The Hub - Community Mobilization Prince Albert (CMPA)

Aperçu

Groupe d'âge : Pas d'âge spécifique

Genre : Mixte (femme et homme)

Population desservie : Autochtones ; Familles

Sujet : Désavantage social/économique; Modèle du carrefour/tables d'intervention

Milieu : Zone rurale/éloignée; Zone urbaine; Installation communautaire

Location : Alberta; Manitoba; Nouvelle-Écosse; Ontario; Saskatchewan

Nombre d’études canadiennes complétées d’évaluation des résultats : 1

Continuum d'intervention : Prévention du crime secondaire; Prévention du crime tertiaire

Brève description

L’approche Community Mobilization Prince Albert (CMPA), aussi connue sous le nom de modèle du carrefour (Hub Model),Footnote1 consiste à former une équipe d’organismes axée sur la prévention du crime. Cette intervention collaborative communautaire axée sur le risque prend racine dans une discussion entre les intervenants de première ligne des organismes participants, et intègre les activités de nombreuses disciplines des services à la personne, notamment les ministères gouvernementaux et divers organismes communautaires. Ces groupes travaillent ensemble pour repérer les enfants et les jeunes à risque, échanger de l’information sur les personnes et les familles concernées, et mettre au point des stratégies d’intervention intégrées et ciblées.

Le modèle du carrefour n’est pas un mécanisme de prestation de services, mais plutôt un nouveau moyen de mettre à profit et de mobiliser les systèmes et ressources déjà en place de façons différentes, unifiées et dynamiques, afin de gérer des situations particulières qui présentent un risque élevé et qui exigent une approche intégrée. Le processus du modèle du carrefour repose sur les risques et non pas sur les incidents.

Objectifs

Les objectifs principaux du modèle du carrefour sont les suivants :

  • formuler des réponses immédiates, coordonnées et intégrées aux situations de risque très élevé par la mobilisation des ressources existantes;
  • diriger les personnes à risque très élevé vers des services dans un délai de 24 à 48 heures;
  • parvenir à une réduction marquée et permanente des niveaux de criminalité et de victimisation;
  • améliorer tous les aspects du bien-être social, et apporter aux citoyens et aux familles à risque les soutiens dont ils ont besoin pour se construire des vies saines et positives.

L’objectif du CMPA ne consiste pas en une simple réduction des infractions pénales ou de la violence, mais aussi en l’amélioration de tous les aspects du bien-être social, tels que l’amélioration des chiffres concernant les visites à l’urgence, la réduction de l’absentéisme scolaire et la diminution de la charge de travail des autres organismes membres.

Clientèle

La clientèle appropriée du modèle du carrefour sont les personnes ou les familles (autochtones et non autochtones) qui se trouvent dans des situations ou dans des communautés à risque très élevé, et qui ont besoin de mesures de prévention secondaire ou tertiaire ne pouvant être prises par un seul organisme. Un risque est très élevé en présence de quatre conditions : important intérêt en jeu; probabilité qu’un préjudice ait lieu; gravité du préjudice; et nature multidisciplinaire du risque élevé. Les quatre critères sont évalués grâce à des filtres qui servent à déterminer si une intervention collaborative est nécessaire.

Composantes clés

Le modèle du carrefour est constitué d’une composante principale,  le carrefour, et d’une composante supplémentaire (optionnelle), le centre de responsabilité (CDR),Footnote2 qui travaille  de différentes manières et à différents niveaux pour répondre aux besoins grandissants de la collectivité, et ce, dans le but d’accroître la sécurité et le bien-être de cette collectivité.

Le carrefour est la principale composante et consiste en une équipe d’employés désignés d’organismes communautaires et de ministères gouvernementaux qui se réunissent régulièrement pour gérer des situations particulières touchant des clients présentant des niveaux de risque élevés, et qui élaborent des interventions immédiates, coordonnées et intégrées par la mobilisation des ressources. Le carrefour suit un processus à quatre filtres :

  • Filtre un : les organismes déterminent s’ils peuvent unilatéralement répondre aux besoins multiples d’un client;
  • Filtre deux : les organismes présentent à la table du carrefour des renseignements anonymes sur les facteurs de risque que présente le client connus d’autres professionnels des services à la personne;
  • Filtre trois : les participants à la table échangent des renseignements identificatoires limités sur le client afin de déterminer quels organismes peuvent aider à réduire le risque;
  • Filtre quatre : seuls l’organisme responsable et les organismes qui l’assistent se rencontrent pour déterminer les atouts ou les soutiens présents dans la communauté qui feront partie de leur intervention collaborative (Nilson, 2014, p. 9).

Lorsque l’un des organismes partenaires porte une situation à l’attention de la table de discussion, les professionnels appropriés des services à la personne entament une discussion qui débouche sur une intervention collaborative en vue de diriger le client vers les services et de lui offrir des soutiens. Le carrefour n’effectue pas la gestion des cas et n’a d’ailleurs pas de cas. Son but est d’atténuer le risque dans un délai de 24 à 48 heures et de diriger les personnes et les familles vers les services. L’organisme le plus approprié, déterminé par la table de discussion, continue d’assumer les fonctions de gestion des cas.

Le centre de responsabilité est unique au modèle du carrefour mis en œuvre à Prince Albert et met l’accent sur la notion générale de la sécurité et du bien-être communautaires, tout en visant des buts et des initiatives communautaires à long terme. Son rôle consiste à réaliser une analyse collaborative des données du carrefour, ainsi que des autres tendances et sources de données reconnues qui viennent éclairer la détermination des possibilités de changement systémique offrant un grand potentiel. Le carrefour et le CDR font partie de l’initiative provinciale Building Partnerships to Reduce Crime (BPRC).Footnote3

Information sur la mise en oeuvre

Certains des éléments essentiels pour la mise en œuvre de ce programme ou de cette initiative comprennent :

  • Exigences organisationnelles : de nombreuses disciplines des services à la personne, y compris les ministères gouvernementaux et divers organismes communautaires, doivent apporter des contributions en nature sous forme de participants aux tables de discussion hebdomadaires du carrefour. Pour sa part, le centre de responsabilité requiert des analystes spécialisés, du personnel de soutien administratif et un directeur exécutif. Toutefois, les collectivités comptant un carrefour n’ont pas toutes besoin d’un centre de responsabilité, l’expérience montrant qu’une analyse de ce niveau peut être effectuée de manière efficace et rentable à l’échelle régionale, alors qu’un centre de responsabilité exige un investissement supplémentaire de ressources spécialisées, d’outils et de compétences particulières.
  • Partenariats : des partenariats devraient être conclus avec de nombreuses disciplines des services à la personne, y compris les ministères gouvernementaux et les organismes communautaires. Un protocole d’entente est impératif afin que ces divers organismes puissent collaborer et échanger l’information nécessaire à la gestion des besoins variés des personnes se trouvant dans des situations de risque très élevé.
  • Formation et assistance technique : une formation en ligne est offerte aux intervenants de tous les modèles du carrefour mis en œuvre au Canada, par l’entremise de consultations avec les responsables du modèle du carrefour de Prince Albert et le programme Building Partnerships to Reduce Crime (BPRC).
  • Outils d'évaluation des risques : Information limitée sur ce sujet.
  • Documents et ressources : une base de données provinciale hébergée sur une plateforme de gestion des cas de Microsoft (Saskatchewan et Ontario) et des guides pour aider les intervenants du modèle du carrefour à comprendre les avantages d’un processus systémique de collecte des données pour les réunions de la table de discussion, et à déterminer les variables pouvant être recueillies durant une discussion de la table.

Reconnaissance internationale

Les systèmes de classification les plus reconnus des programmes en prévention du crime fondés sur des données probantes ont classifié ce programme ou cette initiative de la façon suivante (en anglais seulement) :

  • Blueprint for Healthy Youth Development: Ne s'applique pas.
  • Crime Solutions/OJJDP Model Programs Guide: Ne s'applique pas.
  • SAMHSA's National Registry of Evidence-based Programs and Practices: Ne s'applique pas.
  • Coalition for Evidence-Based Policy: Ne s'applique pas.

Rassembler les connaissances canadiennes

Sites de mise en oeuvre au Canada

Le modèle du carrefour a été établi en 2011 comme un pionnier du renforcement de la sécurité des collectivités et de la réduction du crime. Il est mis en œuvre dans la ville de Prince Albert et les collectivités environnantes, dont plusieurs s’étendent sur une grande superficie dans le Nord de la Saskatchewan. L’évaluation de ce modèle est en cours.

À l’heure actuelle, de nombreuses administrations au Canada en sont aux étapes de la formation et de la mise en œuvre, où elles s’emploient à adopter et à mettre au point leur propre version du modèle du carrefour. Plusieurs de ces administrations se trouvent en Saskatchewan, et près d’une douzaine d’administrations dans la province de l’Ontario collaborent elles aussi au développement de projets suivant ce modèle. De même, de concert avec leurs partenaires locaux dans plusieurs collectivités de la région, la Gendarmerie royale du Canada et la police régionale d’Halifax travaillent à l’ajout d’une méthode d’évaluation auprès des jeunes fondée sur des données probantes, laquelle permettra à leur modèle du carrefour hybride de cibler la réduction des facteurs de risque pouvant conduire à un comportement antisocial, autodestructeur et criminel chez les jeunes. Enfin, la Ville de Winnipeg a récemment appliqué son modèle Block by Block, qui s’inspire en partie du projet CMPA. Les détails logistiques tels que les dates de début et la fréquence des rencontres varient selon les besoins de la communauté.

Principales conclusions des études canadiennes d'évaluation des résultats

Une évaluation préliminaire des impacts du modèle du carrefour a été réalisée par Nilson en 2014.Footnote4 Il s’agissait de la première description du modèle du carrefour au Canada. Pour effectuer une évaluation préliminaire des effets obtenus à court terme,  une méthode en trois parties a été conçue: 10 études de cas de tables de discussion sélectionnées; entrevues avec 21 participants aux tables de discussion à propos de leur expérience au sein du carrefour; et entrevues avec 14 intervenants clés des divers organismes qui ont joué des rôles cruciaux dans le développement et la mise en œuvre du projet à Prince Albert.

Les résultats de cette évaluation ont montré ce qui suit :

  • le projet a éliminé le cloisonnement institutionnel de longue date. Les organismes de services à la personne échangent maintenant des renseignements limités mais nécessaires, et les professionnels de première ligne collaborent plus souvent en vue de répondre aux besoins de leurs clients communs;
  • pour la plupart, les clients réagissent positivement aux interventions de collaboration qui reposent sur l’offre de soutiens. Les clients obtiennent non seulement un accès plus rapide aux services avant même qu’un incident se produise, mais ils peuvent aussi accéder à des services dont ils n’avaient jamais pu se prévaloir avant que leur situation ne soit portée à l’attention des responsables du projet;
  • la majeure partie des tables de discussion abaissent le risque très élevé à un niveau gérable. Elles réduisent ainsi la gravité et la probabilité de tout préjudice à un intérêt important de la personne, de la famille et de la collectivité.

Pour plus de détails, consulter la publication de Nilson (2014).

De plus, Nilson (2015) a mené une étude afin d’examiner le parcours suivi par les dirigeants et les intervenants communautaires pour développer leur propre modèle du carrefour dans la Nation crie de Samson (Centre de l’Alberta). Il s’agit de la première application du modèle dans une réserve des Premières Nations. L’étude explore la raison d’être du modèle du carrefour de la Nation crie de Samson, sa mise en œuvre ainsi que les perceptions des intervenants quant à son impact sur la police, les fournisseurs de services à la personne, leurs organismes et les clients qu’ils servent. Des entrevues avec des intervenants de la collectivité en matière de sécurité et de bien-être, jumelées à des observations directes du modèle du carrefour mis en œuvre dans la Nation crie de Samson, viennent étayer cette étude.

Les constatations révèlent que le modèle du carrefour est un outil à valeur ajoutée dont les fournisseurs de services à la personne ont grand besoin pour mieux répondre aux besoins de leurs clients. De façon générale, le modèle du carrefour a beaucoup à offrir aux autres collectivités des Premières Nations qui souhaitent emprunter une approche axée sur la collaboration pour réduire le risque et le préjudice.

Pour plus de détails, consulter la publication de Nilson (2015).

Information sur les coûts

Aucune information disponible.

Références

Nilson, C. (2014). Risk-driven collaborative intervention: A preliminary impact assessment of Community Mobilization Prince Albert’s Hub Model. Saskatoon (Saskatchewan) : Centre for Forensic Behavioural Science and Justice Studies, Université de la Saskatchewan. Disponible en ligne à :  http://www.mobilizepa.ca/tools-docs/documents/risk-driven-collaborative-intervention

Sécurité publique Canada. (2016). Intervention collaborative axée sur le risque : Une étude de l’application du modèle du carrefour dans la Nation crie de Samson. Source: Nilson, C. (2016). Rapport de recherche. Ottawa (Ontario) : Sécurité publique Canada  Diesponbile en ligne à : https://www.securitepublique.gc.ca/cnt/rsrcs/pblctns/2016-s001/index-fr.aspx

Pour plus de renseignements sur ce programme, communiquer avec :

Community Mobilization Prince Albert
1084 Central Ave
Prince Albert, Saskatchewan, S6V7P3
Téléphone : 306-765-2880
Courriel : tdumont@papolice.ca  
Site Web : http://www.mobilizepa.ca/  


Date d'inscription - 2018-03-14

  1. 1

    Le modèle du carrefour offre une certaine marge de manœuvre dans la façon dont il est mis en œuvre et adapté en fonction des besoins locaux, des ressources et des enjeux spécifiques de la criminalité. En effet, le modèle du carrefour n’est pas un programme uniformisé ou manualisé; il devrait plutôt être considéré comme une démarche générale de prévention du crime. C’est pourquoi le modèle est décrit brièvement ici. Pour obtenir des détails sur la façon dont le modèle du carrefour a été adapté et mis en œuvre dans collectivités canadiennes, se reporter aux renseignements ci-inclus.

  2. 2

    Pour plus de détails sur le CDR, consulter la fiche descriptive du programme intitulé The Hub – Centre of Responsibility (COR).

     

  3. 3

    Pour plus de détails sur l’initiative BPRC, consulter la fiche descriptive du programme intitulé The Hub – Building Partnerships to Reduce Crime (BPRC) Initiative.

  4. 4

    En 2012, le Centre for Forensic Behavioural Science and Justice Studies, Université de la Saskatchewan, a été invité à réaliser une évaluation continue de l’approche CMPA. Ce rapport est le premier d’une série de livrables qui seront produits sur le sujet.

Date de modification :