleurs des services de dépendance et de santé mentale de rencontrer les clients à l’école, afin d’accroître la probabilité que les jeunes assistent à ces rencontres; en retour les jeunes obtiennent l’aide dont ils ont besoin pour mieux réussir à l’école;
  • compréhension accrue des difficultés auxquelles un jeune est confronté : quelles sont les difficultés qui expliquent le comportement du jeune? Nous nous attardons souvent au comportement, mais en creusant nous trouvons un jeune qui éprouve de nombreuses difficultés (p. ex., troubles mentaux, dépendances, troubles cognitifs). En aidant le jeune à gérer ces difficultés, nous arrivons souvent à éliminer le comportement;
  • amélioration des conditions de vie : à quoi ressemble la vie du jeune lorsqu’il rentre à la maison? Que le jeune vive en famille d’accueil ou avec ses parents, sa vie à la maison est l’un des morceaux les plus importants du casse-tête. Le programme S.T.A.R.T. offre une communication continue avec les fournisseurs de soins, un soutien à la collaboration avec les organismes, des cours d’éducation parentale et un counseling de soutien aux dépendances;
  • un plan de sécurité efficace : avons-nous été capables d’assurer la sécurité du jeune? Que le jeune soit victimisé, envisage de se suicider ou adopte des comportements dangereux, notre but est d’élaborer un plan qui le gardera en sécurité;
  • meilleure connaissance des activités du jeune qui comportent un risque : comprenons-nous mieux les activités qui rendent le jeune vulnérable? Qu’il s’agisse de l’activité criminelle, de la consommation de drogues, du manque d’assiduité scolaire, des troubles mentaux ou d’autres difficultés, nous pouvons dresser un meilleur portrait de la situation lorsque nous travaillons ensemble. Étant donné que les rencontres du programme ont lieu tous les mois pour chaque jeune, nous avons continuellement une bonne compréhension de ce qui se passe dans la vie de nos clients et sommes mieux en mesure d’intervenir, de les aider et de les remettre sur la bonne voie;
  • accès à des services non utilisés précédemment : qui devrait venir en aide au jeune et à sa famille mais ne le fait pas? Il arrive si souvent que des difficultés importantes passent pour un mauvais comportement. Les jeunes ne sont pas toujours capables de bien comprendre ou décrire ce qui ne va pas, et cette discorde se manifeste dans leur comportement. Les équipes du programme sont très douées pour déterminer les raisons expliquant le comportement et ajouter les soutiens appropriés à l’équipe responsable de travailler avec le jeune.

Objectifs

Les objectifs principaux du programme S.T.A.R.T sont les suivants :

  • coordonner la planification de cas interorganismes pour les jeunes à risque, et recourir aux ressources destinées à la communauté et à la famille pour aider ces jeunes à retourner à l’école ou à décrocher un emploi;
  • s’assurer que les jeunes à risque recensés dans la communauté sont en voie de devenir des membres actifs et productifs de la société, et qu’ils ne s’adonnent plus à des activités qui sont préjudiciables tant pour eux-mêmes que pour la communauté dans son ensemble.

Le programme S.T.A.R.T. et ses partenaires communautaires cherchent à regarder au-delà des comportements afin de mieux comprendre pourquoi les jeunes agissent de manière risquée. Ensuite, ils tentent d’apporter des solutions à ces problèmes afin que les jeunes puissent continuer à avancer et à cheminer de façon saine et positive.

Le programme S. T. A. R. T. a été répliqué avec succès dans plusieurs collectivités du Manitoba. L’élément central de ce programme est l'implication des jeunes et de leur famille dans le cadre de l'équipe multi-organismes et leur capacité à partager et à discuter ouvertement des véritables enjeux. Selon l'intensité de la situation, le programme S. T. A. R. T. s’échelonne sur une période à long terme pouvant aller de 6 mois à plusieurs années.

Clientèle

Les participants sont des jeunes à risque élevé âgés de 12 à 21 ans qui habitent à Selkirk ou dans les environs (ou dans le secteur d’un de nos programmes affiliés). Les participants doivent être pris en charge par trois des organismes partenaires du programme pour démontrer un niveau de risque élevé. Ces organismes comprennent la Gendarmerie royale du Canada (GRC), les services correctionnels communautaires et pour adolescents, les services à l’enfance et à la famille, les services des dépendances ainsi que les services s’occupant de la santé mentale, de la santé publique ou des difficultés continues à l’école.

Le programme recense les jeunes à risque par l’intermédiaire des divers organismes ou de contacts avec les parents ou les clients.

Généralement, les jeunes qui participent à ce programme présentent deux ou plusieurs des comportements suivants et prennent parfois des décisions qui risquent d’avoir une mauvaise incidence sur leur avenir: faible ou pas de fréquentation scolaire; consommation régulière d'alcool; mauvaises relations familiales; promiscuité dans les comportements sexuels; contact avec la justice/histoire criminelle; résultats scolaires médiocres et problèmes de santé mentale. Appuyées sur le rapport annuel de 2016, les statistiques de la clientèle ont montré que:

  • l'âge moyen des clients était de 15,7 ans;
  • 57% des clients étaient des hommes, 43% de femmes;
  • 13% des clients se trouvaient dans la tranche d'âge de 18 à 21 ans;
  • 37% étaient des Premières nations/Inuits, 13% des Métis;
  • 53% des clients vivent avec un parent biologique; 30% sont en placement/famille d’accueil;
  • 22% sont impliqués dans le réseau en santé mentale et 15% de plus ont été référés mais les services ont été déclinés;
  • 85% des clients ont déjà consommé de l'alcool ou des drogues et 70% en consomment régulièrement;
  • 35% ont des ordonnances de probation;
  • 52% sont présentement devant les tribunaux;
  • 24% des clients ont passé du temps en détention (Centre des jeunes).

Composantes clés

Une fois qu’un client est jugé admissible au programme S.T.A.R.T. :

  • un plan d’intervention est établi avec le client, sa famille et les organismes partenaires pour aider le client à surmonter les obstacles à sa réussite. L’intervention S.T.A.R.T. peut être aussi variable que les clients eux-mêmes. Les organismes associés aux jeunes participants fournissent des renseignements, des ressources ou des soutiens au nom du client, et l’équipe invite à la table d’autres partenaires dont l’appui pourrait être utile;
  • des conférences préparatoires ont lieu tous les mois et permettent de s’assurer que le plan d’intervention est suivi ou, dans le cas contraire, de remanier le plan. Chacun des membres de l’équipe signale au coordonnateur du programme chaque fois qu’une étape de l’intervention est franchie, ou lorsqu’il y a un contretemps dans le progrès du client. Si un client éprouve des difficultés, on peut organiser une rencontre supplémentaire ou prévoir des rencontres toutes les semaines ou toutes les deux semaines;
  • lorsque le client montre qu’il s’adonne à des activités positives et que toutes les étapes de l’intervention ont été franchies, si le client a été stable pendant six mois, le comité de sélection entame le processus de fermeture du dossier. La durée de participation au programme n’est pas limitée; certains clients ont nécessité un soutien complet pendant plusieurs années avant d’être capables de rester stables pendant la période requise de six mois.

Information sur la mise en oeuvre

Certains des éléments essentiels pour la mise en œuvre de ce programme ou de cette initiative comprennent :

  • Exigences organisationnelles : un poste de coordonnateur qui gère les dossiers des clients à risque et qui s’assure que chaque organisme partenaire apporte un soutien continu.
  • Partenariats : ce modèle exige l’engagement des organismes de services à la jeunesse dans chaque région où il est mis en œuvre (services de police, probation, services à l’enfance et à la famille, école, systèmes de santé mentale et publique et services des dépendances). La participation de ces organismes est nécessaire non seulement pour le travail de première ligne, mais aussi au sein du conseil d’administration du programme.
  • Formation et assistance technique : puisque le personnel du programme travaille directement avec les familles et les jeunes, une formation en services sociaux est nécessaire. Le personnel de gestion du programme doit posséder une expérience du milieu des affaires ou de la gestion.
  • Outils d'évaluation des risques : le programme S.T.A.R.T. utilise un outil d’évaluation des risques interne pour déterminer les niveaux de risque de ses clients.
  • Documents et ressources : le programme S.T.A.R.T. possède des informations accessibles à ceux qui souhaitent reproduire son modèle. Pour ce faire, il faut obligatoirement suivre la formation du programme.

Reconnaissance internationale

Les systèmes de classification les plus reconnus des programmes en prévention du crime fondés sur des données probantes ont classifié ce programme ou cette initiative de la façon suivante (en anglais seulement) :

  • Blueprint for Healthy Youth Development: Ne s'applique pas.
  • Crime Solutions/OJJDP Model Programs Guide: Ne s'applique pas.
  • SAMHSA's National Registry of Evidence-based Programs and Practices: Ne s'applique pas.
  • Coalition for Evidence-Based Policy: Ne s'applique pas.

Rassembler les connaissances canadiennes

Sites de mise en oeuvre au Canada

Le programme S.T.A.R.T. a été lancé à Selkirk, au Manitoba, en 2002. Tous les organismes partenaires sont représentés au conseil d’administration du programme. Le modèle a maintenant été reproduit dans les communautés suivantes :

  • Dauphin, Manitoba (lancé en 2005 sous le nom de programme D.A.R.T.);
  • Stonewall, Manitoba (lancé en 2008 sous le nom de programme S.T.A.R.);
  • Gimli, Manitoba (lancé en 2013 sous le nom de programme F.Y.R.S.T.);
  • Steinbach, Manitoba (lancé en 2015 sous le nom de programme Headway).

Principales conclusions des études canadiennes d'évaluation des résultats

Étude 1

Une évaluation qualitative du programme S.T.A.R.T. financée par les Services nationaux de la prévention du crime de la GRC a été entreprise en 2012 et terminée en 2013. Cette évaluation a été réalisée par Jonathon Franklin, instructeur aux départements de criminologie et de sociologie de l’Université de Winnipeg, et Cara Isaak, du Département de physiologie de l’Université du Manitoba.

Les résultats de cette évaluation ont permis de tirer les conclusions suivantes :

« Nos conclusions générales sont très favorables au programme S.T.A.R.T. Nous estimons en effet qu’il atteint la plupart de ses buts et objectifs, qu’il partage de nombreuses qualités avec les programmes de gestion de cas multiorganismes les plus efficaces consignés dans la littérature, et qu’il a obtenu du succès sans bénéficier de l’avantage que lui auraient procuré des politiques de collaboration officielles au niveau des systèmes. Nous sommes d’avis que ses ressemblances avec d’autres programmes efficaces ayant fait l’objet d’évaluations rigoureuses donnent au programme S.T.A.R.T. plus de valeur que ce que nous avons consigné dans notre évaluation. La coordonnatrice du programme S.T.A.R.T. possède la plupart des compétences requises des coordonnateurs des programmes intégrés les plus prestigieux et documentés en Amérique du Nord. Nous pouvons clairement cerner dans le programme S.T.A.R.T. des changements de paradigme qui sont considérés comme nécessaires aux modèles intégrés axés sur les atouts. Le programme S.T.A.R.T. semble surpasser la plupart des programmes au chapitre du degré de flexibilité et de la compétence culturelle, puisqu’il propose des services à une vaste population autochtone en plus de venir en aide à des jeunes dont la situation est très complexe. Nous avons fourni des preuves indiquant que le programme S.T.A.R.T. a accru la collaboration entre les organismes de services sociaux, et que cette collaboration a entraîné des effets positifs sur les clients du programme. Nous avons montré que les clients et les familles appuient fortement le programme et que celui-ci bénéficie du plein soutien des organismes participants. » [Traduction]

Étude 2

Le programme S.T.A.R.T. fait actuellement l’objet d’une évaluation financée par Justice Canada, laquelle vise à déterminer son efficacité auprès des jeunes qui ont un diagnostic de capacités cognitives limitées ou de troubles mentaux, et qui ont des démêlés avec le système de justice. Cette évaluation est en cours; les résultats ne sont pas encore disponibles.

Information sur les coûts

Les coûts liés à la mise en œuvre du programme varient en fonction de la taille de la communauté et selon que le personnel travaille à temps plein ou à temps partiel. La majorité des coûts du programme se rattachent aux salaires du personnel, et les coûts indirects sont minimes puisque les organismes partenaires versent des contributions en nature sous forme d’espace et de matériel de bureau.

Références

Le programme START. (2016). Rapport de fin de l’exercice. Disponbile en ligne à : www.startprogramselkirk.weebly.com

Pour plus de renseignements sur ce programme, communiquer avec :

Tammy Thompson
Coordonnatrice du programme
Selkirk (Manitoba)  R2V 4X2
Téléphone : 204-785-4001
Courriel : tammy.l.thompson@rcmp-grc.gc.ca
Site Web : www.startprogramselkirk.weebly.com

Todd Clarke
Directeur exécutif
Justice Manitoba, Division de la sécurité communautaire
Section de la prévention de la criminalité
Téléphone : 204-945-6884
Courriel : todd.clarke@gov.mb.ca


Date d'inscription - 2018-03-12

Date de modification :